Coupe de France - ITW6e tour

Cris (MDA Foot) : « Je suis plutôt satisfait de mon équipe… »

25/10/2019 à 11:31

[Entretien] L'entraîneur de MDA Foot s'est confié à Actufoot hier après-midi à deux jours du 6e tour de Coupe de France contre Thonon (R1). Le projet de MDA Foot, le championnat de N2, la Coupe, son refus d'entraîner Thonon l'été dernier, Anthony Réveillère... le technicien brésilien passe tous les sujets en revue ! (Crédit photo : MDA Foot).

Cris, comment abordez vous ce match de Coupe de France, contre une formation grosse formation de R1 ?

Comme un match de Coupe de France habituel, avec l’engagement que ça demande et qu’on va retrouver. Quand on parle de cette compétition, c’est avant tout l’envie, l’agressivité qui priment. Si tu n’es pas prêt mentalement, tu perds le match sur un détail. Bien sûr qu’on sait que cette équipe possède beaucoup de bons joueurs et on a d’ailleurs beaucoup de respect pour notre adversaire.

« J’ai vraiment hésité à rejoindre Thonon Evian »

Vous connaissiez d’ailleurs le projet de Thonon Evian puisque le club vous a contacté l’été dernier pour prendre l’équipe première…

Oui, je connais très bien leur projet qui est de remonter petit à petit les niveaux. Ce n’est pas parce que c’est une R1 que c’est une équipe inférieure. Elle est prête à jouer, à faire son match et elle peut battre n’importe quelle équipe. J’ai eu quelques rendez-vous là-bas pour connaître le projet, le club. J’ai vraiment hésité à le rejoindre. Dans tous les cas, il faut se méfier de cette équipe.

Est-ce que le fait que l’entraîneur adverse, Eric Guichard, soit l’ancien coach de MDA, représente un petit avantage pour eux ?

Il connait le club, certains joueurs de l’effectif. On a quand même changé pas mal de joueurs de l’année dernière, 16 au total. L’équipe qui a travaillé avec Eric Guichard n’est pas la même qu’aujourd’hui mais il a une bonne connaissance de MDA Foot. Les petits détails jouent, c’est un entraîneur expérimenté, qui a du vécu. On s’est connu à Chasselay et on a eu l’occasion de discuter parfois lorsque je venais voir des matches à l’époque. Je sais que c’est un entraîneur qui va jouer pour gagner.

Vous avez remporté la Coupe de France deux fois avec l’OL en 2008 et 2012. Quels est ou sont vos meilleurs souvenirs ?

Les meilleurs souvenirs, c’est quand arrive une finale et que tu la gagnes (rires). Ce sont les plus beaux évidemment. Il y a aussi des moments en Coupe de France où c’est très spécial, car on ne compte plus les niveaux. Quand on se déplaçait avec l’OL pour jouer contre les « petits clubs », ils voulaient tout donner et tout montrer parce que ça se joue sur un match. Ce n’est pas trois points ou un point à gagner, c’est ou tu te qualifies et tu avances ou tu te fais sortir. C’est ce qu’on essayait de mettre dans la tête des gars, qu’on était l’équipe à battre. On se disait : « si on est pas motivé et dedans dès le début, on va se faire massacrer ! ».

Plus globalement, quel petit bilan pouvez-vous faire de vos débuts à MDA, après neuf journées de championnat en N2 ?

Je suis plutôt satisfait de mon équipe. Ce n’est pas évident au départ en tant qu’entraîneur quand tu dois trouver la base de l’équipe, avec beaucoup de nouveaux joueurs, et mettre en place la cohésion et l’état d’esprit. C’est de nouvelles méthodes, une philosophie à développer, et je suis content parce que les joueurs ont bien adhéré à ce projet. Il y a de la difficulté bien sûr parce que les automatismes ne sont pas encore au top mais on arrive à mettre en place certaines choses car les joueurs sont attentifs. Au niveau des résultats, on a fait trois victoires, trois nuls et trois défaites, mais sur la partie terrain, globalement, l’équipe a montré qu’elle évoluait. Il nous manque parfois le petit détail qui fait la différence. Par exemple contre Annecy lors du dernier match (défaite 1-2), on a fait une bonne prestation mais on fait deux erreurs individuelles et ça ne pardonne pas.

« C’est aussi pour ça que j’ai accepté ce projet avec MDA Foot, pour mettre de la concurrence en place »

La concurrence est forte cette année au sein du groupe, vous avez du choix pour vos compos d’équipe. Est-ce compliqué pour certains joueurs ?

Ça l’est, mais c’est le cas dans n’importe quel club, de n’importe quel niveau. Il y a de la concurrence de partout mais il y a aussi le travail, si tu montres ce que tu vaux aux entraînements, tu auras ton opportunité. C’est aussi pour ça que j’ai accepté ce projet avec MDA Foot, pour mettre de la concurrence en place. De dire voilà : « on est à MDA, on a des objectifs, et si on perd, on doit être déçu et tous travailler ensemble pour progresser. Si je gagne, je ne rentre pas non plus dans ma zone de confort, et j’essaye d’améliorer ce qu’il a manqué en match ».

Sur quoi l’équipe doit-elle encore s’améliorer ?

On essaye d’abord de régler la base défensive, apprendre à mieux se connaître parce qu’une équipe part de là. La meilleure défense, c’est l’attaque, donc on donne des consignes pour que tout le monde défende ensemble. Au niveau offensif, on doit les automatismes entre les attaquants et les milieux. On doit encore progresser dans les deux domaines, c’est ce qu’on travaille chaque semaine à l’entraînement.

L’actu, c’est aussi l’arrivée d’Anthony Réveillère, votre ancien coéquipier à Lyon, en tant que directeur sportif.

Antho, je le connais depuis des années donc je sais comment il travaille, sa mentalité. Je sais ce qu’il peut nous apporter. On est en train de mettre en place un projet sportif à MDA Foot, j’ai parlé avec le président et avec Anthony, il ne pouvait pas venir avant car il finissait sa formation. Sa connaissance et sa vision du foot vont nous donner des idées pour faire progresser notre club et les joueurs.