Couvre-feu

Annonce du Président Macron : Comment réagissent les clubs en IDF ?

15/10/2020 à 13:23

Ce mercredi soir, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d'un couvre-feu nocturne (21h-6h) face à la propagation du virus. Cette nouvelle mesure touchera huit métropoles françaises ainsi que l'Île-de-France pour les six prochaines semaines. Qu'en pensent les clubs franciliens sachant que les entraînements des seniors ont lieu, en général, tard le soir ?

Réactions de plusieurs entraîneurs sur l’IDF :

Jacques-Olivier Paviot, AC Boulogne-Billancourt (Régional 1) : « Nous sommes dans l’attente actuellement des décisions du club concernant cette nouvelle situation. »

Didier Caignard, Entente Sannois Saint-Gratien (National 2) : « Concrètement, nous nous entraînons à 18h et finissons aux alentours de 19h30. Ce qui peut poser problème pour ceux qui habitent loin d’être rentrer chez eux pour 21h. Avancer l’entraînement va poser problème pour ceux qui travaillent. Il va falloir réfléchir pour trouver la meilleure solution possible. »

Philippe Lemaitre, JA Drancy (National 3) : « Effectivement, ça va être très compliqué à gérer pour tout notre foot à 11 dont les séances se déroulent de 18h30 à 22h ! Nous attendons des infos de la FFF et de la ligue de Paris afin de nous organiser. Mais ça me semble compliqué pour le foot amateur avec des joueurs qui sont étudiants ou qui travaillent à côté ! »

« Pas évident mais il faut s’adapter »

Mohamed Tazamoucht, US Ivry (National 3) : « C’est trop tôt pour se prononcer. J’attends d’abord le retour du club avec la ville. »

Carlos De Vasconcelos, réserve du Paris Saint-Germain (National 3) : « Cela va poser de gros problèmes pour pouvoir s’entraîner. Problèmes pour les infrastructures, impossible de s’entraîner avant. Surtout pour les joueurs qui veulent venir plus tôt avec les cours ou le travail. Je ne sais pas aujourd’hui comment on peut organiser pour les entraînements. C’est compliqué… »

Morgan Février, FC Melun (Régional 2) : « Nous nous organisons pour avancer les entraînements. Il va falloir augmenter la charge de travail et réduire le temps des séances (1h15 maximum). Ce n’est pas du tout évident mais il faut bien s’adapter. »

Mickaël Bertansetti, Linas-Montlhéry (National 3) : « Le plus important, aujourd’hui, est de faire notre devoir de citoyens et respecter les consignes de l’État. Mais comme souvent les consignes seront appliquées dans certains endroits et pas du tout à d’autres. Avant 19h impossible de commencer une séance en senior ! Le temps que les gars rentrent chez eux les 21 h sont dépassées. Ce qui se passera, c’est qu’une partie des joueurs pourront s’entraîner et pas pour d’autres. »

« C’est une catastrophe pour nous »

Patrick Latraye, Claye-Souilly (Régional 1) : « Ce sera compliqué pour les entraînements. 22h au lieu de 21h aurait été plus simple. On va essayer de passer les entraînements à 19h à la place de 20h. Mais compliqué pour les joueurs qui travaillent, pour les installations ( terrains et vestiaires). »

Sébastien Robert, réserve du Red Star (Régional 1) : « On essaiera d’organiser des entraînements en après-midi pour ceux qui seront disponibles. J’espère que la Ligue va aussi s’adapter. »

Mahamadou Niakaté, CO Ulis (National 3) : « C’est une catastrophe pour nous car pas mal de nos équipes s’entraînent à partir de 18h et ce jusque 22h30. Plusieurs joueurs ont un trajet à effectuer que ce soit en voiture ou en transport en commun. Donc autant vous dire que c’est chose impossible de s’entraîner aux horaires habituels et que chacun puisse respecter le couvre-feu. De plus chaque municipalité prendra des décisions pour l’horaire de fermeture des installations. Je ne vois aucune solution hormis une mini-trêve de 4 semaines puis pour combler de mettre des matchs en semaine une fois qu’il n’y aura plus le couvre-feu. »

 

Propos recueillis par Nicolas Issner.