ITW

Hichem Boumbar : « La situation financière de certains joueurs ou coachs est très critique »

14/04/2020 à 10:25

Hichem Boumbar, coach et formateur, nous partage son regard sur la crise sanitaire actuelle qui frappe également le football amateur.

À ce jour, les coachs et joueurs ont-ils l’envie de reprendre la saison ?

En cette crise sanitaire, honnêtement je parle à titre individuel, le football passe au second plan. Il est difficile de penser à reprendre la pratique du sport en se disant qu’un de nos joueurs, dirigeants, arbitres, entraîneurs risquent de tomber malade. Certes, le terrain, les entraînements, les matchs, les joueurs, tout cela me manquent, mais je pense qu’il est préférable de penser à notre santé, que tout le monde reste confiné le temps qu’il faut pour reprendre une vie normale par la suite.

Selon vous, quelle devrait être l’issue sportive des championnats ?

À l’heure où je réponds à vos questions, nous sommes dans l’attente du verdict de la FFF pour le sort des championnats. À priori, ça devrait être annulé avec le maintien des montés et descente. Il va y avoir des heureux et des malheureux, mais c’est comme ça, il faut être réaliste et faire preuve d’empathie dans ces moments. Une saison blanche, c’est impensable, c’est trop compliqué sur tous les plans pour envisager cet hypothèse. La meilleure des solutions, au détriment bien sûr de l’équité et des nombres de matches restant à jouer, sur lesquels tout est faisable pour le maintien et les montés, c’est de garder le classement actuel et mettre fin à tous les championnats.

Quelles recommendations et programmes avez-vous donné à vos joueurs en cette période de confinement ?

Nous sommes confinés depuis le 15 mars. Certaines rencontres de jeunes ont été annulées par les Districts et les Ligues avant le début du confinement. Cela fait maintenant un mois et demi que tout est 0 l’arrêt. Certains joueurs s’entretiennent avec les moyens du bord : de la course et du renforcement. Mais, croyez-moi, cela ne remplacera pas l’entraînement sur le terrain : les courses à haute intensité, la vitesse avec et sans ballon dans les appels, les duels… Sur le plan athlétique, il y a des filières énergétiques que le joueur seul ne peut gérer. Le joueur va sortir courir 45 minutes autour de chez lui, mais est-il est capable de gérer sa course ? En matière de rythme ? Est-ce-qu’il est en aérobie ou anaérobie quand celle-ci est en intermittent ? Tout cela est approximatif pour nos joueurs. Je pense que les jeunes joueurs sont dans une période qui stoppe un peu la progression pour certains, avec le manque de pratique en club mais aussi dans les quartiers. Je pense qu’il faut pour les plus jeunes essayer de développer leurs capacités techniques avec des exercices simples avec un mur. Les contrôles intérieurs et extérieurs avec les deux pieds, la maîtrise du ballon, les passes pied droit et pied gauche… La jonglerie est un moyen aussi de développer tout ce qui est coordination avec ballon. La reprise pour la saison prochaine, je pense quelle devra se faire plus tôt que d’habitude, car avoir des joueurs qui ne sont pas en compétition depuis début mars, c’est difficile. Habituellement, deux mois d’arrêt nécessitent une période d’un mois et demi environ de travail pour que les joueurs soit prêts physiquement pour le début du championnat. Vous imaginez 4 à 5 mois d’arrêt ?

D’après vous, cette crise peut-elle entraîner des changements dans le foot amateur ?

La situation financière de certains joueurs ou entraîneurs, payés aux frais kilométriques, est très critique. Je pense que beaucoup de choses vont changées, déjà économiquement, les entreprises qui sponsorisent les clubs vont certainement donner moins d’argent la saison prochaine au vue de leurs stabilité économique. Les clubs amateurs vont vivre des moments difficiles après cette crise. Les salaires, les primes, vont baissés. Les collectivités territoriales vont misées sur les différents acteurs économiques des communes pour les aider à se relancer. Les associations sportives vont donc vivre certainement une baisse des subventions ajoutant à celle-ci baisse du sponsoring…