Certifié EspoirPortrait

Yann Godart, de Bar-le-Duc à l’Equipe de France U17

09/02/2018 à 16:50

Le sélectionneur de l’Equipe de France U17, Patrick Gonfalone, a retenu vingt joueurs pour participer à un tournoi international amical en Espagne, du 13 au 17 février. Parmi eux, Yann Godart, latéral droit au FC Metz. Sélectionné à 21 reprises chez les jeunes, le natif de Bar-le-Duc (Meuse) continue son ascension sous le maillot tricolore. Portrait d'un jeune espoir à la tête bien faite.

Trois Stéphanois, trois Rennais, trois Monégasques, deux Dijonnais, un Parisien, un Nantais… Et un Messin ! Parmi les 20 joueurs convoqués par Patrick Gonfalone pour disputer un tournoi amical en Espagne, du 13 au 17 février, figure Yann Godart, défenseur du FC Metz. Le joueur Messin est régulièrement appelé en Bleus depuis sa première convocation en septembre 2016, en moins de 16 ans. Un an et 15 sélections plus tard, le Barisien découvre, en septembre dernier, la catégorie des moins de 17 ans. Et le haut niveau. Si, jusqu’à présent, il n’a joué que des matchs amicaux, Patrick Gonfalone lui donne l’opportunité, en cette fin d’année 2017, de connaître les joies de la compétition. Bilan : trois victoires en autant de matchs lors du premier tour des éliminatoires de l’Euro U17 2018, et une qualification pour le Tour Elite (deuxième tour préliminaire). A titre personnel, trois titularisations pour le défenseur lorrain, sans être remplacé. Encore à Bar-le-Duc il y a deux ans et demi, en U15, le joueur vit un véritable conte de fée.

Une ascension éclair pour le jeune international français (16 ans), qui commence à taper ses premiers ballons dans la Meuse. Au FC Revigny, d’abord, petit club local, avant de se confronter au niveau régional, sous le maillot du Bar-le-Duc FC. C’est d’ailleurs lors d’une finale de Coupe de Lorraine U15, à Plantières, face au FC Metz, que sa jeune carrière prend un véritable tournant. Son entraîneur actuel au FC Metz, Bertrand Antoine, et adversaire ce jour-là, se souvient « d’un petit sur le côté droit » qui se « débrouillait vraiment bien ». Après la rencontre, le coach messin prend le soin de discuter du jeune Yann avec ses homologues barisiens, et est surpris d’apprendre « qu’il était U13 mais évoluait avec les U15 ». L’entraîneur grenat informe ses dirigeants de cette belle découverte. Une semaine plus tard, finale régionale U13 à la plaine de jeu du FC Metz. Parmi les 16 équipes présentes figure Bar-le-Duc. Et qui est de la partie ? Yann Godart, encore. Le joueur de Bar-le-Duc « confirme la bonne impression » faite une semaine plus tôt. Le club à la croix de Lorraine prend contact avec sa famille et il rejoint le club la saison suivante. Début d’une nouvelle vie pour la recrue : départ de sa Meuse natale pour la cité mosellane, études au Collège Arsenal, en internat, puis au Lycée Louis de Cormontaigne ensuite. L’aspect scolaire, justement, est essentiel dans le parcours d’un jeune du centre de formation messin. Bertrand Antoine décrit Yann comme un élève « studieux, attentif, appliqué, qui regroupe toutes les qualités attendues » au centre de formation grenat.

