InterviewCoupe de France

Sofiane Atik (FBBP 01) : « Jouer l’Olympique Lyonnais, c’est évidemment quelque chose de particulier »

04/01/2020 à 2:51

A 33 ans, Sofiane Atik s'apprête à vivre assurément l'un des plus beaux moments de sa carrière avec la réception de l'OL samedi soir pour le compte des 32es de finale de la Coupe de France. Deux semaines après la lourde défaite chez son ancien club de La Duchère (5-1) sur laquelle il revient aussi, le milieu offensif livre les ingrédients à fournir pour réaliser l'exploit au Stade Verchère.

Sofiane, la défaite contre vos anciens partenaires est-elle totalement oubliée ?

Evidemment, la défaite à La Duchère raisonne encore dans nos têtes, peut-être même encore plus pour les « anciens duchérois ». Mais c’est le football, on doit l’accepter. En revanche, cette défaite doit impérativement nous servir pour la suite du championnat, nous animer d’un sentiment de révolte et de haine de la défaite. Donc oui, on va tirer des enseignements de ce revers pour avancer. En tout cas, seules les victoires pourront nous faire oublier ce petit accident de parcours.

La décennie commence fort pour le FBBP01 avec ce match de gala contre l’OL. Affronter l’Olympique Lyonnais et ses stars, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Jouer l’Olympique Lyonnais, c’est évidemment quelque chose de particulier. On fait du foot aussi pour ces moments-là. C’est l’équipe première de notre région, celle qu’on soutient pour la plupart. Maintenant voilà, le hasard de « Madame Coupe » a fait que l’on devait affronter Lyon, et comme tout footballeur qui se respecte, on va tout faire pour réaliser l’exploit. En face,  il y a beaucoup de talents, et ça nous permettra aussi de nous jauger par rapport à ce qui se fait de mieux en France et en Europe. Car ne n’oublions pas, cette équipe est qualifiée pour les 8es de finale de la Ligue des Champions.

« Il faudra aussi mettre de la folie. Si on en met, on pourra les embêter »

L’excitation doit être immense. Comment canaliser ses émotions dans de telles circonstances, au niveau de l’approche du match puis une fois sur le terrain ? 

C’est clair que l’excitation d’un tel événement se fait ressentir. C’est un match de prestige pour nous. Pour eux, ça sera plus logiquement un match pour bien préparer la suite. Il faut toutefois bien se rappeler que pour nous, c’est le championnat qui prime, et que la Coupe de France n’est que du bonus. On ne la gagnera pas, donc il ne faudra pas faire le match avant ni après. Sur le terrain, il faudra montrer le visage d’une équipe solidaire et prête à faire face.

Quels seront les maîtres mots pour réaliser l’exploit et vous qualifier ?

Ils sont simples : rigueur, concentration, solidarité, générosité, dépassement de soi… Il faudra aussi mettre de la folie. Si on en met, on pourra les embêter. Mais pour ça, il faudra être très solide avant tout, le chrono jouera en notre faveur…

 

Crédit photo : Jean-François Basset - FBBP01