ÉditoMHSC

Loulou, un héros, notre Hérault…

30/06/2017 à 15:45

Tu étais Montpellier, tu étais la Paillade, tu étais le football. En fait, tu étais tellement de choses. Loulou, tu es parti hier, le jour de ton 74ème anniversaire. Tu es parti entouré de tes proches, de ta famille, de ceux qui t'ont accompagné tout au long de ton existence. Aujourd'hui, au lendemain de ta disparition, le football français te pleure et se souvient de toi. Il se souvient de tes phrases légendaires, de tes coups de colère, des formidables images de bonheur que tu as laissé en 1991 ou en 2012. Deux dates qui ont marqué ta vie, ton oeuvre...

Cette oeuvre, tu as commencé à l’écrire en 1974, quand tu as repris et sauvé un club montpelliérain condamné à errer dans l’anonymat du football régional. En huit ans, tu as amené la Paillade au plus haut-niveau du football français, comme si rien ne pouvait te stopper. L’histoire aurait pu s’arrêter là, elle était déjà magnifique. Mais tu as continué à travailler, à vivre pour ce club, à vivre pour la Paillade. Tu es passé par des moments difficiles. Tu as connu des défaites, des descentes… et même des inondations. C’est dire. Mais ces échecs ne sont rien par rapport à tes victoires, personnelles et collectives. Tout le monde se souvient de ton visage au Parc des Princes, en 1991, lorsque tu as soulevé la Coupe de France, ce trophée si important à tes yeux. Et ta crête orange et bleue après le titre en 2012, qui pourrait l’oublier ? Qui pourrait oublier tout ce que tu as été, et tout ce que tu as fait pour le football régional ? Sans toi, le football héraultais et languedocien ne serait sûrement pas ce qu’il est aujourd’hui. Grâce à ta passion et ton travail, tu as encouragé des milliers de jeunes à venir taper dans un ballon. Tout au long de ta vie, tu as aidé et soutenu le football amateur. Ce même football qui t’a accompagné quand tu as créé la Paillade en 1974, et qui t’a récompensé à plusieurs reprises pour ton implication et ton profond amour de ce milieu. Il y a encore quelques semaines, lorsque j’ai proposé au MHSC de faire gagner des places de match pour les footballeurs amateurs du département, ton fils, Laurent, a immédiatement accepté. Ces valeurs, tes valeurs, sont ancrées pour toujours à la Paillade. Tu as créé un club familial, solidaire et humain. Un club à ton image, où les jeunes et les moins jeunes aiment se mélanger et passer un bon moment dans cette tribune populaire que tu chérissais tant, la Butte Paillade. Il y a quelques années, je t’avais interviewé à la sortie d’un match de Gambardella. Je débutais dans le journalisme et tu m’avais répondu avec ton sourire habituel, ce sourire malicieux que tu n’as jamais perdu. Loulou, tu as été et tu seras à jamais la plus grande personnalité que le football régional ait connu. Il y a eu Roger Rocher, Claude Bez et Louis Nicollin.
Ta disparition marque la fin d’une époque, d’une période dont nous sommes nombreux à être nostalgiques. Mais ton héritage est immense, à la mesure de l’homme que tu étais. Il y a quelques années, Montpellier a perdu Georges Frêche, ton ami. Hier, la région entière a perdu un oncle, un père, un grand-père. Nous sommes nombreux à avoir grandi avec toi, à tes côtés. Tout au long de ta vie, et même si tu nous a parfois énervé, tu as été un modèle et une icône pour tous ceux qui aiment le football, d’autant plus dans la région montpelliéraine. Cette région que tu as marqué pour l’éternité. Ces dernières heures, des dizaines de coachs et présidents m’ont envoyé des photos de toi en leur compagnie. Comme moi, comme des milliers de passionnés, ces personnalités du football héraultais ont perdu bien plus qu’un président de club. Je pense notamment à Michel Mezy, Robert Nouzaret, Jean-Louis Gasset, Ghislain Printant ou encore Jean-Claude Printant. Des enfants de la Paillade qui se sont construits et élevés à tes côtés.
Loulou, tu es parti, plus rien ne sera plus jamais comme avant. Mais encore plus que le football, tu aimais la vie, cette vie dont tu as profité jusqu’à ton dernier souffle. Comme tu l’as fait hier avant de partir, nous sommes et serons des centaines de milliers à trinquer à ton honneur pour te dire à quel point nous t’aimions. Loulou, tu étais un héros, notre Hérault…

Bérenger Tournier, responsable d’Actufoot34

Toute la rédaction d’Actufoot34 adresse ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Louis Nicollin…

Crédit : AFP