R1

Johann Durand (Cluses-Scionzier) : « On n’est pas sparring-partner »

20/09/2019 à 14:38

Après un début de saison chaotique (0 point pris en 3 matches), le Cluses-Scionzier FC aborde le derby de la 4e journée de R1 contre le voisin Thonon Evian FC dans le doute mais avec l'envie d'enrayer une dynamique négative de résultats...

Johann, comment expliquez-vous ce début de saison difficile de votre équipe ?

Déjà parce qu’on n’a pas gagné de match. Comme on s’y attendait, toutes les rencontres de R1 vont être très relevées. Pour ce qui est de nos trois premières parties, on n’a pas du tout été efficaces dans les deux surfaces et on a payé cash toutes nos erreurs. A nous de travailler pour l’être davantage tout en étant plus solide. Ça ne se joue pas a grand chose a chaque fois. On n’est pas loin, mais on n’engrange pas de point. On n’a pas trouvé la formule encore et forcément on commence a douter et à faire les choses à l’envers. Il n’empêche que j’ai vu des choses intéressantes dans le jeu, mais il faut gagner en constance sur la durée.

Avez-vous des motifs insatisfactions d’un point de vue collectif ou individuel ?

A partir du moment où on ne prend pas de point, on  ne peut pas être satisfait. Individuellement, il faut que tout le monde soit au max. Après, on a eu quelques pépins qui ne nous ont pas aidés, même si je ne veux pas me cacher derrière ça. Forcément, il faut qu’on soit meilleurs collectivement et individuellement. C’est valable aussi pour le coach, le staff. On doit tous être meilleur, exigeant et performant tous en même temps à 120%. Tant qu’on aura pas trouvé ce rythme de croisière, on souffrira. L’insatisfaction, elle est plus à ce niveau-là, sur le fait de ne pas être tous au même moment à un niveau de performance élevé. Il faut qu’on trouve des solutions. Il ne faut pas oublier non plus qu’on a connu quelques changements au sein de l’effectif, qu’on est en construction et qu’il faut que ça prenne. On a fait une préparation à notre image, pas en-dessous du lot ni au-dessus. Cela reflète bien notre début de saison et le match de Chassieu qui nous a un peu plombés le départ (défaite 4-2) alors qu’on mène deux fois au score. Encore une fois, c’est collectif, je ne suis pas quelqu’un qui tire sur les joueurs individuellement même si je ne me retiens pas de leur dire en privé mes ressentis. C’est collectivement qu’on y arrivera, et pour cela, on doit rester soudés et solidaires. C’est ce qui a toujours fait notre force et les joueurs donnent le maximum.

Le derby contre Thonon Evian, qui a remporté ses trois premiers matches, est-il le moment parfait pour enclencher une dynamique positive ?

Franchement, je ne suis pas sûr qu’il y ai un moment parfait. On le saura a la fin du match si c’était le cas. Pour nous, dans tous les cas trois, c’est trois points en jeu, certes face à l’ultra favori de la poule quand on voit le recrutement qui a été fait. On est conscient de ça mais on ne peut pas calculer vu la situation où on est. On veut enrayer cette spirale, trouver des motifs de satisfactions pour se dire qu’on est dans le vrai. Pour ça, il faut s’arracher et donner le maximum. J’ai envie de dire que j’aurais peut-être préféré jouer un autre match pour gagner en confiance, mais s’il faut passer par Thonon pour faire un bon match, je signe tout de suite. Mais on ne saura qu’a la fin si c’était le bon moment de les jouer. On sait que ce sera extrêmement difficile car ils sont meilleurs que nous sur le papier, mais on n’est pas là pour faire sparring-partner, on va jouer avec nos valeurs, nos qualités du moment et essayer de se rassurer.

Un mot sur le tirage de la Coupe de France, qui vous a offert le FC Annecy (N2) au 4e tour ?

Je n’ai même pas envie d’en parler pour l’instant car je me concentre vraiment sur Thonon. Pour moi, Annecy est aujourd’hui le cadets de mes soucis avec tout le respect que j’ai pour eux. J’ai beaucoup d’amis là-bas, mais au vu de notre situation, on est focus sur notre prochain adversaire qui est un assez gros morceau pour nous. On verra à partir de dimanche soir ou lundi pour commencer à penser et à parler de la Coupe de France.

 

Crédit photo : Cluses-Scionzier FC (illustration après qualification en Coupe de France).