R3 (Gr. H)10e j.

S. Leloup (US Laillé) : « Il n’y a pas eu photo » contre Saint-Abraham

11/12/2017 à 20:53

Défaits trois buts à zéro à Saint-Abraham, les joueurs de Simon Leloup redescendent à la quatrième place après la dixième journée. L'entraîneur de l'US Laillé revient sur cette rencontre qui tranche avec les dernières sorties de son équipe.

Comment analysez-vous cette défaite nette que vous avez subie hier ?

Il y a beaucoup de déception. D’un point de vue comptable, il y avait un coup à faire pour rester dans le haut du tableau et se détacher des autres. Le championnat est serré. Après une défaite 3 – 0, on ne peut pas être surpris, il n’y a pas eu photo. On est passé trop au travers, il a manqué trop d’ingrédients. Quand personne n’est dedans et qu’on joue contre des morts de faim comme Saint-Abraham avec une atmosphère particulière… On n’a pas fait ce qu’il faut, on n’a pas du tout été dans la continuité après notre très bonne prestations contre Bains-sur-Oust (victoire 2 – 1 la journée précédente). On s’est fait avoir, il nous manquait trop de choses.

Aviez-vous détecté des signes avant-coureurs durant la semaine ?

Non, je suis satisfait de l’implication des joueurs aux entraînements. Je pensais qu’on avait bien préparé ce match. Malgré tout, sur notre série de trois matchs avant la trêve, on savait que ce match serait clairement le plus difficile à jouer. Je m’étais renseigné sur l’adversaire. Je pensais surfer sur notre dynamique, on restait sur deux victoires. Les joueurs ont failli, on a failli tous ensemble. De l’autre côté, il n’y a pas eu de casse mais on aurait pu se détacher. On a une grosse envie de se rattraper le week-end prochain face à Mauron.

Il reste une journée avant la trêve. Quel est votre état d’esprit avant la coupure ?

On a à cœur de terminer sur une bonne note et de finir dans le trio de tête pour aborder la phase retour dans le haut de tableau. Le calendrier sera clairsemé sur la deuxième partie de championnat. Si on parvient à être régulier dans la performance, on pourra éventuellement se permettre d’être ambitieux.

Propos recueillis par David Guitton