Interview

Freddy Rocher, le Clichois qui voulait être entrepreneur

14/09/2020 à 12:06

Ancien joueur de National 1 que ce soit, entre autre, au Paris FC ou à Chambly, Freddy Rocher a trouvé sa reconversion en région parisienne ! En effet, il a décidé d’ouvrir son centre de fitness à Clichy. Entretien avec l'ancien joueur amateur.

Grâce au foot, Freddy a pu voyager bien au-delà de la Mayenne d’où il est originaire. A 6 ans, il commence à taper dans le ballon et rejoindra plus tard le Stade Lavallois. Il y restera plus de 15 ans : « J’ai été formé au club et ai ensuite intégré le groupe professionnel, tombé entre temps en National 1. J’ai fait quelques bancs mais je n’ai pas eu ma chance. On ne faisait pas assez confiance aux jeunes » affirme Freddy.
Il restera là-bas 15 ans avant de s’exiler au Poiré-sur-Vie en championnat amateur après avoir joué en réserve avec le Stade Lavallois. Il est repéré par le coach adverse et rejoint le Poiré en 2008. A l’issue de la première saison, il montera de la CFA 2 à la CFA et celle d’après en National 1 où il fera une saison pleine avec 37 matchs joués. Il y rencontrera des joueurs comme Emmnanuel Bourgaud, Kevin Lefaix ou encore Moussa Marega, aujourd’hui au FC Porto. En fin de contrat et pas dans les plans, le défenseur rejoindra ensuite le Paris FC pendant une saison et demie en National 1. En effet, il résilie son contrat en début d’année 2015 et signe un contrat de 6 mois avec le CA Bastia qui deviendra plus tard le Bastia-Borgo : « Cela s’est bien passé. On avait réussi à maintenir l’équipe en National 1 » se souvient Freddy.
Freddy, qui souhaite retrouver la région parisienne, rejoint par la suite le FC Chambly en National 1 : « Chambly est l’un de mes meilleurs souvenirs. C’est un club familial qui ressemble au Poiré avec moins de moyens. J’ai été capitaine et on a fait des beaux parcours en Coupe de France. Je n’ai pas de regrets sur ma carrière. Avec des hauts et des bas, des bons ou des mauvais choix. Jamais je n’aurais pensé en faire mon métier et je l’aurais exercé pendant 16 ans » sourit Freddy. Une dernière pige en National 2 à Fleury où il jouera 16 matchs et Freddy tire sa révérence : « J’en avais marre du football. Des événements extra-sportifs y ont aussi contribué. J’ai passé ensuite une année sympathique. J’avais un projet qui mûrissait dans ma tête. J’ai toujours voulu être mon patron » assure l’ancien défenseur.
Le Clichois réoriente sa carrière en ouvrant un centre de fitness et en proposant de l’électrostimulation (pratiquer en 20 minutes l’équivalent de 4 heures de sport : les gilets utilisés font travailler huit groupes musculaires simultanément, pectoraux, bras, dos, fessiers, abdos…). C’est au 12, rue de Paris à Clichy que Freddy Rocher a ouvert son Studio du Temps le 4 février dernier : « Le studio est différent d’une énième salle de sport. C’est un lieu cosy et décontracté où les gens se sentent comme chez eux. J’ai mis 10 mois à ouvrir. C’est une suite logique de rester dans le sport. Je côtoie des sportifs et des non sportifs ».
Le confinement avait mis un coup d’arrêt un mois après l’ouverture : « Je suis plus motivé que jamais. On va dans l’inconnu » raconte l’heureux papa il y a peu. « J’ai été très bien accueilli par les commerçants et la mairie. Il y a eu du bouche à oreille. Je souhaite que cela fonctionne et pourquoi pas prendre un ou deux salariés » conclut Freddy pour qui le foot n’est jamais loin puisque qu’il va s’engager en Régional 1 avec le CO Vincennes : « Je redonne un peu ce que le foot m’a donné. Le groupe est jeune et respectueux. Le partage est important ».
Propos recueillis par Nicolas Cotten et Nicolas Issner.