InterviewFCSO69

Yohann Escoffier : « On veut faire connaître le FC Sud Ouest dans la région »

30/05/2018 à 12:18

Le FC Sud Ouest 69 prend un nouveau virage cet été. Après le départ de son manager général Christian Collet, le club né de la fusion entre l'AS Mornant et l'USTLMO il y a trois ans de ça, repart sur un cycle de cinq ans avec de belles ambitions. Yohann Escoffier, salarié du club et responsable du pôle foot animation/foot féminin nous présente les grandes lignes du projet du FCSO. Interview

Yohann Escoffier, le FC Sud Ouest connait plusieurs bouleversements au sein de son organigramme. Le club veut-il repartir sur un nouveau cycle ?

Tout à fait. Le FCSO a été crée il y a trois ans (fusion entre l’AS Mornant et l’USTLMO). A la tête de cela, on avait choisi Christian Collet pour manager le club, et il lui a apporté une structure. Il vient de partir à l’AS Craponne en tant que manager général. Nous, en interne, on a décidé de travailler différemment maintenant, en ne donnant plus les pleins pouvoirs à une seule personne mais en séparant en trois pôles. Quand le FCSO est né de la fusion, on s’était donné cinq ans pour avoir des équipes qui jouent en Excellence voire en Promotion Excellence. Cette année, cela a été un peu plus compliqué, il y a eu quelques soucis en seniors et le club a décidé de changer son fusil d’épaule, mais toujours avec la même ambition. On repart sur un cycle de cinq ans, avec l’envie d’avoir notre équipe fanion au moins en Excellence et une ou deux équipe en Ligue à terme. Cette année, nous avons quand même la chance que les U17 montent en Excellence (D1), les U19 jouent un barrage le 9 juin pour monter en D2, et le seul bémol concerne nos U15 qui descendent. Sur les jeunes, on est quand même pas trop mal puisque nous sommes sur du label chez les U13

« Devenir un club qui a de l’ambition sur la région »

Quel est le projet ?

On veut essayer de devenir un club, pas important comme Saint-Priest par exemple, mais un club qui a de l’ambition sur la région. On sait qu’on a les moyens de devenir un club à l’image de Millery-Vourles, un club de campagne, avec des équipes quasiment toutes présentes en Ligue. On veut faire connaître le FCSO dans la région. Pour cela, on a un peu commencé à investir dans le sens où en 2019, il va y avoir un nouveau synthétique qui va arriver. L’année prochaine, on crée une section féminine avec des U15 voire des U18, et on a recruté des éducateurs diplômés. Sur nos équipes réserves, nous avons essayé de mettre en place des éducateurs un peu plus jeunes, pour justement, qu’ils acquièrent un peu plus de bouteille, aussi en côtoyant les anciens. Ils passent leur diplôme en parallèle afin d’assurer l’avenir du club

Pourquoi cette donnée de 5 ans pour ce nouveau cycle ?

Parce qu’on sait tès bien que lorsqu’on monte en Excellence, c’est très dur d’enchaîner avec une deuxième montée en Ligue. On sait qu’il va falloir deux ou trois ans pour le passage de la D1 à la R3. On pense que c’est raisonnable d’ici ce timing d’arriver à nos ambitions

« On a une ossature de formation qui est correcte »

Le chantier prioritaire semble donc être l’équipe fanion…

En effet, la saison prochaine ce sera les seniors. On a une ossature de formation qui est correcte, et qui ne va pas trop bouger. Contrairement aux seniors

Affichez-vous l’objectif de monter en D1 dès la saison prochaine ?

Complètement, c’est l’objectif qu’a le coach et qu’auront les joueurs, à savoir la montée en D1. On sait aussi qu’une équipe qui monte à ce niveau, cela engendre automatiquement des retombées, avec des jeunes qui pourraient nous rejoindre, donc c’est primordial qu’on est une équipe cohérente pour atteindre nos objectifs

« On commence à faire fonctionner nos réseaux »

L’intersaison risque donc d’être animée afin d’étoffer l’équipe fanion ?

C’est ça. C’est ce que l’on espère. On commence chacun à faire fonctionner nos réseaux. On veut aussi montrer notre ambition, si ça peut faire déclencher l’idée de venir chez nous à deux ou trois joueurs, on est preneur !

 

Yohann Escoffier (à gauche) présente le nouvel entraîneur de l’équipe fanion du club, Claude Pabiou (centre) au côté de Jérôme Pouzadoux (à droite)