InterviewN1

Christopher Shiashia : « Je suis en pleine réflexion »

03/06/2020 à 10:12

Libre de tout engagement après une saison pleine à Concarneau (N1), Christopher Shiashia se trouve à la croisée des chemins. Courtisé par plusieurs écuries françaises mais aussi à l'étranger, le latéral gauche de 23 ans a l'embarras du choix concernant sa prochaine destination, d'où sa profonde réflexion actuelle. Interview. (Photo : Benjamin Beneat)

Christopher, comment allez-vous dans cette période de mercato qui peut s’avérer difficile à gérer ?

Forcément un petit peu stressé parce que je ne sais pas de quoi sera fait mon avenir, donc je me pose quelques questions par rapport à ça. Après je sais que mon agent fait le nécessaire pour trouver le meilleur projet sportif pour moi. Donc je suis dans l’attente.

A côté de ça, vous continuez de vous entretenir physiquement pour arriver dans un état optimal à la reprise avec votre futur club ?

Oui, mais je le fais aussi pour moi-même au quotidien. Ce n’est pas facile de tout arrêter du jour au lendemain !

Vous sortez d’une saison pleine avec Concarneau mais vous n’avez pu trouver d’accord pour prolonger l’aventure. Un regret ?

J’étais bien là-bas, je me voyais bien rester sur le long terme, m’épanouir et progresser. Après, c’est le monde du football,, ce n’est pas facile.

Vous comptez déjà près de 50 matches en National 1 (avec Lyon-Duchère et Concarneau) à bientôt 24 ans. La suite, pour vous, ce serait quoi dans l’idéal ?

50 matches, c’est pas mal. Cela montre que les clubs par lesquels je suis passé m’ont fait confiance. Pour la suite, je suis en pleine réflexion sur la tournure que je vais donner à ma carrière qui se situe entre la France et l’étranger.

Plusieurs destinations et clubs scrutent votre profil (Chypre, Grèce, Belgique, Pays de l’Est, Red Star, Le Mans, Sochaux, Villefranche-Beaujolais). Avez-vous des préférences ? Vous sentez-vous prêt à partir à l’abordage ?

Je suis parti à l’abordage depuis mes quinze ans puisque j’ai presque fait toute la France. Je prends aussi vraiment en compte les conseils de ma famille et c’est pour ça qu’on réfléchit en ce moment sur la possibilité de partir à l’étranger ou non. Il faut étudier toutes les opportunités et voir ce qui peut se passer avec chacune d’entre elles.

L’objectif aussi, c’est d’aller chercher ce premier contrat professionnel en France où à l’étranger ?

C’est sûr. C’est la première marche de mon escalier. Ce serait aussi un aboutissement personnel par rapport à tous les efforts fournis.

Que peut-on vous souhaiter ?

Le meilleur et qu’on se revoit bientôt sur les terrains de foot !

Propos recueillis par Thomas Gucciardi

Crédit photo : Benjamin Beneat / US Concarneau