InterviewDécalée

L’interview décalée de… Jordann Lepavoux (FC Dombasle)

11/01/2018 à 8:27

Au club depuis son plus jeune âge, Jordann Lepavoux est l'un des joueurs emblématiques du FC Dombasle. Mis en concurrence, le gardien n'évolue pas tous les week-ends avec l'équipe fanion mais continue à garder le sourire. À quelques semaines de la reprise, le dernier rempart a accepté de se livrer au jeu de l'interview décalée... (Photos : FC Dombasle.org).

Jordann, quelle est la qualité qui te définit ? La joie de vivre, j’ai toujours le mot pour rire. Je suis un bon vivant et cela se voit d’ailleurs (rires).
Et un défaut ? Impatient, j’aime bien que les choses soient faites correctement et rapidement.
Ton passe-temps favori ? Le football et les bons moments en famille ou entre amis.
Ce qui t’épanouit le plus ? M’occuper des jeunes au sein du club. Cela m’a donné des responsabilités et cela m’a permis de franchir plusieurs paliers dans ma vie personnelle.
Ton plat préféré ? Comme Garfield, les lasagnes.
La musique que tu écoutes en boucle ? Mon âme de Nekfeu.
Ton film référence ? Récemment Seven Sisters m’a bien plus. Sinon, je suis assez fan des classiques comme les 3 frères ou les Visiteurs.
La femme de tes rêves ? Je vais dire la mienne sinon je risque de me faire taper sur les doigts (rires).
Le métier idéal ? Entraîneur d’une équipe professionnelle.
L’endroit où tu souhaiterais vivre ? Au stade Pavageau (celui de Dombasle), je ferais des économies d’essence (rires).
Ton rêve le plus fou ? Rencontrer une équipe professionnelle en coupe de France et que je qualifie l’équipe aux tirs au but.

« La salle était peine, c’était incroyable »

Jordann Lepavoux garde un excellent souvenir de l’aventure en futsal la saison dernière (Photo : FC Dombasle).

Ton petit surnom du vestiaire ? J’en ai beaucoup. Tout ce qui est un peu grassouillet (rires). Il y a Garfield, Kurby, Panda mais la plupart du temps c’est Jordy ou John-Dan.
Ton plus beau souvenir footballistique ? Le 32e de finale de finale de coupe de France futsal contre Béthune, une D1, la saison dernière. La salle était pleine et quand Quentin (Chouleur) égalise à 2-2 c’était incroyable… Un très bon souvenir.
Et le pire ? Avoir assisté au match de la montée en PH face à Eloyes depuis la tribune.
Un endroit où c’est toujours chaud de gagner ? Haroué, une équipe rugueuse sur un terrain compliqué. Il est toujours difficile de prendre des points là-bas.
Ce que tu apprécies chez ton coach ? Beaucoup de choses. Son investissement au sein du club, son amour pour le club, sa vision du foot, son humour… J’arrête, sinon on va dire que je fayote (rires).

« Quentin Chouleur n’arrive pas sortir de sa lampe »

Et la chose qui te gêne chez lui ? Qu’il ne me prenne pas tous les dimanches, forcément.
Dans l’équipe, qui se la raconte sans arrêt ? Je ne vois pas spécialement de foulard dans l’équipe mais s’il faut en citer un, je citerais Thibaut Royer car depuis qu’il travaille au Luxembourg il se prend pour Leonardo Di Caprio dans Le Loup de Wall Street (rires).
Et le coéquipier modèle ? Le capitaine Olivier Lanher, tant sur le terrain qu’après l’entraînement à la buvette où il excelle également.
Le briseur de cheville ? Pierrick Marchal, cela doit être grâce à son passage au Mexique.
Quant au briseur de reins ? David Clerc alias Gareth Bale, il fait toujours la même chose mais cela passe à chaque fois.
Le meilleur chambreur ? L’équipe en général mais Toufic Zina Raggoua est pas mal dans ce domaine.
Enfin, le génie incompris ? Quentin Chouleur, il n’arrive pas à sortir de sa lampe.

Marseille, Mandanda et le Vélodrome

Steve Mandanda, le joueur préféré de Jordann (Photo : Times.cd).

Ton club préféré ? Marseille.
Ton joueur préféré ? Steve Mandanda.
Le plus beau but de tous les temps ? Celui que j’ai mis hier (mardi) à l’entraînement est pas mal (rires).
Et le plus grand joueur ? Buffon, pour ses valeurs.
Celui qui t’exaspère ? Anthony Lopes, exaspère le mot est faible.
Le plus beau stade ? Le Vélodrome.
L’entraîneur le plus talentueux ? Pep Guardiola pour sa philosophie de jeu.
L’équipe dans laquelle tu aurais aimé jouer ? L’équipe de France de 1998 pour que Laurent Blanc m’embrasse sur le crâne même si je ne suis pas chauve.
Un match auquel tu aurais aimé assister dans l’histoire ? La finale de la C1 Marseille-Milan AC à Munich en 1993.
Un geste technique que tu admires ? La passe décisive.

Propos recueillis par Sébastien Gobbi

Jordann Lepavoux
Âge: 25 ans
Poste : gardien
Parcours joueur : FC Dombasle
Parcours entraineur : U15 FC Dombasle (2010-2017), U17 FC Dombasle (depuis 2017)