11 de chocInsolite

Le Onze de Choc de Kévin Poncet !

19/05/2017 à 17:33

Malheureusement blessé et récemment opéré du ménisque et des croisés, Kévin Poncet, joueur de Hauts Lyonnais, a eu tout le temps de réaliser le Onze de Choc de la semaine sur Actufoot69 ! On a même eu droit à des remplaçants. Une vraie belle équipe sur le papier... On aimerait voir ça sur un terrain !

Gardien : Geoffrey Sabot (Côte Chaude). Le dernier rempart. Le premier gardien à m’avoir impressionné (lorsque l’on jouait ensemble en jeunes à l’Olympique de Saint-Etienne). Le seul gardien qui plonge toujours du bon côté sur les pénaltys et qui en arrête les ¾. Si tu mènes 1-0 à la 90ème et qu’un attaquant part tout seul et qu’il est face au but … n’hésites plus, tacles-le, prends un rouge s’il le faut et concèdes un pénalty, tu ne crains quasiment rien, Monsieur Sabot est là. En dehors du foot, super homme et gros bringueur surtout.


Défenseur droit : Soufian Ouaamari (Hauts Lyonnais). Le marathonien. Le joueur qui me permet de me montrer sur le terrain, sans lui (depuis que je suis à Hauts Lyonnais) personne ne saurait que je joue. « Je me jette, tu me couvres ». Il court pendant 90 minutes sans s’arrêter, et ne perd pas pour autant en technique. Il sort d’une accélération de 80 mètres, et il revient aussi vite en défense, c’est un surhomme. Je n’oublierais jamais son but en Coupe de France de l’extérieur du pied droit contre St Romain de Popey, un vrai petit bijou. En dehors du foot, c’est une crème, on ne peut pas rêver mieux en gentillesse. Très grand comique et connaisseur de nombreuses anecdotes.


Défenseur Gauche : Pierre Lachand (Retraité). L’homme galette. Il a un pied gauche de feu sur les coups francs (même s’il n’en a pas marqué des masses pendant les deux années où on a joué ensemble) et sur les centres aussi, il mettait le ballon où il voulait. Indétrônable à son poste, même s’il court à peine plus que moi sur un terrain. En tout cas, je suis ravi d’avoir partagé avec lui les grands moments de l’A.S Savigneux Montbrison (Coupe de France, Coupe de la Loire, Championnat), et d’avoir partagé aussi quelques Ricard.


Défenseur Axial Droit : Kerwan Léonard (Saint Chamond). Le partenaire. Le meilleur joueur de tête offensivement ou défensivement que j’ai connu. Le joueur avec qui j’ai eu le plus de complémentarité en défense central (à Savigneux Montbrison), c’est pour cela que l’on continue à s’appeler « Partenaire ». Petit bémol, souvent cité par ses partenaires, il joue très bas défensivement (sûrement pour combler son manque de vitesse de pointe). Par contre, grande expérience pour faire craquer les attaquants adverses et obtenir des coups francs en se faisant un croche patte lui-même.


Défenseur Axial Gauche : Nordine Chergui (Hauts Lyonnais). L’assurance tout risque. Le mec tente au moins un petit pont par match, qu’il soit dernier défenseur ou pas. Quand tu joues à côté de lui, tu ne doutes jamais quand il a le ballon, il est trop serein. Seule question qu’il se pose toujours avant un match et qui le fait douter : « Vissées ou moulées ?? ». Il opte du coup souvent pour des vissées-moulées.


Milieu Défensif Axe Droit : Franck Valentinis (Côte Chaude). le « MEILLEUR JOUEUR », c’est le surnom que tout le Rhône-Alpes lui donne. Est-ce que j’ai besoin d’en dire plus ?? A part, une fois où il a roulé sur le ballon en Coupe de France, on ne peut rien lui reprocher dans son parcours footballistique. Dommage qu’il soit aussi souvent blessé, il est tellement fort, tous les adversaires cherche à lui faire mal. Physiquement imbougeable. Techniquement, très à l’aise. Diago pied droit, pied gauche. Jeu petit périmètre. Joueur on ne peut plus complet. Beaucoup disent que c’est un mélange de Verratti et Pirlo.


