ITWD3

Eladio Morales : « On est une équipe qui essaye de monopoliser le ballon »

16/05/2018 à 18:01

Les ambitions étaient là, encore fallait-il les concrétiser. La JSO Givors a brillamment rempli ses objectifs avec l'accession en D2 et le titre de champion tout en affichant des statistiques impressionnantes. Et s'est offerte au moins une belle épopée en Coupe du Rhône avec un quart de finale contre la réserve de Chasselay (défaite 0-2). Eladio Morales, ancien joueur du club devenu entraîneur principal cette saison, dresse le bilan, avant la dernière journée de championnat dans 10 jours. L'avenir s'annonce radieux. Entretien.

Eladio, votre groupe a réalisé une saison incroyable en championnat. Quel bilan faites-vous, même s’il reste encore une rencontre à disputer ?

Au début de saison, pour ne pas vous le cacher, c’était un peu l’objectif de monter parce qu’on était pas trop à notre place. Après, c’était bien de le dire, mais il fallait le faire. Les joueurs ont répondu présent tout au long de la saison avec beaucoup de sérieux, de rigueur.

Vous attendiez-vous à un bilan aussi exceptionnel ?

Pas aussi exceptionnel non, peut-être pas. Parce qu’on a pris que cinq buts en une saison, je ne m’attendais pas à ça du tout. Pour ne pas vous mentir, je savais qu’on avait les joueurs pour aller jouer au-dessus, après il fallait que la mayonnaise prenne, et elle a bien prise. Tout le monde était bien concentré, mais c’est vrai qu’en prendre aussi peu, non !

Il s’agit d’une statistique assez impressionnante… On imagine que cela ne résulte pas d’un jeu défensif pour autant

Tout à fait, justement, ce n’est pas dû à un jeu défensif mais au contraire à un jeu offensif. On est une équipe qui essaye de monopoliser le ballon,  de le garder le plus longtemps dans le match pour éviter de prendre des buts. Car plus on a le ballon, moins l’équipe adverse l’a, donc on subit moins d’occasions. Après, comme je vous ai dit, c’est une grande saison en termes de chiffres, et j’en suis satisfait, mais c’était relativement attendu. C’est une belle saison, une bonne saison de transit puisqu’on est des nouveaux dirigeants et qu’il s’agit de notre première année

La JSO Givors a également fait parler d’elle en Coupe de France puis en Coupe du Rhône avec des parcours intéressants

Contre Salaire en Coupe de France (4è tour), on s’est mis des bâtons dans les roues tout seul. On a pris deux rouges au bout de 25 minutes de jeu, eux un. A 9 contre 10, on menait quand même (1-0). C’était pas mal, mais après ils sont revenus au score puis nous ont faire courir en deuxième période. Si j’ai souvenir à évoquer, ce ne sera pas celui-là. C’était un quatrième tour de Coupe de France mais c’est le plus mauvais souvenir que j’ai de la saison

Quel est donc le match que vous retiendrez cette saison ?

L’élimination en quart de finale de Coupe du Rhône contre Chasselay (R1). C’était le match de la fin de la saison, le match référence. On avait déjà accompli la saison, on était sûrs de monter, sûrs de terminer premiers. Il fallait garder tout le monde concentré, même si c’était pas bien compliqué  pour un quart de finale de Coupe contre une équipe qui évolue six niveaux au-dessus de nous. On voulait voir où on en était, déjà physiquement, techniquement, contre une belle équipe troisième en R1. Et pour rien vous cacher, on en a parlé avec l’entraîneur de MDA, Clément Guillot, qui est devenu un copain depuis. Il a vraiment halluciné sur le jeu et l’opposition qu’on lui a proposé. Il me disait qu’en R1 , il n’avait pas joué que des équipes de notre niveau. C’est très positif, de bon augure pour la suite. Vu la physionomie du match, on a montré qu’on en était capables.

Comment allez-vous gérer l’intersaison désormais ?

Niveau qualité et quantité d’effectif du groupe cette année, on a fait qu’une équipe. J’avais un groupe assez restreint avec 22 joueurs, avec les blessures et les suspendus on a parfois été un peu justes. C’est sûr que l’année prochaine, il va falloir étoffer le groupe en quantité et en qualité.

 

Crédit : JSO Givors