NationalJ18

SC Lyon – FC Sète 34 : les notes des joueurs lyonnais

15/01/2021 à 21:15

Découvrez les notes des joueurs du SC Lyon après le triste nul (0-0) à Balmont contre le FC Sète. Il marquait le début de la phase retour de National (18e journée).

Clairement, ce SC Lyon – FC Sète ne sera pas retenu pour faire la promotion du National. Dans un duel entre deux équipes qui jouent le maintien, aucune n’a vraiment pris le jeu à son compte. Le temps fort lyonnais dans le dernier quart d’heure nous a permis de nous réveiller tout doucement mais il y avait trop peu de football ce soir pour qu’une équipe mérite de l’emporter. Et les deux formations se satisferont largement de ce résultat nul.

Les notes des joueurs du SC Lyon

Maxime Hautbois (5).  En 94 minutes, il n’a pas eu besoin de forcer son talent pour sauver son équipe. Vraiment pas grand-chose à signaler face à un adversaire qui n’a pas joué pour marquer un but.

Nathan Dekoke (5).  L’ancien stéphanois confirme que son association avec Botella est une force à exploiter au maximum. A lui d’apporter encore plus qu’il ne le fait dans son couloir. Satisfaisant sur le plan défensif.

Kassim M’Dahoma (6).  Le Comorien a confirmé qu’il pouvait être costaud au poste de défenseur central même s’il n’a pas été gêné outre mesure. Il a fini le match à son poste de prédilection sur le côté droit à la sortie d’Ngwabije.

Nicolas Seguin (c) (6). Deuxième match solide en 2021 pour le capitaine lyonnais qui n’a pas fait de fioriture pour protéger son camp. Rassurant pour sa défense.

Bryan Ngwabije (5).  A l’instar du match à Verchère, Ngwabije est beaucoup trop limité dans le secteur offensif. Mais il apporte un gage de sécurité en fermant bien le couloir. Remplacé par Mohamed Fadhloun (73e) qui effectuait son retour après avoir été absent le week-end passé.

Corentin Jacob (6). Mohamed Fadhloun va avoir du mal à récupérer son poste ! Après sa belle prestation de la semaine dernière, Jacob a encore bien rempli son rôle en sécurisant sa défense. Une frappe cadrée, aussi, en première mi-temps même si elle fut trop peu dangereuse (25eà. Repositionné en défense centrale à la sortie de Bryan Ngwabije combinée au passage de M’Dahoma à droite.

Hamadi Ayari (5). Match moyen du numéro 23 lyonnais que l’on a trop peu vu malgré beaucoup d’efforts déployés au milieu de terrain. Il peut faire mieux !

Garland Gbelle (5).  Par rapport à vendredi dernier où on l’avait observé au four et au moulin, l’ex milieu de Cholet a ce soir été plus discret, moins offensif dans les transitions. Lorsqu’il dépasse sa fonction, son équipe se porte beaucoup mieux.

Ivan Botella (6). Dans le jeu, Botella a confirmé sa bonne forme. Entreprenant et dynamique, l’ancien strasbourgeois a par contre cruellement manqué d’inspiration et d’application au moment de réaliser le geste décisif. Tout proche d’être à la conclusion de la plus belle action du match, son plat du pied est passé juste à côté des buts de Pappalardo (76e). C’est surtout son face à face très mal négocié et donc perdu devant Pappalardo qui est rageant (84e). Car il aurait très certainement offert trois nouveaux points à son équipe. Suppléé par Landry Nomel (87e).

Oumrane Tounkara (5). L’ancien castelroussin s’est lancé dans quelques rush pour essayer de perforer le bloc sétois mais son activité n’a pas été récompensée. Plus discret sur le second acte. Remplacé par Matthieu Ezikian (72e) auteur d’une entrée assez moyenne.

Jonathan Rivas (5). Après sa superbe performance de la semaine dernière, Rivas a été moins en vue ce vendredi. Il aurait néanmoins pu bénéficier d’un pénalty lorsqu’il a devancé Pappalardo dans la surface (76e). Sa passe de l’extérieur du pied pour lancer Botella, qui avait la balle de match au bout du pied, est géniale mais elle n’est pas récompensée.

Nicolas Le Bellec (entraîneur, 5) : Le coach lyonnais avait misé sur la stabilité en alignant la même équipe qui l’avait emporté dès sa première sur le banc vendredi dernier à Bourg. Si l’investissement général était encore bon, son équipe a manqué de prise de risques et d’initiatives pendant 75 minutes. Il y avait matière à enchaîner un deuxième succès consécutif.

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