ITWR1

Farid Benchilla (Claye-Souilly) : « Je répondrai toujours présent pour servir le collectif »

10/08/2020 à 18:36

Pendant cette période de préparation, Actufoof vous propose le portrait de Farid Benchilla (38 ans), milieu de terrain expérimenté du Claye-Souilly SF (Régional 1).

Farid, pouvez-vous nous rappeler votre parcours ?

Il est plutôt modeste. J’ai toujours joué dans le coin entre Mitry, Villeparisis et enfin Claye-Souilly, où j’ai posé mes valises il y a une quinzaine d’années. Je suis arrivé dans le club par la petite porte pour évoluer avec l’équipe C. On s’était constitué une petite équipe de potes avec l’accord du club. J’ai une petite pensée au Bagne. Toutefois, l’équipe première était à cette époque en mauvaise posture. Il fallait se mobiliser pour le club alors je l’ai intégré en 2008 avec le coach Gimmy Valerin à qui je dois beaucoup et que je remercie. Depuis, j’ai effectivement eu cette chance de vivre toutes les montées du club.

En tant qu’ancien du club, quel regard portez-vous sur le CSSF ?

C’est une petite commune calme en pleine expansion où il fait bon vivre. La ville est en quelque sorte à l’image de son club de foot. Elle avance dans le bon sens en respectant des valeurs honorables comme le respect, l’humilité et le travail. Ces valeurs que je partage avec les membres du club depuis un certain nombre d’années.

Quel est votre meilleur souvenir avec Claye-Souilly ?

J’en ai tellement entre les montées et les matchs de Coupe de France… Je pense à ce match de Coupe de France contre l’UJA Maccabi (CFA2). Je marque deux buts dans notre stade plein à craquer. Je me souviens encore de l’engouement des supporters. En un mot : mémorable !

Premier match de reprise (victoire 1-0 contre Sucy) et vous marquez le but. Toujours là pour rendre service…

Oui, à 38 ans c’est un plaisir de faire parti du groupe. Le coach sait qu’il peut compter sur moi. Je répondrai toujours présent pour servir le collectif alors si je marque, c’est que du bonus. C’est le petit clin d’oeil de l’ancien pour la suite.

Étiez-vous pressé de retrouver les terrains, les vestiaires..?

Oui, très pressé de revivre les émotions liées au football et de retrouver la vie du vestiaire essentiel pour fortifier un groupe. Il était temps de reprendre…

Comment voyez-vous la saison prochaine ?

Nous approchons peu à peu de l’échéance du début de saison et nous connaissons l’exigence imposée par la division. Nous avons la chance d’avoir un très bon staff expérimenté. Je pense au coach Patrick Latraye, au staff, et au retour de William Longuet qui nous montreront la voie. Il ne reste qu’à travailler dur pour répondre présent.