N2 (A)

Daniel Jaccard : « Il n’y a pas de crise à MDA Foot »

04/10/2018 à 16:32

Gardien et capitaine de MDA Foot, Daniel Jaccard a accepté de faire le point sur un début de saison fait de hauts et de bas. En déplacement à Hyères, samedi, pour la 8e journée de N2 (A), le club rhodanien veut retrouver le goût de la victoire.

Une semaine après la défaite surprenante à Aubenas (R2), en Coupe de France, vous vous rendez à Hyères. Dans quel état d’esprit ?

On reste sur deux matches où les résultats ne sont pas satisfaisants. On perd à domicile, où on encaisse quatre buts contre une belle équipe d’Annecy. On a complètement manqué notre entame, on ne s’est pas donné les moyens de faire un résultat. Ensuite, on enchaine avec une grosse contre performance, une défaite et une élimination dès le premier tour de Coupe de France, contre une équipe hiérarchiquement inférieure de trois niveaux. Ce qu’on a produit en terme de résultat et de contenu sur les deux dernière sorties n’est pas à la hauteur des attentes et de ce qu’on est capable de faire. On en est conscient, on ne va pas se cacher. A côté, on doit arriver à tirer des choses pour qu’on puisse avancer. On a fait le point entre nous. Ces événements là nous permettent de nous connaitre davantage en tant qu’équipe et sur nos possibilités actuelles. Dès samedi, on devra jouer sur nos forces, se donner les moyens de faire un résultat positif pour ne pas poursuivre notre série négative. On n’a pas d’excuse à chercher, mais peut être des explications. On a quelques blessés, on a connu pas mal de mouvements ces derniers temps sur le plan de l’effectif. On a réussi quelque chose de positif en enchainant des victoires contre Martigues et Nice en présentant une efficacité défensive parfaite. Ne pas prendre de but nous a permis de prendre un point également contre Toulon lors de la première journée. On a marqué aussi. On est lucide sur nos performances. C’est ce qu’on doit viser. On doit retrouver notre efficacité défensive proche de la perfection afin de prendre des points de manière régulière.

Quels sont les mouvements dont vous parlez ?

En terme de timing, ceux de l’intersaison. On est début octobre, et donc très proche du mercato qui vient de s’écouler. On a eu beaucoup de mouvements au sein de notre effectif. Avec tout ce que les arrivées dans une équipe peuvent comporter. Il y a une adaptation quand on arrive dans un nouveau club, dans un nouvel environnement, puisque la plupart viennent de régions extérieures. Il y a également une adaptation au sein de l’équipe, aux consignes du coach. Les mouvements sont essentiellement là. Sur un effectif de 20-22 joueurs, quand il y en a 7-8, ça fait déjà un certain nombre.

Après le début de saison difficile, il y a eu le match contre Grasse, où vous menez 1-0, puis ratez un pénalty avant de perdre. Puis, il y a eu les deux victoires contre Martigues et Nice, et, enfin, les deux dernières défaites. C’est le yo-yo…

Encore une fois, on n’a pas d’excuse, mais des explications. Effectivement, on a fait le yo-yo. On ne peut pas le nier. Les faits sont là. Il y a des périodes où on va moins bien, puis on relève la tête. Et il y a des moments qui durent longtemps quand ça va bien. On doit tirer les enseignements de chaque jour d’entrainement, de chaque match, et avancer avec toutes nos forces. Si on veut s’offrir une saison plus paisible que la dernière, on doit trouver une stabilité, une régularité dans nos contenus… ce qui, sur la durée, est la garantie de résultats !

Dans ce cadre, votre rôle de capitaine est important.

Le rôle des joueurs est avant tout d’être performant et d’apporter ce qu’ils peuvent à leur équipe. On doit apporter notre expérience et faire le dos rond, mais surtout rester exemplaire en toute circonstance. Je ne me pose pas de question. Je suis concentré. Dès lundi, après Aubenas, je n’avais qu’une envie, être à samedi pour montrer qu’on est capable de faire mieux que ce qu’on a fait sur les semaines écoulées. Le foot c’est ça, une remise en question permanente, c’est ce qui fait avancer.

Vous n’êtes pas content de votre début ?

Il y a eu sept matches de championnat, je suis rentré sur le troisième. J’ai subi une arthroscopie du genou début juillet. On est trois mois jour pour jour post opération. J’ai disputé cinq matches de championnat plus un match de coupe. L’équipe a pris six points sur les matches que j’ai disputés, ce qui est important sur l’aspect comptable. J’ai fait trois bonnes prestations, lors des matches de Lyon, Martigues ou Nice où j’ai été plutôt performant et décisif. Il y en a d’autres où j’ai été moins en vue, voire pas satisfaisant d’un point de vue personnel, contre Grasse notamment. Je ne peux également pas être satisfait de mon match contre Annecy, même si, en regardant les buts, je me dis que c’était compliqué. Il y a des choses à prendre, des très bonnes et des moins bonnes.

Vous vous rendez à Hyères qui n’a pas gagné en championnat mais qui vient de le faire en Coupe.

Aucune rencontre n’est facile à ce niveau-là. Tous les matches se jouent sur pas grand-chose, sur des petits détails, un coup de pied arrêté, un exploit individuel, une erreur. Que ce soit le premier contre le dernier, deux équipes du milieu de tableau, tous les matches sont serrés. Le niveau du championnat a progressé sur les cinq-six dernières années. Hyères n’a pas gagné. Mais ce sera difficile, parce qu’ils ont envie de l’emporter et que, sur le papier, nous ne sommes pas forcément au mieux. Il y a des choses à remettre en ordre. Ce sera disputé. Comme les matches qu’on a gagnés, ou ceux qui ont été perdus. Il faudra mettre les détails de notre côté samedi, comme sur les matchs suivant. Il n’y a pas de place pour douter. Et, surtout, il n’y a pas de crise à MDA. Ce n’est, pour le moment, pas une question de vie ou de mort. Il faut juste prendre des points si on veut vivre une saison plus sereine que la dernière.

Crédit : MDA Foot