Milieu Défensif Axe Gauche : Axel Bouillon (Hauts Lyonnais). Le crack. J’ai pu jouer avec lui à Savigneux Montbrison et maintenant à Hauts Lyonnais, et c’est pour mon plus grand plaisir. Sur ou en dehors du terrain je l’adore, il est trop fort : c’est la classe américaine. Une équipe sans Axel Bouillon, c’est comme une pizza sans pâte ou comme une maison sans porte. Sans lui, autant ne pas jouer, c’est le créateur du beau football. Il récupère les ballons, il fait des différences et peut même être finisseur avec ses frappes lourdes. Fan du Barça (lui autant que moi), je dirais qu’il récupère comme Busquets, fais des différences comme Messi ou Neymar et fini comme Suarez.


Milieu Droit : Sofian El Moudane (Hauts Lyonnais). Le bulldozer, à l’entraînement comme en match. Replacé milieu droit cette année, alors qu’il jouait souvent 6 ou 8, voir 10, j’ai été agréablement surpris, voir époustouflé. Il a un coup de rein énorme. Physiquement, il fait manger la pelouse aux adversaires (voir les grillages parfois), et il peut lui aussi donner des galettes (autant qu’il en mange), ou finir lui-même. Il a une frappe de balle énorme et techniquement, c’est vraiment pas mal aussi. Comme tout le reste de mon équipe, c’est un mec en or en dehors du foot aussi.


Milieu Gauche : Kamel Bennekrouf (ASF Andrézieux Bouthéon). Le phénomène. Je ne le mets pas parce que tout le monde le met loin de là. Pour avoir joué souvent contre lui avant et avoir joué à Hauts Lyonnais ensuite avec lui, il est en progression constante chaque année. S’il se retrouve aujourd’hui en CFA, ce n’est pas un hasard, même si pour moi il devrait être au moins trois niveaux au-dessus. Il a une pointe de vitesse et une accélération hors-norme, une technique au top, une frappe de balle aussi forte du droit que du gauche, c’est un régal. Où qu’il aille, c’est le meilleur. J’espère qu’il ne m’oubliera pas dans quelques années quand il passera tous les week-ends à la TV. Je vais arrêter là sinon, je pourrais écrire un roman sur ce phénomène, d’ailleurs pour les connaisseurs, PNL en a fait une musique.


Milieu Offensif Axial : Clément Jouve (Hauts Lyonnais). La classe à l’état pur. C’est un régal de le voir jouer. Des fois, j’ai envie de me poser sur un côté du terrain et de le regarder. Il joue tout avec son extérieur du pied droit, mais heureusement pour les équipes adverses qu’il les respectent et qu’il utilise que cette surface de son pied sinon il serait inarrêtable. Que ce soit à Andrézieux ou à Hauts Lyonnais maintenant, j’ai toujours adoré jouer avec lui, c’est un joueur de petit périmètre comme il en existe peu aujourd’hui (Lui, Messi et puis ??).


Attaquant : Benoit Brunon (pré-retraite). Le finisseur. C’est le genre de joueur qui fait 500m par match, mais il est toujours là au bon moment. Il peut marquer du droit, du gauche, de la tête, du genou, de la hanche, de partout je crois bien. Bon, à part ça, ce n’est pas une fusée non plus, mais bon on ne peut pas avoir toutes les qualités non plus. Avec une moyenne de 20 buts par saison rien qu’en championnat, je ne pouvais que le placer en pointe de mon onze de choc. J’en ferais même mon capitaine. Meneur d’homme, qui sait rire quand il faut, mais aussi faire le relai du coach et pousser une gueulante quand il y a besoin.



