InterviewNational

Olivier Frapolli (US Boulogne) : « On est dans les temps »

23/07/2018 à 15:16

Entraîneur de l'US Boulogne Côte d'Opale, Olivier Frapolli se montre satisfait de ce qu'il a vu jusqu'à présent. Il évoque cette préparation, marquée par l'actualité N'Golo Kanté.

Où en êtes-vous dans la préparation ?

On a dépassé la moitié, on a fait le choix de reprendre assez tôt, le 21 juin, pour avoir le temps de bien travailler. On est dans les temps. On a eu un mercato assez animé, avec pas mal de départs et d’arrivées, ça demande du temps. Niveau athlétique, on a fait ce qu’on voulait. Il n’y a pas eu de gros couacs qui nous ont perturbé.

Vous avez fait le choix d’affronter de bonnes équipes en amical.

Dans le coin, il y a peu d’équipes de National. Si on veut en affronter, il faut aller en région parisienne. Mais on a la chance qu’entre Le Touquet ou Montreuil, il y a beaucoup de clubs pros qui viennent. On a affronté Lens, le Paris FC, Quevilly et le Cercle Bruges. Ce ne sont pas des oppositions qui ressemblent au contexte de notre championnat, mais on n’a pas le choix. Ce sont des raisons d’organisation et économiques. On a tout sur place. En plus, avec la météo clémente, on n’a pas la nécessité de partir pour faire un stage. On profite de cet avantage. Ca permet d’avoir des matches intéressants.

Qu’en retirez-vous ?

Lors des trois premiers, on a fait pas mal de turnovers, un peu moins sur le dernier match (Cercle Bruges). Ca se met en place. Forcément, il y a des choses à travailler. On avait l’espoir d’avoir un effectif qui ne bouge pas trop, mais on a eu des départs qui n’étaient pas prévus, comme Hassan Alla. La liste s’est allongée. On n’a pas eu la continuité de la 2e partie de saison, qui était notre objectif..

Êtes vous satisfait de votre recrutement ou attendez-vous encore des joueurs ?

On a beaucoup travaillé en amont pour avoir un effectif quasi complet à la reprise. Ca a été le cas. Il y a des joueurs qu’on a fait venir qui jouaient dans leur club. C’était leur volonté de nous rejoindre très tôt et de sortir de leur zone de confort. C’était important d’avoir ces accords, qu’on ne soit pas un choix par défaut. On a un seul prêt, Guillaume Beghin, du RC Lens, qu’on a supervisé cinq fois. On le connait très bien. Il nous faut encore un joueur, au milieu, pour combler l’arrêt de Hassan, qui était important sur le plan technique et mental, et un gardien en numéro 2. Sinon, l’effectif est complet, car on a fait le travail en amont, alors que la saison dernière, nous avions recruté trois titulaires offensifs dans les dernières semaines.

Qu’attendez-vous de la fin de préparation ?

On a mis une programmation précise. Il n’y a pas eu de problème. Du coup, le travail fastidieux a été bien fait. On va rentrer dans les détails, sur le plan physiologique. On va donner du jus et des jambes pour l’entame.

Il y a huit jours, N’Golo Kanté a été champion du monde. C’est un ancien de l’USBCO.

C’est bien, car c’est un joueur qui a une image très attachante. Il correspond aux valeurs de ce club. Si N’Golo quitte l’Angleterre, il y aura des retombées financières pour le club. On suit donc l’actualité, car les sommes avancées sont très importantes. Il était venu nous voir l’an dernier. C’est quelqu’un de très discret et d’accessible. C’est surprenant quand on voit son rayonnement sur le terrain.

Crédit : Laurène Lbr photos / USBCO