ITWRégional 3

Kévin Diemunsch (FC Pulnoy): « Une année historique »

13/06/2018 à 7:48

À l'issue d'une saison forte en rebondissements, le FC Pulnoy atteint la Régional 2 pour la première fois de son histoire. À la tête de l'équipe depuis un an, Kévin Diemunsch se livre après cette belle récompense (Photo : FC Pulnoy).

Kévin Diemunsch, c’est désormais officiel : le FC Pulnoy évoluera en Régional 2 la saison prochaine. On imagine que c’est une énorme satisfaction…
« C’est un soulagement. Depuis la dernière journée, nous avons regardé les règlements, on entendait des sons de cloches différents à l’issue de cette troisième place. Quand on a reçu le mail mercredi dernier pour valider notre promotion, c’était la joie pour l’ensemble des joueurs, staff et le bureau du club. »

D’autant plus que le club évoluera à un tel niveau pour la première fois de son histoire ?
« C’est exactement ça. Le club n’a jamais connu ce niveau. Thierry (Chevalier) a fait évoluer le club et a réussi à l’emmener au niveau ligue avec la belle génération que l’on connait. Cela fait sept ans, je crois, que le club se maintient à ce niveau. D’ailleurs, Le dernier exercice a vu l’équipe se maintenir à la denière journée de championnat. Et quand on voit que l’équipe réserve monte également en 1ere division de district, où elle n’a jamais évolué »

« Une fierté de faire partie de ce club de campagne »

Le FC Pulnoy de Kévin Diemunsch grimpe en R2 pour la première fois de son histoire (Photo : FC Pulnoy).

Cette année est réussi à tous les nouveaux pour le FC Pulnoy…
« Oui, c’est vraiment une année est historique pour le club. En plus d’atteindre des niveaux encore inconnus pour chacunes des deux équipes séniors, nos U19 se maitiennent en DHR, nos U17 accèdent en DHR et les U15 devraient se maintenir. Toutes nos équipes à 11 se situent au niveau ligue à l’instar des club comme Vandoeuvre, Jarville, Villers. »

À titre personnel, ta première expérience sur un banc d’une équipe fanion est une réussite. Est-ce une fierté ?
« C’est une fierté d’avoir un groupe de joueurs pareils. C’est une fierté de faire partie de ce petit club de « campagne ». Nous avons connu des émotions tout au long de l’année. Je pense à la victoire à Eloyes, nos matchs contre Girancourt et même la réception de Pagny où notre saison a réellement démarré. Et quand je vois nos infrastructures, le nombre de blessés et la difficulté à composer des équipes compétitives pour les deux équipes…. Alors oui, je suis fier d’avoir fait ce choix, et je remercie mes joueurs de m’avoir fait vivre de telles émotions et de m’avoir suivi dans tous mes choix et mes discours. »

« J’ai changé mon fusil d’épaule »

Alexis Nicolas et les siens terminent la saison au troisième rang (Photo : FC Pulnoy).

En début de saison, pensais-tu pouvoir jouer les premiers rôles avec cette formation ?
« Je suis quelqu’un d’ambitieux, et j’avais des convictions. Je croyais aux capacités de l’équipe et des joueurs, mais davantage pour embêter les grosses écuries désignées en début de saison : Pagny, Luneville, Vagney, Girancourt. Au final, nous finissons à seulement trois points des deux premiers, à une belle troisième place. »

Comment expliques-tu cette saison réussie ?
« Plusieurs choses ont fait que cette saison est réussie. Je suis arrivé avec des convictions et l’envie de mettre en place de la rigueur, le goût à l’effort avec une méthode que j’ai pu connaître à des niveaux supérieurs. Mais après quatre journées de championnat, on comptait seulement 3 points. J’ai alors changé mon fusil d’épaule et je me suis complètement adapté à ce groupe en y gardant mes valeurs et convictions. La suite ? Une seule défaite en 16 rencontres pour 16 buts encaissés et 37 buts marqués et des valeurs de solidarité, d’abnégation et de tenacité retrouvées. La deuxième chose est que j’ai eu la chance d’être accompagné tout au long l’année par un tuteur de qualité en la personne de Richard Morville. Il m’a aidé à sortir de la formation pour me diriger vers la performance dont les management sont complétement différents. Et pour finir, j’ai la chance d’avoir des joueurs qui m’ont suivis et m’ont fait confiance à chaque match même si certains résultats auraient pu être perçus comme une catastrophe comme ce nul à Ludres, ils ont continué à croire en mes mots. »

« La régularité fait la différence »

Comptes-tu renforcer le groupe pour évoluer en R2 ? 
« Tout les joueurs devraient s’engager pour une année supplémentaire et c’est une satisfaction. Je souhaiterais renforcer le groupe séniors dans sa globalité car l’objectif pour les deux équipes est bien entendu le maintien. Et cela sans bouleverser l’équilibre de l’équipe c’est pourquoi Yannick et moi-même feront bien attention à l’état d’esprit avant tout. Car nous le savons, le plus dur c’est pas d’atteindre un niveau de performance mais de maintenir un niveau de performance. C’est la régularité qui fait la différence. »

Propos recueillis par Sébastien Gobbi