Régional 3 (C)

Ernest Preira (Pantin) : « Ne pas finir une saison n’a aucune saveur »

28/04/2020 à 16:08

L'Olympique de Pantin a sauvé sa peau in-extremis dans le groupe C de Régional 3 en terminant avant-dernier. Le coach pantinois, Ernest Preira, nous a partagé son regard après la fin de saison arrivée brutalement...

« J’ai un sentiment partagé au sujet de la reprise de cette saison. La raison voudrait que l’on reste sâge car il y a trop d’incertitudes, tout le monde navigue un peu a vue, surtout lorsqu’il s’agit de foot, un sport fédérateur, populaire où la notion de contact et de rapport physique est plus que présente. Après je ne vous cache pas que l’envie de reprendre et la passion du foot est très forte, c’est un peu comme une drogue et pour ma part l’essence même du sport est de repousser ses limites… c’est notre ADN à PANTIN c’est d’y croire tout le temps car il est vrai que les saisons précédentes, nous avons vécu énormément d’émotions tant pour les montées que les maintiens, une petite anecdote… On devait jouer contre l’Espérance Aulnaysienne, ils étaient en passe de monter et nous nous jouions notre maintien dans une ambiance plus que chaude. La victoire était donc vitale et nous avons gagné 1-0 en fin de match à la dernière journée de championnat ! Ce sont des souvenirs qui construisent l’histoire d’un club. En ce qui concerne le bilan de cette saison, c’est très médiocre, car au moment où je vous parle, nous sommes relégable et le bilan est très insatisfaisant. Les contenus de match étaient parfois très intéressants, mais le manque de réalisme et l’animation offensive nous faisait défaut. Au vu de la pandémie, la fin du championnat était inéluctable mais je peux vous garantir qu’en tant que compétiteur ne pas finir une saison n’a aucune saveur. Après, comme je l’ai évoqué précédemment, dans ce moment de douleur et de crise incomparable, la décision d’arrêter le championnat devenait impérative. Le point positif dans cette épreuve d’avant et après coronavirus, en corrélation avec le foot, c’est que l’état d’esprit est la solidarité, toutes ces valeurs humaines devrons prendre plus de place dans la société. Ces nouvelles orientations, en tant qu’éducateurs, nous devons en être les garants. »

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