N1J3

Laurent Roussey (Lyon-Duchère AS) : « On est conscient de la rivalité avec Villefranche »

16/08/2019 à 9:30

A deux jours d'un derby très attendu à Chouffet face à un FC Villefranche-Beaujolais en confiance, le technicien de Lyon-Duchère AS, Laurent Roussey, a accepté de revenir sur les débuts difficiles de son équipe en National, la mise en place de sa philosophie et évoque notamment les cas de Matthieu Ezikian et Cédric Tuta, dont les destins restent quelque peu indécis. (Crédit photo : Lyon-Duchère AS).

Dans quel état d’esprit avez-vous abordé cette semaine d’entraînements, préalable au derby attendu contre le FCVB ?

Tout à fait, c’est un match attendu d’après ce que j’ai cru comprendre. Je dirais que l’on a fait un petit pas en avant dans la mesure où notre premier match a été un échec cuisant (défaite 3-0 à Dunkerque) et que sur le deuxième, on a au moins rectifié l’aspect défensif (0-0 contre Pau). Maintenant, on espère que la suite viendra à savoir être efficace offensivement pour que cela puisse nous rapporter plus de points.

Une semaine de travail somme toute normale donc ?

On a bien travaillé, on est conscient aussi de la rivalité avec Villefranche, et ce match là revêt d’une importance différente. Au quotidien, on a essayé d’être bien disponible, de maîtriser ce qu’on a bien fait lors du dernier match tout en essayant de progresser et d’intégrer les nouveaux joueurs qui n’étaient pas encore qualifiés pour le dernier match.

Une première victoire en match officiel, sur le terrain du FCVB,  dans le derby, pourrait-elle lancer la saison de l’équipe, notamment sur l’aspect mental ?

Dans notre situation, toute victoire peut nous lancer. Aujourd’hui, on est dans l’attente de ça, si on peut le faire chez nos voisins et concurrents dans le derby, cela aurait une valeur supplémentaire. En tout cas, on s’est préparé toute la semaine pour ça.

Les deux formations ont débuté leur championnat dans des dynamiques différentes. Comment analysez-vous ceux de votre groupe contre Dunkerque, puis Pau ?

C’est un bilan très contrasté car on était convaincus en allant à Dunkerque que l’aspect défensif était notre sécurité et cela a été une réelle déception d’avoir encaissé trois buts.  Sur l’aspect offensif, je pense qu’on a des capacités même si dans les 20 derniers mètres on manque de percussions. On vient de recruter des joueurs qui doivent nous amener ça justement et on va les intégrer dès le match de vendredi. On espère qu’ils vont nous amener du mieux sur les points faibles décelés.

« C’est un gros, gros changement j’ai envie de dire par rapport à ce qui s’est fait précédemment, que ce soit dans le rapport humain ou dans l’organisation du jeu »

Lyon-Duchère AS, comme Villefranche, ont effectué tous deux une importante revue d’effectif cet été. Est-ce que le petit retard à l’allumage de votre côté peut s’expliquer du fait que vous ayez encore besoin de temps pour que les joueurs s’acclimatent à vos idées et à votre philosophie de jeu ? Alain Pochat entamant lui par ailleurs sa troisième saison au FCVB…

Forcément, au-delà du renouvellement de l’effectif, il y a de nouvelles idées et un nouvel entraîneur. Cela demande du temps et encore plus peut-être à La Duchère qui possédait un entraîneur en place depuis plusieurs années, avec des affinités, de la complicité, qui étaient réelles. C’est un gros, gros changement j’ai envie de dire par rapport à ce qui s’est fait précédemment, que ce soit dans le rapport humain ou dans l’organisation du jeu. L’entraîneur de Villefranche étant là-bas depuis trois ans, j’ai pu comprendre qu’il était aujourd’hui l’homme éminent du club. Je pense qu’en termes d’organisation, même si je n’ai pas vu jouer leur équipe l’an passé, je pense qu’il a pu recruter dans le sens où il veut aller. On est partis de nôtre côté dans une orientation différente de jeu dans un premier temps qui fait effectivement que cela provoque beaucoup de changements.

Parlez-nous de la philosophie de jeu que vous souhaitez mettre en place.

