National

Jonathan Rivas (Lyon Duchère) : « On va voir si on a du caractère »

14/09/2018 à 10:31

Lyon Duchère AS pointe à la quatrième place, après six matches. Avant de recevoir l'US Concarneau, ce vendredi soir, pour le compte de la 7e journée, le meilleur buteur actuel du championnat, Jonathan Rivas, s'est exprimé sur la situation du club, qu'il a rejoint en provenance de Pau.

Comment avez-vous préparé la rencontre face à Concarneau ?

On a préparé cette réception comme tous les matches. C’est notre première semaine de travail avec la défaite de Laval. On va être revanchard. On veut essayer d’être invaincu chez nous. On va jouer le match pour gagner.

Quel est l’état d’esprit ? Ca vous a donné un coup de boost ou un coup au moral ?

Tout le monde était un peu déçu. On voulait retarder l’échéance au maximum. Ca nous a mis un petit coup, mais on était plus révolté. On ne veut pas connaitre à nouveau le sentiment de défaite. Le coach nous a mobilisé pour nous dire que ça devait arriver. On va voir si on a du caractère et si c’est un accident.

Que pensez-vous de Concarneau ?

C’est cohérent. Ils sont solides. Ils ont gagné des matches importants. Lors de leur nul contre Pau, ils se sont créés des occasions. Ils ont une solidité défensif et, offensivement, ils ont des joueurs de ballon.

Vous prenez pas mal de buts.

Les équipes qui nous jouent doivent se dire pareil. On essaye de produire du beau jeu. On a la meilleure attaque, mais notre point faible, c’est qu’on a la plus mauvaise défense. Ils vont essayer de profiter de nos failles défensives, mais se méfier offensivement.

Comme vous l’avez dit, vous avez une moyenne de deux buts marqués par match.

C’est un aspect dont on est content, on a fait 6 matches, on a mis 12 buts. Ils font parler sur notre secteur offensif. Mais on ne peut pas être satisfait que de ça. On ne peut pas gagner tous les matches en marquant trois buts. La preuve, le week-end dernier, on met deux buts à l’extérieur, c’est dur. On en prend trois derrière. On profite en début de saison, mais les autres équipes vont se méfier et resserrer. On a réussi à marquer à tous les matches, il faut qu’on continue. Dès qu’on joue offensif, on est dangereux.

Comment améliorer l’aspect défensif ?

Comme tous les coaches disent, le premier défenseur, c’est l’attaquant. Pour moi qui suis devant, j’ai un rôle à avoir pour empêcher les relances, c’est ce qu’on travaille à l’entraînement. Le repli défensif et le cadrage sont importants pour éviter d’être en danger. On le fait déjà, mais c’est à améliorer au milieu et devant.

En revanche, vous êtes à quatre buts marqués, personnellement…

Je ne pouvais pas rêver mieux. C’est un début que je juge très satisfaisant. Il ne faut pas que je m’arrête là. J’ai eu la chance de marquer à quatre reprises. Je veux continuer à être décisif en terme de buts et de passes. On a l’équipe pour. On joue bien au ballon, on va vers l’avant. On a un jeu coordonné, ça se passe plutôt bien.

Vous êtes arrivé à l’intersaison. Comment cela se passe-t-il avec Karim Mokeddem, votre nouveau coach ?

C’est une personne qui nous pousse à nous améliorer chaque jour. Sur mon cas personnel, il est derrière moi, il va me pousser à faire mieux. Il n’y a pas de signe de satisfaction, il veut me pousser, comme il le fait avec chaque joueur. C’est bien, ça nous pousse à faire mieux. On a tous une marge de progression tous. On essaye de donner plus pour atteindre un bel objectif…

La montée ?

Oui, on veut jouer les premiers rôles, on veut être dans le peloton de tête. On peut l’atteindre tous. C’est ce qui m’avait touché au début, que tous les joueurs aient le même objectif. La montée, ou, au moins, être dans les quatre premiers. C’est ce qu’on fait depuis le début.J’ai senti une détermination. Après deux saisons à Pau, où j’avais un discours de maintien, je passe à l’extrême. On veut jouer les premiers rôles, je me suis bien adapté. J’essaye de mettre ma pierre à l’édifice.

Donc la Ligue 2 est l’objectif…

C’est un souhait. Mais c’est un championnat difficile. Ce n’est que la 6e journée. Il faut prendre des points rapidement. On essaie d’accrocher les équipes qui jouent le haut de tableau. On ne veut pas se laisser distancer. On essaye de mettre des équipes loin de nous. Plus vite on aura un gros écart, plus on pourra penser à l’accession.

Crédit : Lyon Duchère AS