Coupe de France16èmes de finale

Antoine Philippon (FC Villefranche) : « On peut marquer l’histoire d’un club »

22/01/2019 à 12:01

Ce mardi soir (18h30), le Football Club de Villefranche-Beaujolait (N1) reçoit Les Herbiers (N2) en Coupe de France (16es) pour ce qui pourrait être une qualification historique pour le club rhodanien. Le dernier rempart de l'équipe, Antoine Philippon s'est confié à nous avant d'affronter le finaliste perdant (2-0 face au PSG) de la dernière édition.

Quel regard portez-vous sur le parcours déjà accompli ?

Cela montre notre état d’esprit dans cette Coupe de France. Nous n’avons jamais rien lâché. On a joué des équipes inférieures et on s’est qualifié 3 fois aux prolongations, une fois aux tirs au but. On a un bon groupe, une bonne équipe, on le prouve. On aimerait le montrer un peu plus en championnat, mais malheureusement ça ne tourne pas dans le bon sens, mais au moins en Coupe de France on fait le travail, j’espère que ça va continuer.

Que représente ce match pour le FC Villefranche Beaujolais ?

C’est un beau cadeau. Ce serait historique pour le club si on passe ce tour car Villefranche a déjà atteint 2 fois les 16èmes de finale. Tous les bénévoles en parlent. On va tout faire pour.

Et que représente pour vous la Coupe de France ?

C’est une compétition à part. Pour moi, qui ne l’ai pas disputée tous les ans, je suis vraiment content de la jouer cette saison. Ce sont des matches à élimination directe et nous les gardiens, on est sollicité dans le match ou lors de la séance de tirs au but. Je suis content parce que j’ai déjà été décisif à ce niveau cette saison.

Pour un gardien de but, est-ce que la Coupe de France demande d’autres qualités techniques et/ou mentales, en comparaison au championnat ?

Non, si ce n’est peut-être lors de la séance de tirs au but. Il faut être décisif devant comme derrière. Lors des tours précédents, je savais que j’allais avoir peu de ballons à négocier face à des équipes de rang inférieur. Il faut répondre présent lorsque l’on est sollicité.

Vous allez disputer votre premier match à domicile en Coupe de France cette saison, une grosse affluence est attendue, c’est motivant ?

C’est un gros plaisir, après ça reste un plaisir si l’on gagne car si l’on perd ça sera gâché. Il faut vraiment profiter du moment, on ne joue pas un 16ème de finale tous les ans. Il faut gagner quoi qu’il arrive peu importe la manière. Seule la qualification sera belle.

Malgré sa descente en N2 et son effectif renouvelé, le club des Herbiers reste un adversaire coriace…

Ils surfent sur leur parcours de la saison dernière. Ils ont l’ADN Coupe de France. Ils ont battu Troyes (Ligue 2), ce n’est pas rien. Une grande partie de leurs joueurs ont joué au-dessus, ils connaissent… Cela va être notre match le plus difficile je pense.

Une petite déception de ne pas affronter un club professionnel ?

Non pas du tout. Les supporters attendaient peut-être un PSG ou un Lyon, mais Les Herbiers ça reste une belle affiche. Et puis on ne sait pas ce qui peut ce passer, si on passe… On a peut-être plus de chances de battre les Herbiers qu’une équipe de Ligue 1. À nous de faire le travail.

Propos recueillis par Julien Guibet.

Crédit Photo : Football Club de Villefranche-Beaujolais