InterviewN2

Lucas Camelo (MDA Foot) : « Être coaché par Cris, c’est un plus pour moi »

10/01/2020 à 12:05

L'été dernier, MDA Foot a misé sur le prometteur défenseur central du voisin caladois Lucas Camelo (20 ans). Ce dernier s'est petit à petit adapté à sa nouvelle équipe pour en devenir un titulaire important (14 matches de N2, 2 buts). Sa marge de progression est importante mais "l'élève de Cris" garde les pieds sur terre.

Lucas, qu’est-ce qui vous a séduit dans le projet que MDA Foot vous a proposé l’été dernier ?

Tout d’abord, j’étais à Villefranche où j’ai participé à la montée de N2 en N1, puis je n’ai pas forcément réussi à enchainer les matches en National la saison suivante. Je me suis dit qu’à 20 ans j’avais besoin d’un projet qui me donnait l’occasion de jouer. Sportivement, celui de MDA m’a plu, le club est ambitieux.

La voie était un petit peu bouchée à Villefranche ?

J’ai eu ma chance à Villefranche. Après, le championnat de N1 est très compliqué pour un jeune de 20 ans qui n’a pas une grande expérience comme c’était mon cas. Je n’étais pas totalement prêt à enchaîner les matches là-bas. Quand j’ai voulu quitter le club, le coach et le président ont compris mon choix.

Comment s’est passée votre intégration à MDA puis votre adaptation dans le onze de départ ?

Tout s’est très bien passé. Je suis arrivé dans un très bon effectif et j’ai trouvé un club familial avec des valeurs qui me correspondent. On a un groupe jeune et ça a aussi permis une adaptation plus facile. Collectivement, on a connu des débuts difficiles liés à l’arrivée de 16 nouveaux joueurs plus celui du staff. Cela va mieux aujourd’hui.

L’effectif possède pas mal de défenseurs centraux expérimentés, mais c’est vous qui jouez aujourd’hui.

Il y a une concurrence très saine entre nous. Mes partenaires m’ont bien aidé pour m’adapter, ils me donnent des conseils. Ils me poussent à faire mieux et c’est très important pour l’équipe de tirer dans le même sens.

Parlez-nous de l’apport de Cris dans votre progression. Sa présence a t-elle compté dans votre choix ? Sur quoi vous conseille-t-il au quotidien ?

C’est sûr qu’elle a joué un rôle. Être coaché par le grand joueur et défenseur qu’il a été, c’est un plus pour moi. Il me donne lui aussi beaucoup de conseils, notamment au niveau du placement qui est l’axe de travail sur lequel je dois m’améliorer.

Vous apportez aussi un plus dans le domaine offensif sur les coups de pieds arrêtés notamment avec deux buts inscrits sur la phase aller.

Ce n’est pas le plus important mais ça plaisir de marquer si ça peut aider l’équipe. Les deux centraux ont pour consigne de monter à chaque fois. Je ne marquais pas beaucoup avant, mais tant mieux si ça arrive aujourd’hui !

Comptablement, l’équipe est en embuscade dans ce championnat de N2. Sentez-vous qu’avec beaucoup de régularité, il pourrait y avoir un coup à jouer pour l’accession, comme en 2018 avec Villefranche ?

Je pense qu’il y a un coup a jouer. Après, notre objectif de départ est de figurer dans le top 5. On a deux gros mois qui arrivent avec des rencontres contre des concurrents directs. On sait que c’est ce qui nous a pas trop réussi sur la première phase avec des défaites contre Grasse, Annecy et Louhans-Cuiseaux. La deuxième partie sera aussi plus difficile puisque les équipes se connaissent toutes. Il faudra donc être très régulier et gagner ces matches-là contre les cadors du championnat si on veut espérer quelque chose.

 

Crédit photo : Léo Calistri Photo