Coach : Olivier Jurine (sans club actuel), La rigueur. Le coach qui a cru en moi et qui m’a laissé ma chance en U19 à l’Olympique de Saint-Etienne. Je l’ai ensuite suivi à Andrézieux, puis à Savigneux et il ne m’a jamais déçu là-dessus. Les choses ont ensuite fait que nos chemins se sont séparés. Que ce soit dans la préparation des séances, ou dans les matchs, c’est au top et très carré. Tactiquement, il sait s’adapter à l’équipe adverse, et aux entraînements, il ne laisse rien au hasard. En préparant toutes les séances une par une pour qu’aucune ne se ressemblent, avec un objectif bien ciblé en vue du match à venir et de l’adversaire que l’on va affronter. C’est le coach qui m’a le plus fait progresser et le plus amener de confiance.

J’ai hésité avec Frédéric Marcon en coach aussi, car il a d’énormes compétences en préparation physique et tactique de jeu. Et comme il dirait lui-même pour le citer : « il est aussi gros, qu’agréable et compréhensible ». Et puis, si je veux garder ma place pour l’année prochaine, je me devais de parler de lui !



Remplaçants :

Adrien Bouillon (Hauts Lyonnais), l’indispensable dans une équipe. Il peut jouer à tous les postes en défense et est super en place tactiquement. Ainé d’une famille de génie, il a l’expérience du haut niveau et a toujours le mot juste quand il faut. Irréprochable aux matchs comme aux entrainements (à un entrainement près), je suis déçu de le placer QUE remplaçant. Un mec au top en dehors des terrains, que j’ai hâte de retrouver pour préparer l’année à venir.


Pierre Proriol (pré-retraite), l’expérience (pour ne pas dire plus). Le mec a joué défenseur droit toute une saison à Savigneux Montbrison à 42 ans et tout cela grâce à moi. Ce n’est pas le mec le plus rapide (sûrement aussi dû à son âge avancé), mais physiquement il tient le coup. Il m’a vraiment scotché cette année-là !! Pour ne rien vous cacher, je l’aurais presque mis titulaire, mais on l’a demandé une équipe de séniors et non de critérium. En tout cas, ce mec est adorable, mais il ne vaut mieux pas aller en soirée avec lui … on le surnomme le piège à loup. J’aurais pu aussi mettre Julien Brunon, mais avec sa blessure et son départ de Savigneux l’année de mon arrivée, j‘ai moins joué avec lui, et puis comme dirait Pierre Proriol, « un seul Brunon suffit », pas deux.


Renaud El Atmani (Saint Chamond), le Matuidi amélioré. Il a exactement le même jeu. Il ne s’arrête jamais de courir, il ratisse tous les ballons, il les transmet avec une justesse et application du gauche comme Matuidi, et il peut aussi percer les lignes adverses pour aller finir lui-même. C’est un monstre dans les duels, mais il est aussi très bon dans les relances. Un mec super sympa et très accueillant des jeunes (c’est un de ceux qui m’a le mieux accueilli quand j’ai accéder au groupe CFA2 à Andrézieux).


Sofiane Hellal (énigme), Le magicien. Comme je suis un joueur qui ne complimente pas souvent les joueurs de mon niveau, là c’est le seul joueur qui m’a choqué en équipes de jeunes. A mon arrivée à l’Olympique de Saint-Etienne, tout le monde ne parlait que de lui. A mon premier entraînement, j’ai laissé trainé le pied, et il m’a juste regardé sans rien dire, mais c’est le coach qui m’avait gueulé dessus. Il était capable de tout. Lors d’un match (entre nous 1er et Chambéry 2ème), on avait gagné 2-1 et il avait marqué un but en dribblant sept joueurs et il avait marqué le deuxième à un engagement du milieu de terrain. Si je savais où il en est aujourd’hui, je l’aurais sûrement placé titulaire sans hésiter


Il y en a tellement d’autres que j’aurais pu mettre dans mon équipe que j’ai dû faire des choix difficiles (Jérôme Jasleire, Anthony Sera, Hendry Munoz, Ludo Cros, Youssef Idrissi …).