Conf' de presseMetz

Les premiers mots de Frédéric Antonetti (Metz) de retour sur le banc

16/10/2020 à 17:30

Quelques jours après son retour physique comme entraîneur du FC Metz, Frédéric Antonetti s'est exprimé devant les médias avant le déplacement à Angers.

« Je ne sais pas si vous l’avez ressenti, mais je ne suis jamais parti… » C’est par ces mots que Frédéric Antonetti, très ému, a commencé à s’exprimer devant la presse ce vendredi. Le technicien corse est de retour physiquement depuis mardi à Metz, presque deux ans après avoir rejoint l’Ile-de-Beauté pour rester au chevet de son épouse très malade et décédée en juillet. « Je reviens physiquement, mais je crois que je n’ai jamais quitté mon poste. Je préparais déjà les matches donc il n’y a pas plus d’excitation (sourire) », lâche-t-il. D’être au milieu des joueurs, ça fait du bien, c’est pour ça que je fais ce métier. Pas un joueur n’est arrivé sans que je l’ai au téléphone, que je lui explique la politique sportive. Donc c’est compliqué pour moi de répondre à ces questions sur mon retour alors que pour moi je ne suis jamais parti. » Comme pour faire comprendre que le capitaine du bateau a toujours été à la manœuvre.

« C’était très clair depuis le début » (Fred Antonetti au sujet de Vincent Hognon)

L’occasion également de faire le bilan des six premières journées de championnat. On est au-dessus de la moyenne, on se dit qu’on aurait pu faire mieux vu l’histoire des matches contre Paris et Marseille mais c’est un bon début. Au sujet du départ de Vincent Hognon, Antonetti n’a pas trop souhaité commenté le choix de son ex-adjoint. C’est son choix, il faut le respecter. Dans sa tête, c’était très clair dès le début. Le poste de numéro 2 étant vacant, c’est Jean-Marie de Zerbi, parti du club en juin pour raisons personnelles, qui a naturellement effectué son retour.

Le FC Metz va regarder en interne avant d’agir pour un joker médical suite à la blessure de Niane

Interrogé sur la grave blessure d’Ibrahima Niane, Antonetti ne s’est pas apitoyé sur son sort. C’est la malchance de ce début de saison. On n’avait pas prévu ces blessures graves pour N’Doram et Niane qui font partie de nos meilleurs joueurs. Ca fait partie des aléas, on espère que ça s’équilibrera dans la saison. Logiquement questionné sur les alternatives qui s’offrent à lui ainsi qu’au club qui peut engager un joker médical en France, le coach grenat a d’abord expliqué vouloir observer avant d’agir. Il faut garder la tête froide et se demander si on a la solution interne? Aujourd’hui, je n’ai pas la réponse. On va attendre. Peut-être que Ambrose, Wagner ou Nguette vont se révéler à ce poste-là. On va voir. On ne va pas prendre pour prendre. On a eu des propositions en veux tu en voilà mais on ne va pas faire n’importe quoi. » Le boss a parlé.