Foot fémininEducation par le sport

Ploërmel/Malestroit : une option foot féminin qui réussit ses débuts

20/01/2018 à 4:01

La dernière rentrée scolaire a vu les débuts d'une option foot féminin dans deux lycées agricoles du pays de Ploërmel. Si ce dispositif connait un réel succès, il a mis du temps à voir le jour sous cette forme. A l'origine de cette initiative, David Audion travaille en collaboration avec le CPE, Olivier Le Breton, pour proposer une offre sur-mesure réservée aux lycéennes. Ou l'art de lier la construction d'un parcours personnel, le plaisir et l'éducation par le sport.

« Au départ, je voulais monter une section foot féminin mais ça s’avérait un peu compliqué parce qu’on est situés près de Pontivy. On avait l’aval de l’inspection académique mais pas la reconnaissance de la Ligue de Bretagne. Seul l’avis favorable de la Ligue faisait défaut pour mettre ce projet sur pied. » Déterminé à développer la pratique en milieu scolaire, David Audion a dû s’adapter et changer son fusil d’épaule.

L’alternative est simple et originale, l’enseignant d’EPS a ficelé une option foot à la rentrée scolaire 2017/2018. D. Audion, c’est vingt ans de carrière : quinze ans à Montauban de Bretagne puis une double affectation aux lycées agricoles La Touche et Jean Queinnec de Ploërmel et Malestroit. Passé l’écueil de l’instance régionale, il a fallu obtenir l’aval du ministère de l’agriculture et de la DRAAF pour valider le projet. Quand il ne dispense pas ses cours, il dirige l’équipe réserve de Dinan-Léhon qui évolue en R2 chez les hommes. En tant qu’éducateur, il a notamment été responsable de la section sportive du Collège Camille Guérin à Saint-Méen-le-Grand.

« L’objectif est qu’on leur donne un maximum de points et pourquoi pas susciter des vocations ? »

Si l’initiative vient de David Audion, il a tout le soutien du Conseiller Principal d’Education. En plus de veiller au bon déroulement de la vie scolaire, Olivier Le Breton participe à l’animation des séances. Il faut dire que le CPE est passé par la section professionnelle de l’En Avant Guingamp avant d’entraîner Locminé grâce à son diplôme d’Animateur Seniors. Le binôme encadre quarante-trois lycéennes, vingt-huit à La Touche et quinze à Jean Queinnec. « Je pensais démarrer sur une quinzaine, on est contents de voir autant de filles sur cette option », se réjouit l’enseignant. Les optionnaires foot ont entre seize et vingt ans. Les deux établissements d’enseignement privé accueillent plus de mille élèves qui suivent des formations professionnelles ou technologiques. Le lycée La Touche compte également une section générale qui forme à l’examen du bac scientifique – parcours Ecologie Agronomie Territoires. L’option foot est réservée aux filles, elle est ouverte à toutes les classes, de la seconde à la terminale.

D. Audion expose clairement les objectifs : « L’important, c’est que les filles y trouvent leur compte et qu’elles s’éclatent. On veut donner un maximum de points pour qu’elles obtiennent leur diplôme et pourquoi pas susciter des vocations ». Les joueuses s’entraînent le mardi soir à Ploërmel. A défaut d’éclairage, l’effectif a migré du Scolasticat vers le futsal dans la halle des sports. Cette semaine, les entraîneurs ont présenté quatre équipes à une compétition de futsal organisée par l’UGSEL, l’équivalent de l’UNSS. A Vannes, deux formations ont passé l’étape départementale, elles accèdent donc à la phase régionale qui se déroulera le 7 février à Malestroit.

Respect-humilité-goût de l’effort

Tout ce beau monde retrouvera les terrains de foot à sept dès que les journées seront suffisamment longues pour bénéficier de l’éclairage naturel. David Audion évoque un groupe hétérogène, « il y a des filles qui ont déjà joué en mixité et d’autres qui débutent ». Avec O. Lebreton, les encadrants essaient donc de constituer des groupes de niveau. Le but ? Le plaisir immédiat, l’émulation, développer la fibre footballistique des nouvelles. Les joueuses déjà licenciées ? « Elles ont autant de chances d’avoir des points en plus que les débutantes. Il y a un adage qui dit que plus tu t’entraînes, meilleur tu es. C’est gagnant-gagnant », étaye le formateur. Avec son collègue, ils poursuivent une entreprise en accord avec des valeurs qui les animent, à savoir le respect, l’humilité, le goût du travail et de l’effort.

Une séance hebdomadaire de deux heures et une compétition nationale UGSEL… La carotte est belle pour les lycéennes qui préparent leurs examens. S’agissant d’une option, chaque point au-dessus de la moyenne est ajouté au total obtenu aux différentes épreuves. Le responsable de la section n’a pas fait les choses à moitié, il a développé un partenariat pour offrir un équipement complet à chaque joueuse. De plus, les inscrites sont soumises au niveau cinq du barème national, soit le plus haut niveau d’exigence en EPS. Quid de l’évaluation ? « Ça fait partie de mon quotidien, explique l’enseignant. Notre dispositif doit permettre à chacune de progresser le plus rapidement possible pour qu’elles aient le plus de points possibles ». Le menu comprend une partie technique en foot à sept et une évaluation sur les connaissances des règles du jeu.

Un territoire à fort potentiel et une offre sportive étoffée

Le succès de cette initiative n’est pas conjoncturel. La présence du club de Ploërmel est à la fois une preuve de la richesse du vivier local et une locomotive. D. Audion établit le lien : « C’est le premier club breton en nombre de licenciées, il fait partie du top cinq en France. Il y a un réel potentiel de joueuses dans le giron, autant aller vers ce public. Les filles adhèrent, ça fonctionne ». Avec Pontivy à cinquante kilomètres, on pourrait penser que les deux structures se marchent sur les pieds. La section sportive du Gros Chêne participe aux compétitions UNSS, sa vocation est de former des jeunes qui suivent des études dans la branche professionnelle. L’option foot tenue par le tandem Audion-Le Breton se positionne en détonateur. « Notre approche peut amener certaines filles vers les clubs les plus proches, que ce soit pour jouer ou pour encadrer », explique l’enseignant. Il met en avant le travail effectué par Jean-François Carlach au Collège du Sacré-cœur de Ploërmel. En effet, l’éducateur des U13 féminines du club de la ville dispense des cours de foot de la sixième à la troisième. L’environnement permet ainsi de proposer une offre footballistique en continu.

Aujourd’hui, le directeur de La Touche et de Jean Queinnec peut se targuer de disposer d’une équipe d’enseignants dynamiques. Quand un élève intègre l’un des deux lycées de Bruno Heurtebis, il peut opter pour l’option golf, équitation ou VTT. L’option cross country viendra s’ajouter au menu. Une section sportive de cette discipline verra même le jour en septembre. Ou l’art d’appuyer l’éducation par le sport au profit d’élèves parfois fâchés avec l’école…

Propos recueillis par David Guitton