N3 AURAInterview J1

Fatsah Amghar (GFA 74) : « Essayer de se battre avec les meilleurs »

16/08/2019 à 15:59

Solide deuxième l'an dernier pour sa première saison en N3, le GFA Rumilly-Vallières a réalisé un recrutement ambitieux confirmé par une préparation estivale probante notamment en termes de résultats. Fatsah Amghar, le technicien haut-savoyard, fait le point sur Actufoot avant la reprise à domicile samedi contre Chambéry SF. Crédit photo : François Ducruet - GFA 74 Officiel

Comment avez-vous travaillé sur le recrutement estival ?

On a essentiellement eu comme objectif de remplacer les joueurs qui sont partis, notamment chez les titulaires. A savoir Daniel Santos (gardien), Jimmy Déchêne (milieu axial), Mourad Nasrallah (offensif) et Ashley Moke (offensif). Ces quatre joueurs ont été remplacés par Beccu, Cottin, Bouzou et Liongo. C’était l’objectif principal de les remplacer numériquement. Ensuite, on a étoffé le groupe car on avait un effectif un peu restreint en quantité en recrutant d’autres joueurs qui peuvent prétendre à une place de titulaire au fil des semaines et des mois.

Qualitativement et quantitativement, le groupe est-il plus fort que l’an dernier selon vous ?

Qualitativement, je ne peux pas le dire parce qu’on n’a pas encore les rendements des nouveaux et c’est le terrain qui va parler. En tout cas, je dirais que ça se vaut. Par contre,  l’effectif est un petit peu étoffé et cela reste une arme supplémentaire.

Avec cette deuxième place obtenue l’an dernier, comprenez-vous l’étiquette de favori du championnat qui peut vous être attribuée par les acteurs du milieu foot amateur ?

Je peux la comprendre. Mais on n’oublie pas non plus que c’est que notre deuxième saison à ce niveau. Certes nous restons sur un bel exercice mais si on regarde sur le moyen terme, l’idée du club est de stabiliser l’équipe première à cet échelon. Mais le fait d’avoir fini deuxième l’an passé explique qu’on ai cette étiquette là au même titre que Limonest, Bourgoin, Ain Sud et Aurillac mais on n’a pas leur expérience donc on va faire preuve d’humilité. On ne va pas non plus cacher le fait qu’on joue le haut de tableau, ce serait faire de la langue de bois de dire qu’on joue le maintien. C’est une phrase bateau mais c’est une réalité, on va vraiment prendre les matches les uns après les autres. On a aucune pression et on va essayer de faire une belle saison tout en restant concernés par le haut du tableau le plus longtemps possible. Le but, c’est d’essayer se battre avec les meilleurs.

Comment appréhendez-vous ce premier rendez-vous contre Chambéry, formation qui a vu plusieurs de ses cadres vous rejoindre ?

On commence par un gros match, par un derby. Donc peu importe les effectifs et les objectifs de chacun, cela reste un match à part et donc pas une question de niveau. On sait que c’est souvent l’engagement, l’agressivité qui font la différence sur ce genre de match. C’est un peu l’inconnue car on ne sait pas trop où on se situe pour ce premier match après la préparation. Ce sera de même pour Chambéry. On connait bien le club, un petit peu l’équipe. Elle a beaucoup changé, à part trois ou quatre éléments près, c’est un effectif renouvelé. Ils sont en reconstruction, c’est très jeune. On connait un peu leur parcours en prépa et ils ont quand même fait preuve de qualité avec des résultats assez impressionnants. Ils ont alterné le bon et le moins bon et on sera très méfiant par rapport à cette équipe mais les adversaires auront envie de montrer qu’ils ont le niveau National 3.

Quatre joueurs vont louper plusieurs semaines de championnat (Bouzou, Sahbaz, Thivolet, Latrèche). Sont-ce de vrais coups durs, notamment pour Victor Bouzou en pleine forme pendant la préparation ?

C’est surtout un coup dur pour le joueur et sa santé. Pour nous, sportivement parlant, et on l’a évoqué au départ dans l’interview, ça l’est moins car on a étoffé le groupe. On doit être capable de parer à ce genre d’événement. Un joueur blessé sera remplacé par un élément déterminé à montrer qu’il peut marquer des buts et être décisif. Donc ce n’est pas un coup dur en soi. On est triste parce que c’est un joueur qui a fait une bonne préparation et qui a un bon état d’esprit mais il va revenir plus fort. Et surtout, nous, on a un effectif qui doit nous permettre quand même d’avancer.