ITW

Farid Zidanhal (FC Osny) : « Il faudrait revoir le système des défraiements »

21/04/2020 à 16:05

Le monde du football amateur se pose des questions en cette période de crise sanitaire et financière. Le président du FC Osny, Farid Zidanhal, nous a exposé son inquiétude quant à la santé des clubs amateurs...


On parle de salary cap dans le monde pro. Le monde amateur peut-t-il être impacté indirectement ?

Le foot amateur sera impacté par cette mesure mais que les clubs de national, ceux qui ont des masses salariales, mais je ne pense pas que les petits clubs comme le nôtre le seront. Au Osny FC, nous ne serons pas concernés, nous n’avons pas de salariés. Notre budget ne le permet pas, avec une subvention municipale très faible, des infrastructures très insuffisantes pour nous permettre de prendre plus de licenciés, nos moyens sont trop aléatoires pour se le permettre. Nous fonctionnons avec des remboursements de notes de frais limitées.

La crise sanitaire actuelle fragilise la santé financière du monde amateur, mais qu’en est-il des éducateurs et joueurs habituellement défrayés ?

Les défraiements des éducateurs et les primes de match des joueurs seront difficiles à être honorés, même si nous faisons tout pour au moins donner jusqu’à fin février. Mais après, nous ne pourrons pas. C’est impossible, nous mettrions le club dans une situation catastrophique. Il faut savoir que nous dépendons beaucoup des sponsors et cette année il n’y en aura certainement pas. La plupart des partenaires fonctionnent en année civile, donc beaucoup devaient me donner durant cette période mais vu l’arrêt des activités économiques, ils ne pourront pas.

Certains comptent sur ces revenus pour vivre…

Alors heureusement dans notre club, la plupart des éducateurs font cela en plus d’un travail, ils n’attendent pas cela pour vivre du moins je l’espère.

La corde peut-elle céder ? Se dirige-t-on vers une remise en cause du système actuel des défraiements ?

Oui, la corde ne tient qu’à un fil. Certains clubs risquent de boire la tasse, voir de couler. Il faudra beaucoup de compréhension et de tolérance de la part des adhérents, d’aide et de soutien de la part des instances. Pour conclure, oui il faudrait revoir le système des défraiements. Aujourd’hui, les instances demandent aux clubs des éducateurs diplômés, donc nous leur faisons passer ces diplômes, ce qui coûte cher. Quand ils ont les diplômes, ces organisations disent aux éducateurs ce à quoi ils peuvent prétendre pour tel ou tel diplôme. Nous nous retrouvons prisonnier de ce fonctionnement alors que nous avons de moins en moins de moyens, on nous fait payer de plus en plus de choses et on nous délègue des plus en plus de traitement qui nécessite des moyens. Il faut adapter les situations en fonction des moyens des clubs et non pas généraliser comme si nous étions tous riches. Malheureusement, aujourd’hui, dans le football sans argent, on ne peut pas exister donc on survie et être ambitieux devient une utopie.

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