ES TarentaiseR2

Franck Vasse (ES Tarentaise) : « Certaines choses m’interpellent »

30/11/2020 à 13:26

L’entraîneur de l’ES Tarentaise, Franck Vasse, fait part de son incompréhension quant à la situation actuelle du football amateur. Un message fort …

Franck Vasse (entraîneur ES Tarentaise) : « J’ai pour principe de ne pas être dans la critique des sujets que je ne maîtrise pas ou pour lesquels je n’ai pas tous les éléments. J’ai également pour principe de respecter ceux qui sont à même et qui ont le devoir de prendre des décisions (nous sommes bien placés pour le comprendre nous les entraîneurs…). Malgré tout, alors que nous traversons une période dramatique, pour beaucoup, d’un point de vue sanitaire et économique, certaines choses m’interpellent. Un des facteurs que nous avons tendance à négliger est le facteur psychologique qui, s’il vient s’additionner aux deux premiers cités, peut engendrer des situation parfois tragiques. Ce qui m’interpelle est le peu de temps passé à évoquer les vertus essentielles du sport dans notre pays depuis le début de cette épidémie. Pas bien grave en soit, mieux vaut parler de la culture, de la religion, ou d’autres sujets, mais pas trop des plus de 16 millions de licenciés dans nos différentes fédérations sportives. Inutile donc de trop s’attarder sur les plus de deux millions de licenciés dans nos clubs de foot, nous qui sommes champions du monde de ce sport le plus populaire de la planète. Alors nos jeunes vont reprendre le chemin du stade (si les communes les autorisent puisque certains arrêtés préfectoraux y interdisent toujours, à ce jour, l’accès …). C’est déjà une bonne nouvelle puisque nous aurions fini par être champion du monde de ……PS5. Quid désormais des adultes, ou des jeunes à partir de 16 ans ? Il est vrai que, dans cette tranche d’âge (entre 16 et 35 ans), il n’est pas bien grave de stopper sa passion. Comprendre que pour beaucoup de ces licenciés, le foot n’est pas simplement un hobby mais une raison d’être. Une raison de se lever le matin et d’attendre le week-end. Quelles vont être les conséquences psychologiques, physiques bien évidemment, mais également financières pour tous nos clubs amateurs qui, à court terme, risquent de perdre un nombre important de licenciés et de partenaires. Que vont devenir nos bénévoles, éducateurs, qui font que ce sport est ce qu’il est ? Ne pas faire confiance aux clubs qui s’étaient déjà pliés à des protocoles stricts, ne pas évoquer plus que cela ces problématiques et les conséquences futures m’inquiète et me surprend. Le retour sur les pelouses se fera peut être fin janvier, d’ici là les fêtes vont arriver, on ne va plus trop en parler. En soit, ce ne sera pas bien grave pour tous ceux qui regardent et jugent notre sport comme un sport pratiqué par des gens trop souvent catalogués basiques. En tant que passionné et représentant de ce beau sport, je constate que le football amateur en Espagne (pays que je connais bien pour y avoir entraîné cinq ans), a repris les compétitions dès ce week-end. Mais il est vrai que, de l’autre côté, ce sport a cette double vocation d’être également une religion. »