InterviewFC Vaulx

Mohamed Ouled (président FC Vaulx-en-Velin) : « Ce qui m’a motivé, c’est le challenge »

11/05/2020 à 12:35

Président du FC Vaulx-en-Velin depuis un peu plus de trois mois, Mohamed Ouled a pris ses responsabilités en se proposant pour la succession de Farid Berkani, démissionnaire pour raisons personnelles. Désireux de redorer le blason d'une association sportive importante de la métropole lyonnaise tant sur le plan sportif que social, l'ancien numéro 2 reconnaît que son club a commis plusieurs erreurs. Forcément positif lorsqu'on souhaite reconstruire et préparer l'avenir. Entretien. (Photo : DR).

Mohamed Ouled, pourquoi avoir postulé pour prendre la présidence du FC Vaulx ?

A la base, ce n’était pas prévu. Une succession d’événements liée au club ajoutée à ma fonction de vice-président ont fait que je devais prendre le relais. Je me suis dit qu’il y avait un gros challenge à relever car il faut le reconnaître, le club était un petit peu au point mort sur certains aspects. C’était l’heure du changement, de redorer le blason du club. Ce qui m’a motivé, c’est le challenge.

Quels ont été vos premiers chantiers ?

On a essentiellement travaillé sur l’organigramme de la saison prochaine. On a aussi planché sur la création d’un secrétariat, d’un poste d’accueil. Car il faut savoir que lorsqu’on arrivait au FC Vaulx, il n’y avait aucun point d’accueil dans nos locaux. Le club a connu pas mal d’histoires ces derniers temps et l’une des premières choses à faire, aussi, a été de contacter tous les organismes et personnes à qui on doit beaucoup d’argent afin de commencer à faire des échéanciers. On a donc stoppé l’hémorragie financièrement et commence à restructurer le club.

« Ça nous a permis de tout stopper, de faire un « reset » général, et financièrement, cela va nous soulager un petit peu. »

Comment gérez-vous les opérations depuis le début de la crise ?

On se voit en visionconférence, un petit peu comme tout le monde. Ce que je vais expliquer est paradoxal car on pense avant tout à l’humain, mais la crise du Covid19 a été « bénéfique » dans un sens pour le FC Vaulx. Ça nous a permis de tout stopper, de faire un « reset » général, et financièrement, cela va nous soulager un petit peu. Après ce n’est pas évident d’être loin des terrains parce que c’est là qu’on bosse correctement mais on s’adapte en visio avec le directeur sportif et les différents responsables.

 » Dès ma prise de fonction, j’ai pris contact avec le District du Rhône et la Ligue Auvergne Rhône-Alpes pour leur demander un accompagnement sur la restructuration. »

Le FC Vaulx-en-Velin a connu pas mal de soucis cette saison entre l’élimination sur tapis vert en Coupe de France et l’interdiction de participer à la prochaine édition. Qu’est-ce qui en ressort ?

La Coupe de France, c’est historique et les gens du club l’attendent toujours avec impatience. C’est une magie que l’on ne doit pas pas enlever normalement. Mais c’est le jeu, il y a eu beaucoup d’incohérences à un moment donné dans le club et c’est normal qu’on les paient. Dès ma prise de fonction, j’ai pris contact avec le District du Rhône et la Ligue Auvergne Rhône-Alpes pour leur demander un accompagnement sur la restructuration. Ils sont là aussi pour ça et je pense qu’il ne faut pas hésiter à les solliciter. Ils ont accepté de collaborer avec nous et on a reçu la visite de Sébastien Dulac (CTR DAP) pour faire un diagnostic de notre club. Il nous a aiguillés, mis sur les bons rails et on doit se voir pour poursuivre notre restructuration même si l’épidémie représente un frein en ce moment.

Plusieurs changements ont été opérés au niveau des éducateurs que ce soit chez les jeunes ou chez les seniors. Quel chemin souhaitez-vous emprunter ?

Concernant les départs, on a vu qu’ils avaient été annoncés comme tels mais à un moment donné, on a décidé de partir sur un nouveau projet. Il faut, je pense, des nouvelles personnes, donc on a dû prendre des décisions. Certaines d’entre elles qui sont parties n’étaient pas non plus forcément d’accord avec nos choix donc on les a remerciés pour certains, et d’autres sont parties de leur plein gré.

Saïd Mehamha sera-t-il toujours le coach du groupe National 3 la saison prochaine ?

Tout à fait, Saïd sera toujours là, accompagné de Sébastien Valin. J’ai entièrement confiance en Saïd, son riche parcours et son association avec Jamal Alioui lors de la première partie de saison ont donné une autre image du FC Vaulx même en interne. Au-delà des résultats sportifs, ils ont instauré un cadre agréable et professionnel.

Quid de l’effectif ?

Pour l’instant, les coaches sont en train de finaliser les effectifs. On va garder quasiment la même ossature avec peut-être un ou deux renforts puisque on va se séparer d’un ou deux éléments sur lesquels les entraîneurs ne comptaient plus. Derrière ça, on verra ce que l’on peut faire pour étoffer le groupe tout en promotionnant les jeunes talents de l’équipe réserve voire chez les U18.