Portrait

OL : Lenny Pintor, itinéraire d’un nageur devenu footballeur

12/06/2020 à 17:33

Lenny Pintor, 19 ans, a l'avenir devant lui. Façonné au Saint-Brice FC et à l'AAS Sarcelles, puis modelé au SC Bastia et au Stade Brestois, cet international français en jeunes est aujourd’hui la propriété de l'Olympique Lyonnais. Mais, saviez-vous que cet attaquant de pointe, également utilisé sur les ailes, a commencé par les couloirs de nage avant ceux des terrains ? Actufoot vous présente un talent bleu blanc, rouge !

Lenny Pintor a pris sa première licence dans un club de football au Saint-Brice FC en U6, pourtant il n’a pas commencé par le ballon rond… « À la base, il faisait de la natation, raconte Medoune Diop, éducateur à l’AAS Sarcelles. Après c’est un petit de Sarcelles, il a grandi ici où tout le monde joue au football. » Rapidement, les capacités du natif du XVe arrondissement de la capitale sautent aux yeux du staff de son premier club à Saint-Brice-sous-Forêt. Charles Kissy, le manager général saint-bricien, se souvient : « C’est un joueur qui avait les avantages et inconvénients de son explosivité sur le terrain : quand c’était facile, il se reposait un peu sur ses lauriers. Il avait tendance à vouloir surjouer et à rester sur ses acquis. En revanche, lorsqu’il était dans la difficulté comme par exemple en U13 dans la bascule de fin d’année contre les U14, il était supérieur, il faisait la différence ! »

« Je lui ai dit de se servir de cet échec« 

C’est d’ailleurs en U13 que Lenny va s’illustrer sur les tests pour intégrer l’INF Clairefontaine. Malgré un bon parcours, il est recalé au stade final, au grand regret du jeune attaquant qui connaît là sa première mésaventure… C’est alors que Charles Kissy va rebooster son joueur : « Je lui ai dit dans la voiture qu’il ne s’était pas donné tous les moyens pour réussir et que tout le monde ne passe pas par Clairefontaine pour devenir pro. Je lui ai dit de se servir de cet échec. » Le technicien francilien ne s’arrête pas là et suggère à Lenny une rectification dans son jeu : « si tu réussis sur ta première prise à mettre la vitesse nécessaire, aucun défenseur ne te rattrapera ». Un conseil qui va s’avérer payant très rapidement….

lenny pintor

Après ses deux années en U13 du côté de Saint-Brice, Lenny Pintor prend la direction de l’AAS Sarcelles. « C’était une suite logique pour progresser, commente Charles. Malgré l’intérêt de clubs comme Auxerre ou le RC Lens, il était important pour lui de rester dans le Val-d’Oise. » Pour Medoune, qui a récupéré Lenny après des détections, le jeune attaquant était « largement au niveau des exigences » à son arrivée. Lenny dispute tous les matches et enchaîne les performances en étant de nouveau surclassé en U15 DH. « Il était titulaire, très performant devant le but et il faisait marquer », souligne le coach sarcellois.

« Un choix exotique »

Charles Kissy a lui aussi constaté la progression de Lenny au sein du club sarcellois. « Il avait gagné en maturité et en puissance », indique l’intéressé. Fort de toutes ces années à scorer, à étonner sur les terrains – à commencer par Ghislain Printant, le jeune Francilien va rejoindre le centre de formation du Sporting Club de Bastia en 2015. « Un choix exotique, mais ses parents avaient peur de ne pas avoir d’autres propositions donc ils ont accepté de suite », précise Charles.

De Sarcelles à Bastia : le changement est radical pour le Val-d’Oisien ! Mais cela reste une étape importante de son parcours qui lui a permis de travailler son mental. Après avoir fait ses gammes pendant deux saisons en Corse, Pintor rejoint le Stade Brestois le temps d’une année et sans beaucoup jouer. Mais, cela ne l’a pas empêché de signer à l’Olympique Lyonnais en 2018 !

« Un gamin qui a besoin de confiance »

Un virage pris peut-être un peu trop tôt selon Medoune Diop, mais ce dernier concède que la concurrence fait progresser : « ça peut être bien pour lui, le fait d’être confronté à des internationaux, des joueurs de haut niveau ». Un sentiment partagé par Charles qui « avait des réserves sur ce choix » car l’OL « quand on regarde le profil des joueurs comme Benzema, Lacazette ou Aouar, c’est une culture maison. C’est un gamin qui a besoin de confiance et quand il ne joue pas, il peut très vite se renfermer ».

Prêté sur cette dernière saison à Troyes, l’international français en jeunes (28 matches de U16 à U20) a pu s’épanouir et s’aguerrir en Ligue 2 avec notamment 4 buts inscrits en 19 apparitions. De telle sorte qu’un nouveau prêt est envisagé du côté de l’ESTAC pour l’exercice 2020-2021. « Il est entrain de mûrir et de changer », commente Charles Kissy. D’après Medoune, les performances sont correctes pour un joueur n’étant pas encore un titulaire indiscutable.

Son jeu basé sur la percussion, les dribbles comme ses idoles Neymar ou Hazard, va plaire au Groupama Stadium d’ici quelques mois. Pour Medoune, Lenny est un « petit frère », il est « du calibre de l’Olympique Lyonnais ». « Il peut briller là-bas, il en a largement le potentiel« , confirme Charles. Son entourage technique croit en lui, à Lenny Pintor de confirmer désormais !

Par Farid Rouas. 

Crédits Photos : OL

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