InterviewFCVB

Édouard Chabas : « Au-delà d’aimer Villefranche ou pas, c’est pour tous ceux qui aiment le foot ! »

20/04/2018 à 19:00

Demain (17h), le FC Villefranche-Beaujolais joue peut-être une partie de son avenir avec la réception du leader Andrézieux, leader de la poule de National 2 (B). En cas de succès demain à Chouffet, les Caladois reviendraient à un petit point de leurs adversaires du jour. De quoi s'offrir une fin de saison haletante, excitante, avec une montée en National en ligne de mire. Nous sommes allés prendre la température de l'événement auprès d'Edouard Chabas, responsable du recrutement des Tigres. Ce dernier revient sur l'organisation de la rencontre, les ambitions du club, et fait le bilan, sans détour, sur son chantier principal : Le mercato !

Edouard, comment le FCVB a-t-il préparé cet événement très important, hors terrain ?

A ce titre-là, je crois que le club a quand même fait ce qu’il fallait avec la mise en place d’un chapiteau, pour les supporters, pour qu’ils aient de quoi se restaurer dans un endroit assez convivial et sympa. Avec une petite réception d’après-match avec le beau temps qui s’annonce. Au niveau de la communication, le club a aussi fait ce qu’il fallait, comme d’habitude. Mais naturellement, pour les fidèles du club, il  n’y a qu’à voir le classement pour avoir envie de se déplacer. Pour les occasionnels, le fait d’avoir une telle affiche, le premier contre le deuxième, cela donne quand même envie de voir un beau spectacle, car il y aura deux belles équipes, au-delà du fait qu’elles soient biens classées.

Justement, le club vise-t-il la fidélisation de ces personnes ?

Je crois qu’il y a plusieurs choses. La première, c’est que cette saison on a quand même un nouvel outil avec le stade qui a été reconfiguré, refait, avec une nouvelle pelouse, des tribunes rajeunies, un nouveau complexe. Et la deuxième chose, c’est la qualité de jeu de l’équipe. On a cette saison, de par le fait, d’être passé d’un terrain synthétique lors de la construction du nouveau stade, a une « galette », naturellement eu tendance à voir du beau spectacle. Et puis, il y a ce qu’a essayé de mettre en place le coach (Alain Pochat) avec un fond de jeu, une envie d’avoir le ballon. C’est pour tout ça que cette année est intéressante à suivre pour les gens

Lancez-vous un appel ?

Oui, parce que je pense que cela va être un vrai beau match. On avait été bien reçus au match aller par cette équipe d’Andrézieux avec son stade magnifique et ses nombreux supporters. On l’avait emporté (2-4) mais on aurait aussi le perdre sur le même score car cela s’était joué sur des détails. Une rencontre hyper ouverte, un peu à l’anglaise, avec deux équipes qui calculaient pas trop. Au delà d’aimer Villefranche ou pas, pour tous ceux qui aiment le foot ça va être un vrai match d’un point de vue purement footballistique

Le club utilise particulièrement bien les voies de communication à sa disposition (site internet, réseaux sociaux, live du match etc…). Cela semble être un rouage essentiel du FC Villefranche-Beaujolais ?

C’est vrai qu’il y aura un live du match à suivre, comme tous les matches à domicile. On a également Ma TV en Beaujolais qui nous suit à chaque rencontre à domicile et à l’extérieur pour réaliser des résumés vidéos de match avec interview du coach. Cela peut fidéliser aussi ceux qui nous suivent. Il y a la communication, mais aussi le bureau marketing, commercial. Ils sont vraiment supers pour un club de National 2. Il y a aussi pas mal d’événements autour du match, des partenaires parrains des rencontres, des jeunes qui s’affrontent à la mi-temps sur des petites simulations de tirs au but en partant du milieu de terrain. Le président a quand même beaucoup de bonnes idées sur l’organisation d’une rencontre sur, et en dehors. Ce sont toutes ses petites choses additionnées qui permettent de se développer

La montée en National représente-t-elle un objectif concret ?

Même avec le classement qui était le nôtre à la trêve (égalité de points avec Andrézieux), disons que ce ne sera pas grave si on y arrivera pas cette saison. On est sur un projet de plusieurs années avec le nouveau coach, un renouvellement de l’effectif. Après, bien évidemment, quand on a cette position là, on ne va pas faire une Guy Roux en disant qu’on joue le maintien (rires). On a envie de gagner samedi, mais très sincèrement, je pense que l’on a moins à perdre qu’Andrézieux et Annecy qui ont été devant toute la saison. Le coach, le staff et les joueurs sont décomplexés par l’enjeu. On a abordé la semaine comme les autres semaines tout en ayant conscience que si l’on ne gagne pas, ce sera terminé pour y croire sur les trois matches suivants. On va jouer la rencontre pour se faire plaisir face à une très belle équipe

En tant que responsable du recrutement du club, quel bilan faites-vous jusqu’ici de vos recrues ?

« En étant réaliste, le recrutement est globalement positif. Pas parfait, car je n’oublie pas qu’il y a des joueurs qui nous ont quitté en début de saison comme Maxime Josse (défenseur central). Le fait qu’on ai aussi recruté en cours de saison avec des joueurs comme Lemaire ou Romany. Cela justifie aussi l’aspect le fait peut-être qu’il y ai eu des erreurs dans l’aspect recrutement défensif. Par contre, c’est vrai que les joueurs dont on attendait beaucoup de part leur vécu, leur CV, en termes de plus-value, on en est très content. Un joueur comme Maxime Blanc (       ), aujourd’hui, c’est notre leader technique. Nos attaquants, Arnold Lemb et Souleiman Djabbour, se sont complétés dans leur temps fort à chacun qui correspondaient aux temps faibles et blessures de l’autre. Plutôt que d’avoir un attaquant à quinze ou vingt buts, on en a eu deux qui ont marqué leur sept ou huit buts chacun. Puis d’autres, comme Ali M’Madi ou Edwin Quarshie qui venait de CFA2, qui s’est installé dans l’équipe et qui une bonne marge progression. Donc oui, c’est globalement positif. C’est jamais parfait, mais on va essayer de faire encore mieux les années suivantes. Parce que forcément, j’aurais un an de recul avec l’oeil du coach. Ca permettra aussi de s’ajuster un peu, à la fois sur le joueur, mais aussi sur l’homme. Alain Pochat donne beaucoup d’importance sur le joueur mais aussi sur l’homme, dans le vestiaire, en dehors du terrain, sur l’implication et dans le crédit que peuvent avoir les joueurs qui vont nous rejoindre dans les années futures. Cela devra être des mecs bons sur et en dehors du terrain »

Un dernier mot ?

« Déjà, que le meilleur gagne samedi ! On souhaite vivre une belle fin de saison, qui peut-être encore plus excitante samedi en cas de bons réusltats. Je souhaiterai, je rêverai que le derby contre Chasselay à deux matches de la fin soit un match à enjeu et non pas une rencontre lors de laquelle il n’y ai plus rien à jouer, comme l’année dernière pour les 90 ans du club. L’idéal, c’est de jouer ce derby avec la première place à portée de fusil ».

Crédit photo : DR