InterviewR1

Guillaume Ducatel (FC Villefranche-Beaujolais B) : « Je suis ici pour apprendre »

07/07/2020 à 9:16

Milieu de terrain emblématique de Boulogne-sur-Mer dans les années 2000, club avec lequel il a gravi les échelons, du CFA à la Ligue 1, Guillaume Ducatel (41 ans) mène désormais une carrière d’entraîneur. Fraîchement débarqué en Calade pour diriger l'effectif R1, après des expériences au Touquet puis de nouveau à l'USBCO en tant qu'adjoint d'un certain Alain Pochat, il livre ses premières impressions à Actufoot.

Comment se déroule cette arrivée sur le banc de la réserve du FCVB ?

J’ai été très bien accueilli. Mon arrivée date de la semaine dernière seulement, donc j’apprend à connaitre ce nouveau cadre. Je peux déjà vous dire que j’ai de la chance de m’installer dans cette très belle région.

Qu’avez-vous fait depuis votre prise de fonction ?

J’ai commencé par faire le tour de l’effectif. Comme je ne connaissais personne, je me suis présenté aux joueurs par téléphone dans un premier temps. Puis j’ai commencé à travailler au quotidien avec les coachs Alain Pochat et Yoann Vivier en vue de la saison prochaine. Pour l’instant j’apprend à leurs côtés, je découvre le club, je prend mes marques.

« Si je suis ici aujourd’hui c’est grâce à Alain. »

En plus vous retrouvez Alain Pochat, que vous aviez déjà côtoyé à Boulogne…

C’est exact. Après ma carrière de joueur, j’ai souhaité prendre un peu de recul et j’ai obtenu mon diplôme d’entraîneur en parallèle. J’ai ensuite pris en charge l’équipe du Touquet en R1, une très bonne expérience, puis je suis revenu à Boulogne pour devenir l’adjoint d’Alain puis d’Olivier Frapolli en N1. Mais, en effet, si je suis ici aujourd’hui c’est grâce à Alain. Nous n’avons jamais perdu le contact depuis notre collaboration et le projet qu’il m’a présenté au FCVB m’a séduit. Je ferai en fonction des montées et des descentes du groupe du coach pour composer mon équipe. Nous avons aussi été clair avec les joueurs de N1 qui seraient amenés à me rejoindre en R1 et qui ne joueraient pas le jeu. Si les jeunes, qui s’entraînent toute la semaine avec moi, voient des mecs qui n’ont pas envie, qui traînent des pieds sur le terrain, cela risque d’être très tendu pour eux. Il n’y aura aucun passe-droit j’ai été très clair la dessus.

Que pouvez-vous nous dire sur ce groupe « espoirs » ?

C’est un effectif très jeune, comme son nom l’indique. Mais il y a de la qualité c’est certain. J’ai pu avoir un premier aperçu des différents profils. A moi de découvrir un peu mieux par la suite les aptitudes réelles de chacun d’entre eux. A ce jour, je leur ai fourni un programme d’entretien individuel et la date de reprise est fixée au 26 juillet. Nous avons prévu également une journée d’intégration pour apprendre à mieux nous connaitre avant la reprise des entraînements, tous les soirs à 19h.

« Transmettre mon expérience du professionnalisme à ces jeunes joueurs pour les faire progresser individuellement et collectivement. »

Vous qui avez connu le haut niveau en tant que joueur (plus de 360 matchs de L1 et L2) comment tirez-vous profit de cette expérience dans votre gestion de groupe ?

Je souhaite simplement pouvoir transmettre mon expérience du professionnalisme à ces jeunes joueurs pour les faire progresser individuellement et collectivement.

Qu’en est il du mercato ?

Je vais surtout faire confiance à mon groupe dans l’immédiat, je suis encore dans une phase de découverte. Nous suivons d’éventuels renforts, mais rien d’officiel jusqu’à présent, et nous devons également tenir compte des différentes montées de catégories jeunes ou des descentes du groupe N1. Nous verrons en fonction de tout cela.

Quels objectifs vous-êtes-vous fixés à titre personnel ?

Sincèrement je n’en ai aucune idée. Je suis ici pour apprendre, être coach est un métier très difficile et j’en tire des enseignements au quotidien, mais j’en savoure chaque instant.