DHRésumé

Le Fc Gobelins n’a jamais abdiqué

10/04/2017 à 13:56

En match en retard disputé samedi au stade Montbauron, le Versailles FC a battu une bonne équipe des Gobelins (2-1). C'est un énorme pas de fait vers la montée en National 3 pour les versaillais.

Il va falloir lui dresser une statue dans un endroit de la ville, ou baptiser une rue à son nom dans Versailles. Car Sabri Saïd a encore frappé. Il a inscrit samedi un doublé qui assure, sauf grosse catastrophe industrielle, la montée en National 3 au VFC78. En recevant Les Gobelins, Versailles n’avait pas le droit de se louper. D’autant plus que les visiteurs étaient capables, en cas de victoire, de devenir une vraie menace pour le projet versaillais. Mais c’était sans compter avec la présence de Sabri Saïd, l’homme en forme du moment qui a permis de remettre les pendules à l’heure.

Le premier but de l’artiste versaillais survient au quart d’heure de jeu sur un modèle de reprise de volée magnifique. Équilibre, précision, technique, tout est dans ce geste qu’on pourrait enseigner dans des écoles de foot. Sur le second, il élimine le gardien des Gobelins et glisse le ballon dans un angle improbable. Un geste qui montre que le joueur est en confiance, qu’il ne doute pas. Or quand Sabri ne doute pas, c’est un vrai fléau pour les défenses adverses.

Mais il ne faudrait surtout pas réduire cette équipe de Versailles à une « Sabri-dépendance ». Certes, le joueur a inscrit des buts importants, mais c’est tout le dispositif mis en place par Youssef Chibhi qui est à saluer. En l’absence de Zakaria Abidi retenu par son travail, Saïd a su compter sur le gros travail de sape du grand Mohamed Traoré. Son jeu en pivot du pied ou de la tête a encore été précieux. Et la bataille du milieu a été assurée et gagné par le trio Meunier Bouyer et Salep, le dernier cité ayant abattu un énorme travail sur ce match.

Pourtant, on aurait pu craindre le pire avec de nombreuses absences marquantes. En plus de Thomas Doyennelle gravement touché au visage il y a deux semaines, d’Abidi, il a fallu aussi compenser la blessure de Papa Momo Diallo, le gardien titulaire. Malgré cela, le VFC78 réussi à faire déjouer cette belle équipe des Gobelins grâce à une discipline tactique et un très bel état d’esprit.

En face, les hommes de Namori Kéita n’ont jamais abdiqué. Ils ont essayé de mettre en difficulté le leader, mais Versailles leur était bien supérieur. Ils marqueront cependant sur un pénalty après l’heure de jeu mais le mal était fait. Avec désormais 7 points d’avance sur son dauphin muriautin, Versailles est quasiment assuré de monter en National 3. Mais en joueurs consciencieux, les hommes de « Coach Youssef » ont envie de finir champions de DH. Ce qui serait amplement mérité au regard de la saison qu’ils réalisent.