Interview National 1Lyon-Duchère

Sofiane Atik : « Figurer parmi les premiers »

03/08/2018 à 11:39

C'est le grand jour. Lyon-Duchère AS attaque sa troisième saison de National, ce soir, à 20h, contre Rodez au Stade Balmont. A l'occasion de cette reprise, Sofiane Atik, le milieu de terrain et cadre du groupe duchérois, a accepté de se confier sur Actufoot. Sans langue de bois, ce dernier revient sur la préparation estivale du groupe et se livre sur les ambitions collectives. Entretien exclusif.

Sofiane, dans quel état d’esprit est le groupe à quelques heures d’attaquer cette troisième saison en National ?

Notre état d’esprit, clairement, est de figurer parmi les premiers du championnat. Parce que c’est la troisième saison. La première, c’était un peu la découverte. La deuxième, il nous fallait confirmer. Donc la troisième, on va essayer de monter. Notre objectif est de faire partie de ces équipes là.

Vous faites partie des cadres de l’équipe. Avez-vous eu un rôle particulier quant à l’intégration des nouveaux joueurs ? Un rôle de conseiller peut-être ?

On est plusieurs, mais c’est vrai que je fais partie des anciens et l’idée, c’était d’accueillir les nouveaux, de les mettre à l’aise, naturellement. Je ne me force pas à ce niveau-là, comme pour encadrer les jeunes. C’est aussi transmettre le savoir qu’on a, la connaissance du club, le fonctionnement.

En quoi sont utiles les stages, les journées de cohésion mises en place par le staff ?

Comme tout stage, l’idée principale est de mettre à l’aise tout le monde, que des liens naissent entre les joueurs, et ça c’est plutôt bien fait. On est parti pour un stage de trois jours, pas bien loin, puisqu’on est resté sur Lyon, mais cela nous a permis d’être un peu hors foot, avec de nouvelles activités comme le paintball, c’était très sympa. Franchement, c’est un groupe qui vit bien, tout le monde s’entend avec tout le monde, et je trouve que c’est assez homogène.

« On sent encore plus de professionnalisme »

Sur quels aspects, le coach et le staff ont-ils particulièrement insisté lors de cette préparation ?

Par rapports aux autres années en National, je trouve qu’on a mieux travaillé au niveau de la préparation physique. On s’est professionnalisé la-dessus, mais aussi sur les séances. Tout est carré, il n’y a pas de perte de temps. Tout est optimisé pour aller droit à l’essentiel, je trouve cela vraiment bien fait. Et puis dans la mise en place des entraînements, il y a un nouveau préparateur physique, et un nouvel entraîneur adjoint, on sent encore plus de professionnalisme.

« Notre philosophie, il ne faut pas la délaisser, mais au contraire, la peaufiner »

Les acteurs de ce championnat National évoquent souvent une compétition assez physique. A Lyon-Duchère, on sait que la philosophie, c’est de pratiquer du  jeu. Est-ce parfois difficile justement de l’imposer sur le terrain ?

Certains matchs ont pu être difficiles, je pense au Paris FC à l’époque, qui nous avait imposé un gros défi athlétique. Mais je trouve que l’on s’en sort plutôt pas mal ! Notre philosophie, il ne faut pas la délaisser, mais au contraire, la peaufiner. C’est notre force aussi, notamment chez les petits gabarits, le jeu en passe… En sachant quand même que cette année, les recrues, ce sont de beaux bébés (rires) ! Le coach a la possibilité de s’adapter. Il y a certains matches où il pourra mettre l’accent sur le physique, d’autres sur la technique. Je pense qu’il a plusieurs cordes à son arc.

« L’idée, cette saison, et le coach nous l’a bien fait comprendre, c’est de faire des passes, mais surtout de penser à marquer »

Malgré les intentions offensives, beaucoup de vos succès se sont conclus sur des scores étriqués l’an dernier. Y’a t-il cette volonté de marquer plus de buts lors du championnat à venir ?

C’est vrai que l’année dernière, on a été solide défensivement. En fait, on avait la possession de balle, un jeu assez alléchant, mais on ne finissait pas nos actions. L’idée, cette saison, et le coach nous l’a bien fait comprendre, c’est de faire des passes, mais surtout de penser à marquer, vraiment. Dans les matches amicaux, on l’a ressenti, puisqu’on a inscrit des buts lors de toutes les rencontres.

Avez-vous le sentiment qu’il s’agit du groupe le plus armé, depuis votre arrivée au club, pour jouer le haut de tableau en National ?

Intrinsèquement, il y avait de la qualité aussi avant. Mais dans la cohésion, dans la notion de collectif, je sens que c’est l’un des meilleurs que j’ai côtoyé.

« Je sens vraiment que tout le monde aime tout le monde ! Ce n’est pas de la triche »

C’est plutôt de bon augure !

Clairement, parce que l’on sait qu’un groupe qui vit bien, qui s’entend bien, sur le terrain, ça se retranscrit. Il y a eu des groupes où nous avions de très bons joueurs, mais que ce soit notamment par rapport à leur caractère un peu individualiste, ou autre, sur le terrain, ça ne marchait pas. Là, je sens vraiment que tout le monde aime tout le monde ! Ce n’est pas de la triche.

Quatre clubs ont le statut professionnel en National, et semblent peut-être plus voués que les autres à retrouver le monde professionnel. Êtes-vous à l’image de Béziers la saison dernière, un outsider crédible à l’accession ?

Personne ne se cache cette année. Le coach l’a dit, on joue la montée. On va jouer tous les matches pour les gagner. Après, c’est le début du championnat, il faut qu’on fasse une bonne entame. Si on en fait une bonne, on pourra lancer notre saison. Si on démarre mal, on sait comment c’est. On va perdre de la confiance… Donc vivement vendredi !

« Une équipe qui ne nous a pas réussi l’an dernier »

L’an dernier, vous aviez particulièrement débuté (victoire 0-1 à Chambly). Comment jugez-vous ce premier rendez-vous à Balmont contre Rodez ?

C’est une équipe qui ne nous a pas réussi l’an dernier. On avait perdu les deux matches, il me semble (une défaite et un nul en réalité). C’est une équipe qui attend beaucoup, et qui s’alimente des pertes de balles de l’adversaire. Ils vont certainement nous laisser le ballon, et quand on va se tromper sur une passe, ils vont aller très vite en contre. De nôtre côté, on va vraiment essayer de s’appliquer techniquement, pour ne pas trop perdre de ballons et jouer les coups à fond.

Quelques mots pour le public, et notamment le premier Kop duchérois, les Red Lion’s, qui s’est formé ?

Ce Kop, moi j’en suis ravi. Parce qu’il n’existait pas quand je suis arrivé à La Duchère. Ca nous fait énormément plaisir de les voir à chaque match, ils ont même fait quelques déplacements la saison dernière. Si j’ai un mot à leur dire, c’est de continuer à nous supporter. On est vraiment avec eux, cela nous fait chaud au coeur de les voir chanter, de nous soutenir par tous les temps. On va essayer de les rendre fiers et heureux aussi.

 

Propos recueillis par TG

 

Crédit photo : Lyon-Duchère AS