Déjà dans l’organisation, l’année dernière l’équipe jouait à 3 ou a 5 derrière. Nous, on joue en 4-3-3. Cela demande des automatismes et une intégration de tous les nouveaux. On a eu beaucoup de joueurs qui sont arrivés au compte-goutte et qui n’étaient donc pas là le jour de la reprise. Pour la cohésion cela nous demande un petit peu plus de temps. Depuis le début de la semaine, je dirais qu’on est avec l’effectif qui devrait ne plus bouger, ou du moins être là toute la saison.

Le fait de ne pas avoir gagné, et surtout, celui de ne pas avoir encore trouvé le chemin des filets pèse-t-il déjà un petit peu dans les têtes ?

Ca pèse certainement, je pense qu’on aurait aimé marquer. On a eu des situations où on n’a malheureusement pas été efficaces. On sait qu’une équipe se construit d’abord sur des bases solides et en prenant trois à Dunkerque, on se devait de protéger notre arrière-garde sur le match d’après. Maintenant, la progression va forcément aller vers le jeu offensif et vers cette animation qui doit nous permettre de nous créer beaucoup plus d’occasions.

Quels sont les motifs de satisfaction sur lesquels vous souhaitez vous appuyer pour les prochains matches ?

On a beaucoup travaillé pour mettre en place le bloc équipe et je pense que maintenant, c’est intégré. C’est à dire défendre sans trop dépenser d’énergie pour pouvoir se projeter rapidement vers l’avant. Sur le dernier match, je pense qu’on a vu une belle progression. Maintenant, vous savez, le jeu offensif c’est ce qu’il y a de plus difficile à développer en football et on va essayer d’aller dans ce sens-là.

« Le cas le plus délicat concernait Matthieu Ezikian »

Après un premier match disputé sans Cédric Tuta et Matthieu Ezikian, vous aviez convoqué vos deux joueurs pour affronter Pau (0-0). Qu’en est-il de leur situation personnelle à ce jour ? Comptez-vous sur eux ? Sont-ils toujours sur le départ ?

Cédric Tuta a connu quelques petites histoires avec Dunkerque et le choix de le laisser de côté vient de ça aussi. Aujourd’hui, les deux sont avec nous. Le cas le plus délicat concernait Matthieu Ezikian qui était en instance de départ, et ça l’est peut moins aujourd’hui, même si on peut s’attendre à tout jusqu’à la fin du mercato. Je dirais que Matthieu a malgré tout intégré le fait de jouer avec nous cette saison pour ainsi amener son expérience et sa qualité. Le retrouver avec nous et opérationnel représente une plus-value pour le groupe.

Des renforts sont arrivés après le premier match contre Dunkerque. D’autres éléments sont-ils susceptibles de vous rejoindre ?

Il peut toujours se passer quelque chose. A priori, l’effectif ne devrait pas être chamboulé. Il pourrait y avoir du mouvement dans un secteur précis à améliorer mais l’idée de base est de rester avec l’effectif que l’on a.

Le mercato complet

Lyon-Duchère AS

Arrivées : Laurent Roussey (entraîneur), Ghislain Anselmini (entraîneur adjoint, AS Saint-Priest), Jordan Gonzalez (second adjoint, FC Lyon), Daniel Jaccard (entraîneur des gardiens, MDA Foot) Michel Espinosa (NK Istra),  Beni Nkololo (Tours), Leopold Maitre (Bourges), Axel Kacou (Tours), Najib Gandi (libre, ex FC Nantes), Rafik Bouderbal (USM Alger), Mathieu Géran (Entente SSG) Ryad Nadifi (Fréjus EFC), Abdoul Sakirou Bila (FC Lorient),  Jérémy Grain (RE Virton), Jordan Pierre-Charles (libre, ex FBBP01), Moustapha Bayal Sall (libre)

Départs : Karim Mokeddem (entraîneur, FBBP01), Pierre Sage (entraîneur adjoint, OL U16/U17), Jérémy Romany (FBBP01), Sofiane Atik (FBBP01), Naim Dhib (AS Saint-Priest), Gaetan Blaichet (Avranches), Jackson Mendes (RC Grasse), Franck Julienne (Le Mans), Julio Donisa (retour de prêt, Red Star puis Clermont), Axel Raga (MDA Foot), Antoine Garcia (FCVB), Kelly Irep (retour de prêt puis FBBP01), Jeannot Koffi (?), Inza Diarrassouba (Bastia-Borgo), Mamadou Camara (FBBP01), Brandon Thetika (Gobelins), Fapinho Alaza (Bourgoin-Jallieu), Ronny Labonne (Saint-Priest)