D2Gr. I

Carnac is back !

14/11/2017 à 17:44

Avec Pluneret, Carnac a fait partie des équipes morbihannaises qui ont fait parler d'elles en Coupe de France. Ces deux clubs figurent dans le même groupe de D2. Dimanche, Carnac a passé le quatrième tour face à Crac'h (2 - 2, TAB 5 - 4) alors que Pluneret était exempt. Suite à un changement de bureau en 2015, le club a vu l'exode massif de plusieurs de ses licenciés et est passé de deux à une équipe, de la DRH à la D3. Coachée par le binôme Antoni Dorgere - Bastien Valence, la formation a surtout fait le plein en championnat. On fait le point avec une interview de A. Dorgere.

Avec six victoires en six matchs de championnat et de belles performances dans les coupes, on peut dire que vos débuts sont quasi-parfaits… Quels étaient et quels sont vos objectifs ?

La Coupe de France n’était pas forcément un objectif avant Belle-Ile. Ensuite, on a reçu le Folclo, une R3, qui joue avec deux niveaux au-dessus. Après cette victoire, on s’est dit qu’on voulait atteindre le quatrième tour pour avoir les maillots. Après le premier match, la coupe était dans un coin de notre tête. Après la dégringolade d’il y a deux ans, on visait et on vise la montée et cette coupe du Morbihan dans laquelle on pense pouvoir aller loin. L’objectif est clair et affiché, c’est le championnat et la première place.

Avez-vous des motifs de satisfaction à mettre en avant et des points à améliorer ?

L’axe amélioration, je pense qu’il est dans le jeu. Ce n’est pas que la chance qui explique nos résultats. Mais il n’y a aucun match qu’on a remporté haut la main, avec une maitrise de bout en bout. On a gagné par deux buts d’écarts maximum, on ne survole pas. Avec la qualité technique, surtout devant, on doit faire beaucoup mieux et gagner des matchs plus aisément. On doit s’améliorer dans le jeu et la gestion du match. Notre satisfaction, c’est l’attaque. On a un quatuor avec des joueurs qui ont quasiment tous joué en Ligue. On se repose beaucoup sur eux. Défensivement, c’est correct. C’est plutôt dans la construction du jeu qu’il faut travailler. L’ambiance du groupe est excellente. J’ai un effectif assez jeune avec des joueurs qui sont relativement motivés. On a mis des choses en place cette année, avec un club house et une petite buvette en auto-gestion. Les joueurs s’en occupent intégralement. C’est quelque chose que j’ai jamais connu à Carnac, le fait de rester boire un verre sur place et de partager des repas après les entrainements. C’est des petites choses qui font que le groupe est bien constitué et que le relationnel est de qualité.

« On doit finir premier cette saison »

Vous qui visez la première place, quelles équipes craignez-vous dans votre groupe ?

On doit finir premier cette saison. Notre adversaire qu’on craint le plus, c’est Pluneret même si leur début de saison ne reflète pas le niveau qu’ils ont montré en Coupe de France. Il y a Locmariaquer qu’on a battu là-bas (2 – 3). On a souffert un peu, on avait marqué à la 80e minute. Meriadec est deuxième, on les a joué mais ce n’est pas la meilleure équipe. On se méfie également de Plemel, notre prochain match. A ce que je sais, c’est assez jeune et ça va vite devant. On essaie de prendre des points tant qu’on peut. On essaiera de griller nos deux jokers, parce qu’on a deux points d’avance, le plus tard possible. L’avantage qu’on a, c’est que derrière, c’est serré. Ça se neutralise pas mal.

Vu l’histoire récente du club, quel est l’état d’esprit du groupe ? Est-ce plus une aventure humaine ou le groupe est-il focus sur la montée à tout prix ?

Beaucoup de joueurs étaient partis de Carnac parce qu’il n’y avait pas ce côté « entre potes ». Le jour où toute cette génération est partie, plusieurs joueurs sont revenus pour recréer une équipe plus familiale. On n’a qu’une seule équipe donc ce n’est pas facile pour les joueurs qui ne sont pas ou peu convoqués. C’est une de nos problématiques : quand quand tout le monde est là, il faut faire des choix.