InterviewN2

Lionel Bah (AS Saint-Priest) : « Nous savons que cette saison risque d’être une saison de transition »

05/09/2020 à 15:00

Après l'arrêt des championnats en avril dernier, l'AS Saint-Priest a traversé des montagnes russes sur le plan émotionnel : d'abord relégué en National 3, le club a multiplié les recours et fini par être repêché en N2 suite à la rétrogradation administrative de Mulhouse. A l'aube d'une nouvelle saison au quatrième échelon national, le coach san-priot Lionel Bah livre à Actufoot les objectifs de son équipe après cet été mouvementé et continue de croire au projet du club, axé sur la formation.

Lionel, quel bilan tirez vous de la préparation de votre groupe ?

La préparation n’a pas été très longue, nous avons tablé sur cinq semaines et demi comme la saison dernière alors que nos objectifs portaient plutôt sur sept-huit semaines. Mais nous nous étions dit que nous arriverions un peu plus frais que les autres en ce début de championnat. Malheureusement, il y a eu ce match reporté face à Jura Sud dès la 1ère journée qui nous a ralenti un peu, d’où notre manque de fraîcheur face à Hyères en fin de match notamment. Mais je reste très satisfait dans l’ensemble vue la revue d’effectif qui a été faite à l’intersaison, avec un groupe changé à plus de 80% et un nouveau plan de jeu à mettre en place.

Les recrues ont-elles été à la hauteur de vos espérances ?

Je suis content des recrues et des joueurs qui sont restés avec nous. Content aussi du groupe dans son ensemble, qui est un savant mélange entre anciens et jeunes. L’état d’esprit affiché lors des deux premiers matches est irréprochable.

D’autres mouvements sont-ils à prévoir ?

Dans le sens des départs je ne pense pas. Côté arrivées : peut-être un renfort offensif compte-tenu de la blessure de Fraty Miezi, indisponible pour au moins cinq mois.

« Les reports éventuels pourraient avoir comme conséquences de ralentir la dynamique de certaines équipes. »

Etes-vous inquiet quant au bon déroulement de cet exercice 2020-2021, sur lequel plane la menace de la crise sanitaire ?

Cela risque d’être une saison compliquée. Nous l’avons vu sur les premiers matchs, sur les rencontres de préparation également. Les reports éventuels pourraient avoir comme conséquences de ralentir la dynamique de certaines équipes. Un week-end sans jouer peut porter préjudice aux clubs. Le championnat risque de s’en retrouver faussé.

Comment analysez-vous cette poule C de National 2 ?

La poule sud est toujours une poule compliquée. Mais cette année elle l’est particulièrement. Nous retrouvons Andrézieux qui vise le haut du classement malgré des débuts difficiles. Il y a aussi Fréjus, GOAL FC, Martigues qui se sont tous très bien renforcés. Le niveau global de la poule est plus relevé que la saison dernière, c’est certain.

« Nous souhaitons avant tout faire progresser les jeunes. »

Les réserves pros auront cette année encore le rôle de juge de paix sur la poule…

Oui comme chaque année. C’est toujours difficile d’affronter une réserve pro car on ne sait jamais sur quel pied danser. Mais c’est toujours plaisant de jouer contre des centre de formations, cela nous permet de voir bon nombre de joueurs très talentueux, comme à l’Olympique Lyonnais par exemple. Nous savons que techniquement et tactiquement c’est très fort, même si dans l’impact physique c’est moins performant.

Quelles ambitions affichez vous cette saison ?

La saison dernière a été particulière au regard du contexte sanitaire et de l’arrêt des championnats. Au départ nous devions être relégués en N2 donc aujourd’hui nous sommes heureux d’avoir été repêchés mais restons lucides quant à l’année qui se présente. Il y a eu des départs, et les premières arrivées étaient plutôt destinées au niveau N3. Au club, nous savons que cette saison risque d’être une saison de transition avec pour premier objectif le maintien pour pérenniser l’équipe en N2 sur les années qui suivent, même si nous gardons une ambition d »accession en N1 à plus long terme.

Comment travaillez-vous avec le groupe réserve dirigé par Michael Napoletano ?

Depuis que j’ai repris l’équipe nous avons mis en place des échanges réguliers avec le groupe réserve. L’objectif est de faire confiance aux jeunes du club. Chaque année, 4,5 ou 6 joueurs montent dans le groupe N2. J’en ai pris un peu moins cette année mais d’autres seront amenés à me rejoindre en cours de saison. La réserve travaille bien et l’objectif est la montée en R1 pour diminuer l’écart avec le N2. Avec Michael, nous souhaitons avant tout faire progresser les jeunes en utilisant les mêmes schémas de jeu pour qu’ils ne soient pas dépaysés quand ils intègrent l’équipe première.

« Accompagner le club sur le chemin du professionnalisme. »

Que peut-on vous souhaiter à titre personnel ?

Faire une bonne saison avec mon staff et mon équipe. Prendre du plaisir sur le terrain, continuer d’aider les joueurs à progresser, dans tous les aspects : tactiques, physiques, techniques et mentaux. Chaque année il est important de gommer les erreurs précédentes. Regarder les matchs de haut niveau, développer une culture du jeu pour éviter la routine et innover au quotidien. Il faut se mettre dans le dur pour progresser. A titre perso je ne me fixe pas d’objectifs particuliers, je reste focus sur mon équipe. J’essaie de tirer profit de mon expérience du haut niveau en tant que joueur pour accompagner le club sur le chemin du professionnalisme. Le changement peut déplaire à certaines personnes mais c’est dans l’intérêt du club.

Le club avance dans le bon sens selon vous ?

Oui. Le président Patrick Gonzalez fait du bon travail en dehors du terrain, sur le développement des infrastructures et le sponsoring. Le club progresse également au niveau de la formation mais aussi avec le pole féminin qui s’agrandit d’année en année avec la création cette saison d’une équipe féminine seniors. Mais nous devons faire un travail sur la fidélisation des jeunes car ces deux dernières saisons certains d’entre eux choisissent de rejoindre des clubs concurrents. Que certains de nos joueurs partent pour une structure pro comme l’Olympique Lyonnais : cela ne nous dérange pas, c’est même valorisant. Mais qu’ils partent dans des clubs voisins, évoluant au même niveau : c’est plus dérangeant. Il faut nous poser les bonnes questions et leur proposer un projet sportif et éducatif intéressant. Robert Mouangué le directeur sportif travaille attentivement dans ce domaine.

Propos recueillis par Simon Marachian

 

Crédit photo : ASSP - Sulyvan Manfroi.