N2Interview

Franck Haise (RC Lens B) : « On a un peu d’avance sur l’an passé »

06/08/2018 à 14:27

Entraîneur du RC Lens B, Franck Haise a pris le temps d'évoquer la préparation d'avant saison. Une année qui devrait être plus simple, selon le technicien, grâce à un groupe qui se connaît davantage.

Quel retour faîtes-vous sur la préparation ?

Ca s’est plutôt bien passé. On a eu quatre garçons qu’on souhaitait recruter pour renforcer le groupe et qui étaient avec nous dès départ, trois joueurs de champ et un jeune gardien. On n’a pas eu trop de problèmes sur les quatre premières semaines de préparation, en dehors d’un joueur qui avait un soucis en fin de saison à la cheville et qui va reprendre. On a plutôt bien travaillé, avec un certain nombre de garçons qui connaissaient bien le fonctionnement, donc on a un peu de temps d’avance par rapport à la saison dernière. Les amicaux ont été dans ce sens, avec de bons contenus à chaque fois. En plus, on a gagné nos quatre matches. Ca ne présage de rien, mais c’est toujours intéressant (sourires).

Comment gérez-vous la relation avec l’équipe fanion ?

Il y a un décalage important entre nos deux préparations. On a récupéré le jeune Nsana Simon qui a vécu les premières semaines avec les pros, mais qui a basculé. C’est un 2000. Il a besoin de s’aguerrir avec la réserve avant de remonter. On joue notre rôle en accueillant sur des séances et des matches, des pros qui ont besoin de jeu. Lors d’un de nos quatre matches, on a fait la première heure avec des jeunes pros qui ont besoin de jouer. C’est le principe d’une réserve qui doit s’adapter. Ca s’est bien passé entre les joueurs qui sont venus et les staff.

Vous sortez d’une saison difficile. Qu’espérez-vous cette année ?

C’est une saison qui a été compliquée avec une très jeune équipe, l’an passé. Elle a connu trois entraîneurs différents, Erik Sikora, Sylvain Matrisciano et moi, à partir de mi septembre. On a connu cinq défaites en six matches. On met du temps à se relever. On a fini en jouant le maintien jusqu’au bout, mais en étant 10e. Ce sont de bonnes expériences à vivre, surtout quand on les traverse. Ce que j’attends ? Vu qu’on a une base que les joueurs connaissent, c’est qu’on prenne un peu plus de points au départ pour éviter d’avoir une saison compliquée tout au long. Pour le reste, on ne se fixe pas de limite, ni sur le plan individuel, ni collectif. On ne sait pas ce que sera notre saison en terme de résultat, mais soyons ambitieux. Ce sera difficile, malgré le travail à accomplir.

Vous allez découvrir une nouvelle poule, après être allé en Corse l’an passé…

On va plutôt aller dans l’Est. Il y a d’autres équipes. Même en région parisienne, ce sont des clubs qu’on ne connaissait pas. C’est bien d’avoir toujours un petit renouvellement. Ca permet de voir d’autres régions, d’autres footballs. On a eu l’expérience de jouer contre les clubs corses. On avait perdu à domicile les deux premiers matches sur la phase aller. Mais on a prouvé qu’on a mûri, car on a fait un nul à Bastia Borgo et une victoire à Furiani. C’est important qu’il y ait une évolution. Avec une équipe jeune, on sait qu’après une phase aller difficile, si on progresse bien, on est souvent mieux lors de la phase retour. On va s’attacher à ne pas refaire une phase aller catastrophique (rires). J’ai confiance dans le groupe et les jeunes pros qui vont donner un coup de main. J’espère que ça va bien se passer.