N2Saison 2018/2019

Laurent Hervé (Vannes OC) : « On arrive avec humilité »

09/08/2018 à 9:25

Parmi tous les promus de N3 en N2, le Vannes OC est probablement l'un de ceux qui attirent le plus les regards. Le groupe de Laurent Hervé est annoncé parmi les outsiders de sa poule. Mais le technicien voit les choses autrement.

La préparation s’achève. Comment s’est-elle déroulée ?

Si on fait un bilan, c’est plutôt positif. On a des nouveaux joueurs qui se sont vite intégrés, les matches amicaux ont été plutôt positifs. Pour l’instant, la préparation est plutôt réussie. Après, on sera comme tout le monde au début du championnat, on aura zéro point. Ca ne garantit pas de gagner les matches, mais c’est toujours agréable de bien travailler en préparation. Notamment pour les nouveaux joueurs de bien rentrer dans le moule, puisque j’ai gardé une grande partie du groupe.

Vous arrivez dans cette N2 avec un statut double : celui de promu, mais aussi d’outsider de qualité.

Beaucoup disent ça (sourires). Nous, de l’intérieur, on le vit différemment. On est promu, donc on arrive dans ce championnat en pensant qu’il y a une bonne différence entre la N3 et la N2. On arrive avec toute l’humilité qu’on doit avoir, en visant le maintien.

Ce sont les premiers matches qui vont définir la suite ?

Exactement, surtout en N2. Il y a sept matches d’affilée avant de commencer la Coupe. Il n’y a pas de temps à perdre, il va falloir vite prendre la mesure du championnat pour rentrer dedans.

Qu’en est-il de l’effectif ?

J’ai Erwann Quintin, mon capitaine, qui a raté la reprise, il a un mois de décalage avec les autres. Il reprendra début septembre, c’est le seul bémol de la préparation. Le mercato ? Normalement, le recrutement est terminé, même si j’aimerais toujours étoffer encore. C’est un championnat difficile, il y a des blessures, des suspensions. Il y a besoin d’être bien armés.

Vous avez deux déplacements en Corse cette saison, dont un dès ce week-end, à Bastia Borgo.

On part dans l’inconnu (sourires). Les équipes bretonnes, on les connaît bien. Mais là, c’est vrai que c’est un déplacement très difficile à préparer. Il n’y avait pas de billet d’avion. Quatorze joueurs partent samedi matin de Caen, six en même temps de Nantes. Ce n’est pas l’idéal.

Crédit : VOC