Un garçon fiable, mature et travailleur

Le joueur est à l’image de l’étudiant. Au moment de dresser le portrait de son jeune protégé, l’entraîneur des U17 du FC Metz ne tarit pas d’éloge : « ce que j’apprécie chez lui, c’est sa fiabilité. Il est régulier dans les performances, à l’entraînement comme en compétition. Il fait preuve de beaucoup de maturité pour son âge. Il est humble, travailleur, discret et très déterminé à réussir. Il met en œuvre tout ce qu’il faut pour réussir. Il se remet en question quotidiennement, et c’est essentiel pour progresser. C’est un compétiteur qui donne tout pour gagner ». Pour Bertrand Antoine, l’éducation et les valeurs inculquées par sa famille font de lui « un garçon sain, équilibré, qui a la tête sur les épaules ». Coéquipier exemplaire, le défenseur « est très agréable dans la vie de tous les jours, à l’écoute des autres », et son comportement irréprochable fait de lui « un bel exemple de réussite de la formation grenat ». Côté terrain, Bertrand Antoine parle d’un joueur « offensif, à l’origine milieu droit à Bar-le-Duc, qui s’est installé comme latéral » avant d’ajouter : « il est performant dans le un contre un, rarement battu. Il maîtrise les techniques défensives, possède une bonne qualité de relance. Comme il a joué plus haut, il est capable d’apporter offensivement. » Mais comme bon nombre de jeunes, Yann a encore une marge de progression importante : « il doit encore améliorer son pied gauche. D’ailleurs, j’ai un manque au poste de latéral gauche, alors il m’arrive de l’aligner à ce poste-là. C’est une bonne occasion pour lui de développer son pied gauche, gagner en polyvalence et ainsi avoir un bagage plus large à l’avenir », explique Bertrand Antoine. Le jeune Lorrain, qui soufflera ses 17 bougies le 19 septembre, doit logiquement progresser physiquement : « il doit également se développer athlétiquement, ce qui est normal à son âge. Plus on avance dans les catégories et plus les adversaires sont costauds et rapides. Il doit donc gagner en force pour remporter des duels » ajoute son coach.

« Son rêve : devenir professionnel »

La progression de Yann, justement, se fait « de manière stable et intelligente » selon Bertrand Antoine, palier par palier : « il s’entraîne en début de semaine avec les U19 depuis quelques mois. C’est une bonne chose pour progresser, notamment physiquement ». Les rassemblements en Equipe de France de jeunes sont également un moyen pour le tricolore de « se confronter au plus haut niveau et s’améliorer » dans une équipe « qui regroupe les meilleurs éléments de sa génération » face à « des footballs différents et enrichissants ». Titulaire au poste de latéral droit chez les mini-Bleus, le poste est propriété messine en sélection : « dans la génération 99, c’était Justin Taite (défenseur du FC Metz chez les U19) le titulaire du poste en moins de 16 ans, lorsqu’il avait été retenu. En moins de 17 ans, c’était Vincent Collet (génération 2000) avant lui, désormais appelé chez les moins de 18 ans. Et là, en moins de 16 ans, Kylian Sidilia (2002) est titulaire du poste. Il est entouré d’internationaux à son poste, et cette concurrence va tous les tirer vers le haut. C’est une fierté pour le club ».

Si le jeune latéral continue de gravir les échelons un peu plus vite que les autres, son coach tient à mettre en garde son protégé : « il faut faire attention, tout ce qui lui arrive n’est pas forcément gage de réussite. Il doit maintenir un niveau d’exigence. Mais je ne suis pas inquiet, il a cette humilité qui le pousse à se remettre en question tous les jours et bosser. » L’ancien Barisien passe toutes les étapes de la formation avec succès, à tel point que le monde professionnel n’est plus aussi loin qu’il y a deux ans et demi, lors de son arrivée au club. « D’année en année, il s’en rapproche davantage, c’est vrai. A nous aussi de protéger nos jeunes, il ne faut pas que ça aille trop vite. confie Bertrand. Mais j’espère qu’il atteindra son rêve : devenir professionnel. Ça reste un rêve pour tous nos garçons, mais c’est difficile, il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte : les blessures, malheureusement, tout comme la concurrence, qu’il a d’ailleurs chez nous à son poste. Je pense que c’est un garçon qu’on retrouvera dans le monde professionnel, parce que c’est un travailleur. Je l’espère pour lui, mais aussi pour nous, c’est toujours une fierté d’avoir des jeunes formés au club au sein de l’équipe fanion ». En attendant de passer professionnel, Yann, lui, va tranquillement continuer à monter les marches, deux par deux, ou trois par trois, sans faire de bruit. Qui sait, c’est peut-être lui, la surprise de Deschamps, au poste de latéral droit.

Crédit photo : Compte Facebook – Yann Godart

Florian Tonizzo