Coupe de France5e tour

J.-L. Méar (US Cléder) : « On était condamné à l’exploit face à Quiberon »

11/10/2017 à 22:02

Samedi, l'US Cléder a réussi à sortir une R1 en venant à bout de Saint-Pierre Quiberon (2 - 2, 5 - 3 TAB). A domicile, les joueurs de Jean-Louis Méar ont bénéficié du précieux soutien de leur public pour arracher leur ticket pour le sixième tour de la Coupe de France. L'entraîneur finistérien revient sur ce match et profite de cette victoire qu'il juge méritée au vu de la prestation des siens avant l'expulsion de deux joueurs adverses.

« En recevant une R1, ce tirage nous condamnait à l’exploit pour continuer en Coupe de France. La rencontre a été assez équilibrée pendant une heure. Je suis très fier de mes gars. On a effectué une grosse heure durant laquelle on s’est créé beaucoup d’occasions. On aurait pu ouvrir le score, notamment sur un penalty non sifflé en première mi-temps. Il y a eu une grosse adhésion du groupe sur la rigueur tactique nécessaire pour réaliser un exploit contre un plus gros. Sur ce match, on a commencé à trouver une ossature stable, en espérant que ça paye en championnat. Quand Quiberon s’est retrouv  à neuf, on était mené 1 – 0. On a un peu déjoué. On a pensé qu’à onze contre neuf, ça serait plus facile. Quiberon s’est énormément regroupé. On a eu la chance d’être récompensé à la 89e minute suite à un penalty logique. Je trouve qu’on aurait pu avoir plus de maitrise et une meilleure animation offensive pendant les prolongations. Je pense que mes joueurs auraient pu se lâcher davantage. Ce qui a été intéressant, c’est qu’on a été surpris sur un corner à huit minutes de la fin, on étant face à un gros danger d’élimination. On a trouvé les ressources et on a été poussé par un public chaud bouillant pour aller chercher la qualification. Notre qualification est amplement méritée vu l’heure de jeu qu’on a réalisé à onze contre onze. J’espère que cette aventure va nous donner des certitudes pour prendre des points en championnat. »

La joie des joueurs après la séance de tirs au but :

 

Crédit documents : Morgane Ily