Reportage Foot à 5

Coupe du monde de Foot à 5 : le représentant tricolore connu ce samedi

14/06/2018 à 15:28

Ce samedi 16 juin aura lieu la finale nationale de la coupe du monde F5WC au Five Paris 18ème. Une dernière étape qualificative pour la phase finale à Shanghai, le 7 septembre 2018. À travers cette compétition, Actufoot vous propose de découvrir cette discipline en plein essor.

Ils ne sont plus 7 sur la centaine d’équipes ayant pris le départ des qualifications hexagonales de la 5ème édition de la coupe du monde de Foot à 5. C’est au prix d’un long parcours que les finalistes se retrouveront au pied de la dernière marche, ce samedi à Paris, à l’image de l’équipe Tiki Taka. « On a été éliminé en finale départementale d’une première étape », explique d’abord le capitaine des représentants de la région Paris-Sud. « Nous avons donc décidé de nous présenter à la qualification de Carrières-sous-Poissy, que nous avons remporté. La finale régionale à Champigny était très relevée, on est passé un peu sur le fil à chaque fois. En demi-finale par exemple on gagne 2-1 alors que nous étions menés à 1 minute de la fin du match… En finale en revanche on a réussi à dérouler. »

« Un sport où l’on court tout le temps ! »

Si l’enjeu est important, il ne déstabilise pas pour autant les participants. C’est en effet avec détermination que Yannis Aloizos et ses coéquipiers de l’équipe centre, Mambo Sieben 7, abordent cette dernière phase. « On y va de façon calme et concentrée. On a passé les étapes précédentes avec brio. On souhaite maintenant aller jusqu’au bout et remporter le titre ! Ce serait un honneur et une fierté de représenter le coq… ».

Alan De Groote, le leader de l’équipe El Team (Nord), a lui longuement planché sur la meilleure stratégie à adopter pour décrocher le grâle. Celui qui en est à sa 4ème participation nous donne les clefs de cette discipline. « Il faut avoir une très bonne condition physique, car c’est un sport où l’on n’arrête jamais les efforts : on court tout le temps ! La base du foot à 5 c’est un bon bloc. Il faut aussi un très bon gardien. Nous, on joue avec une défense à 4 et moi devant. On procède beaucoup en contre-attaque, c’est un style efficace qui nous a bien réussi jusqu’à présent. »

Rebelote pour La Masia ?

L’équipe Sud-Ouest part quant à elle peut être avec une longueur d’avance sur ses adversaires. Les coéquipiers de Paul Etienne sont en effet les tenants du titre et pourraient, après Pékin, décrocher leur billet pour Shanghai. « On connaît un petit peu comment ça se passe… Se qualifier une seconde fois consécutive serait une grande fierté, car on démontrerait une certaine régularité dans une discipline ayant une part de chance. » Mais surtout, La Masia a une revanche à prendre. L’équipe garde en effet un goût assez amer du dernier mondial. « On est parti l’an dernier à Pékin sans trop savoir à quoi s’attendre. Le niveau était très très relevé et on y était pas préparé… On s’est également fait surprendre par les règles qui étaient différentes aux nôtres, en France (les touches et le goal volant). On est revenu avec 3 défaites dans les valises et pas mal de regrets, même si on en garde de bons souvenirs de cette aventure. »

En revanche, pour Guillaume Lacuesta de l’équipe Invictus (Sud-Est), pas de place au hasard dans ce sport, mais une envie partagée de l’emporter. « Le Foot à 5 c’est tout sauf de la chance ! Il faut une très bonne technique, un bon physique et de la rigueur. Le paramètre de la réussite rentre autant en compte que sur du foot 11. Ce serait en tout cas une vraie fierté de pouvoir la gagner, car cela fait plusieurs années que l’on participe à cette compétition. »

Les équipes Bel-Air (Nord-Est) et Team Toho (Paris-Nord) vendront elles aussi chèrement leur peau lors de cette finale nationale.