Mercato des bancsR1/N3

Rémi Bendjaballah explique son départ de Lumbres pour Saint-Omer

30/04/2021 à 15:58

Pour Rémi Bendjaballah, l'heure est venue de voguer vers de nouveaux horizons. Après neuf années passées à Lumbres, dont sept en tant qu'éducateur, le jeune homme de 20 ans a décidé de prendre la route menant à Saint-Omer. Pour Actufoot, il explique ses motivations.

Rémi Bendjaballah, ces neuf dernières saisons, vous étiez à l’Olympique Lumbrois. Quel poste y occupiez-vous ?

A Lumbres, j’étais responsable préformation (U12-U16) et adjoint dans la coordination de l’école de foot (U6-U11). Contractuellement, dans le cadre du BMF que je passais, j’étais salarié et disposais d’un contrat d’un an. Cette saison était ma neuvième au club, dont sept en tant qu’éducateur, et les deux dernières avec un poste de responsable.

Pourquoi avez-vous pris la décision de quitter le club pour rejoindre l’US Pays de Saint-Omer ?

Cela s’explique par plusieurs facteurs. Déjà, du fait de mon projet professionnel, lié à mes études. Autre point : c’est la raison pratique, puisque j’habite dans le secteur audomarois, donc le club est plus proche de chez moi. Et puis, on ne va pas se mentir, j’ai aussi pris cette décision par rapport à l’aspect sportif. L’USPSO est un des clubs phares de la région des Hauts-de-France, notamment dans le domaine de la formation, et j’ai jugé qu’il était temps pour moi de franchir un cap. Après sept saisons en tant qu’éducateur à Lumbres, durant lesquelles j’ai entraîné quasiment dans toutes les catégories, je considérais avoir fait le tour. J’ai aussi un projet personnel, celui de passer le BEF d’ici quelques saisons, et pour cela je dois faire partie d’une structure de niveau Ligue. Raison pour laquelle je me suis engagé sur le long terme avec l’US Pays de Saint-Omer.

Quel poste occuperez-vous à l’US Pays de Saint-Omer ?

Concernant la catégorie précise, cela doit être confirmé avec les responsables techniques de l’USPSO. Mais ce que je peux dire, c’est que j’entraînerai des jeunes de la branche pré-formation. Si mon emploi du temps me le permet, j’interviendrai aussi après des 6e et 5e dans le cadre de la section sportive football du collège Blaise Pascal.

« Il était temps pour moi de franchir un cap »Rémi Bendjaballah, au sujet de son départ de Lumbres

Qu’adviendra-t-il de l’organigramme à Lumbres ?

Anthony Lemettre se mettra en retrait. Il occupera désormais la fonction de manager général et récupèrera, dans le même temps, mon poste avec les U12-U17. Il fallait quelqu’un qui connaisse le contexte, les tenants et les aboutissants et qui connaisse les rouages du club. On était trois à pouvoir assurer cette fonction, et c’est finalement Anthony qui prendra le relais. La transition se passe très sereinement, puisque l’on s’appelle tous les jours pour préparer la saison à venir dans les catégories jeunes. Lumbres a un projet basé sur la structuration et le fait que ce soit Anthony Lemettre qui reprenne le flambeau est une très bonne chose à mes yeux. Avec, en plus, Jean-Claude Froissart à la tête de l’équipe première (R1), on aura deux hommes compétents au sein du staff et c’est bénéfique pour le club.

Que gardez-vous de Lumbres ?

L’Olympique Lumbrois est un club avec des valeurs exceptionnelles, de partage et d’égalité. C’est d’ailleurs ce qui en fait ses forces. J’y ai énormément progressé et connu beaucoup de joie et d’émotions. Je ne remercierai jamais assez l’équipe éducative du club, mais comme je le disais, sportivement, il était temps pour moi de franchir un cap. J’aimerais également remercier personnellement Anthony Lemettre pour tout ce qu’il a fait pour moi durant toutes ces années.

Vous rejoignez un club de niveau National 3, soit un échelon au-dessus de celui au sein duquel vous étiez avec Lumbres. Qu’attendez-vous de l’USPSO ?

Déjà, je suis très content de m’engager avec Saint-Omer. Le projet sportif et éducatif y est intéressant. J’espère progresser encore davantage en tant qu’éducateur et je sais que le club et bien structuré et qu’il est composé de personnes encore plus diplômées que celles que j’ai côtoyées à Lumbres, ce qui a pesé dans mon choix de le rejoindre.