InterviewFC Vaulx

Antoine Jean-Baptiste (FC Vaulx) : « On a la tête sur les épaules »

14/02/2020 à 16:32

Buteur contre Hauts Lyonnais il y a dix jours pour offrir la victoire au FC Vaulx totalement placé dans la course à la montée en N2, le défenseur Antoine Jean-Baptiste (29 ans) a accepté de répondre à nos sollicitations. L'international martiniquais évoque la belle saison de son équipe, les difficultés extra-sportives rencontrées par son club et la sélection qu'il garde dans un coin de sa tête...

Antoine, vous voilà à trois points derrière Hauts Lyonnais à l’aube de la 16e journée. On ne va pas y aller par quatre chemins, jouez-vous la première place en National 2 après ce succès ?

Honnêtement, nous, on est sur un beau parcours, on a un groupe vraiment soudé et solidaire donc on va essayer de rester coller le plus possible. On verra sur la fin de championnat ce qu’on peut jouer, on a la tête sur les épaules, on sait d’où on vient donc on ne veut pas s’enflammer. Pour l’instant, on veut garder notre solidité défensive puisqu’on est la meilleure défense du championnat.

Vous vous êtes distingué par un superbe but lors de ce match (voir par ailleurs).

C’est comme à l’entraînement où j’ai l’habitude de tenter ma chance. On me dit souvent que j’ai une bonne frappe, pour le coup, le ballon arrive et je fais une bonne prise de balle malgré un terrain compliqué. Je tente ma chance de loin et vu que je l’ai un peu prise de l’extérieur, elle a fait ce petit effet. Ça a réussi, c’est bien pour l’équipe et le club puisqu’on jouait contre les premiers.

De l’extérieur, le groupe semble très bien vivre.

Oui, on a un groupe de qualité avec un mélange de jeunes et de plus anciens. On essaye, nous en tant qu’en anciens, de leur apporter notre expérience. Ils sont à l’écoute donc c’est bien. Le coach Said (Mehamha) connait bien le football donc ça aide aussi ! Il y a une grande solidarité dans l’équipe, on est des hommes qui n’ont pas peur de se battre les uns pour les autres.

Sportivement, tout se passe bien pour l’équipe. Néanmoins, il a fallu gérer quelques déceptions comme l’élimination sur tapis vert en Coupe de France alors que vous vous étiez qualifiés contre Valence.

Le groupe ne l’a pas mal vécu, mais ça nous a mis un petit coup au moral. C’est la Coupe de France, on a envie de la jouer, d’aller loin, de rencontrer des grosses équipes, de faire les choses bien et montrer à tout le monde qu’on est présent. Après, le groupe est solidaire, on a su repartir de l’avant et se remettre au boulot. Cela n’a pas été un mal pour un bien, mais on s’est concentrés sur le championnat, on n’a pas eu la tête ailleurs. Cette compétition, c’est quelque chose à jouer et c’est dommage que ça se soit passé comme ça. Mais on va continuer à batailler jusqu’à la fin.

Le club ne jouera pas non plus l’édition de la saison prochaine. Cela pollue vos bons résultats sportifs…

C’est le petit bémol. La Coupe de France, c’est beau, tu joues de bonnes équipes, ça fait de la pub pour le club. C’est dommage.

En tant que joueur, cela doit vous faire vous poser des questions…

Oui, après, il y a eu des changements au sein du club. Certaines choses se sont passées, le FC Vaulx évolue doucement, à sa propre vitesse. Il ne faut pas précipiter les choses. En tant que joueur, on n’y peut pas grand chose. Ce qui se passe en extra-football, ce n’est pas trop notre problème. Said essaye aussi de nous protéger de ça, de nous laisser dans notre bulle pour pouvoir nous concentrer sur le terrain. Les difficultés, on les connait, mais on essaye de relativiser, de rester entre nous avec le staff et travailler pour rester dans cette dynamique positive de résultats.

A 29 ans et avec de bonnes performances en N3, comment voyez-vous la suite de votre carrière ?

On a toujours des ambitions personnelles. Avec mon passé et mon vécu dans le foot, je sais que tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Je ne me prends pas la tête et je me plaisir avec cette équipe solidaire. Je vis le moment présent et on verra ce que l’avenir me réserve. Pour l’instant je me concentre vraiment sur Vaulx, j’ai une saison à terminer. On a des objectifs qui sont de rester au contact le plus longtemps possible cette année mais je ne sais pas de quoi est fait le futur. Les ambitions, que ce soit les jeunes ou les moins jeunes de l’équipe, on en a tous. On veut tous jouer au-dessus, c’est normal.

Vous n’avez plus été appelé avec la sélection martiniquaise depuis 2017. Est-ce désormais derrière vous ?

Quand j’y étais, ça se passait très bien. Après il y a eu un changement de coach et tout ce qui s’en suit. J’ai eu des contacts téléphoniques avec eux, je devais y retourner, mais j’ai eu ma fracture du dos à Chasselay l’an dernier. Donc oui, je reçois des appels de la sélection mais pour l’instant il n’y a rien de concret.

Vous avez porté ce maillot à 16 reprises pour deux buts. Quel effet ça fait de porter ce maillot ?

C’est magnifique ! Tu représentes ton île, ta famille. C’est merveilleux et presque l’une des meilleures expériences que j’ai vécues. Si je devais y retourner, j’irai avec un grand bonheur !

 

Crédit photo : FC Bourgoin-Jallieu