Coupe de France7e tour

N. Scourzic (Séné FC) : « Les joueurs ont décidé de tout donner »

12/11/2017 à 18:49

Les joueurs de Nicolas Scourzic sont allés la chercher ! Victorieux au bout du bout, Séné est parvenu à se défaire du FC Quimperlé dans les derniers instants (3 - 2 a.p.). Menés deux fois au score, les sinagots ont recollé à chaque fois avant de donner le coup de massue. C'est un but salvateur du stoppeur A. Essola (117e) qui a libéré le peuple. A chaud et à l'écart du tumulte, N. Scourzic met en avant le soutien du kop et affirme sa fierté.

Un but du « Président-joueur » à trois minutes de la fin

Ça y est, Séné l’a fait ! Le scénario du match a encore amené les sinagots à faire appel à toutes leurs forces. N. Scourzic revient sur le déroulé du match contre Quimperlé : « On était mené 1 – 0 puis 2 – 1. On est revenu avant la mi-temps et cinq minutes avant la fin. C’est Audrey Essola qui marque à trois minutes de la fin sur une longue touche. On a décidé de jouer contre le vent pour la première mi-temps des prolongations. On a attendu la deuxième prolongation pour tout donner. J’ai bien compris que les joueurs voulaient éviter les penaltys. Comme contre Cléder. Je leur ai donc laissé le choix entre tout donner ou finir aux penaltys. Ils ont décidé de tout donner. On marque sur une longue touche de Le Tallec. »

Parti s’isoler pendant que les joueurs et les supporters continuent de chanter, le coach attribue une large part de ce succès au kop sinagot. « Ça reste forcément exceptionnel. Notre kop a encore été exceptionnel. Il y a eu un feu d’artifice avant le match et ça ne nous a pas lâché. Nos supporters y sont pour 30 à 40 % encore une fois sur cette victoire. » Travailleur acharné, Nicolas Scourzic a imposé sa patte, les joueurs ont suivi et les résultats sont là. Il abonde : « C’est une récompense pour mes joueurs, pour tout ce qu’ils ont eu à endurer en termes d’entraînement cette semaine et les précédentes. Ils s’entraînent dur pour en arriver là, que ce soit ceux qui ont repris le 20 juillet ou ceux qui étaient là dès le 7 juin avec nos séances en salle. On remporte les trois derniers matchs aux prolongations, ce n’est pas un hasard. Ça paye tant que c’est jouable. Mes joueurs ont su trouver les ressources athlétiques et physiques pour revenir et pour passer devant. »

« Je suis fier pour mes potes et pour mon président »

« Il reste quinze jours avant le prochain tour, il reste de bonnes émotions à avoir en championnat. C’est trop beau, ça n’arrive qu’une ou deux fois dans une carrière. Je suis désolé pour le président et pour sa femme mais il va devoir aller à Vincennes pour le tirage mardi. Maintenant, je pense que ce n’est que du bonus pour nous. Dans tous les cas, on recevra. On est le Petit Poucet en Bretagne, c’est sûr, peut-être en France. Les plus petits sont des N3 et des R1 maintenant. Je ne sais pas dans quel chapeau on va être. Je veux prendre tout ce qui est jouable et ce qui peut nous permettre d’y croire. »

Sinagot pure souche, Nicolas Scourzic a repris l’équipe au mois de juin à la demande plusieurs de ses potes. « Voir un stade comme ça, avec autant d’effervescence, ici. Je pense que je vais prendre encore 45 minutes de plus à faire mes courses. Je suis fier pour mes potes, pour Founass, et pour mon président, Philippe Kerlidou, qui le mérite tellement. »