FémininesU19

Paulo César (PSG) : « C’est une fierté de voir les joueuses devenir pro »

26/10/2020 à 14:07

Paulo César, ancien joueur du PSG et de Toulouse, s'est vu débuter une nouvelle carrière, cette année. C'est auprès des U19 féminines que le brésilien est devenu entraîneur adjoint. Il a accepté de se confier sur ses objectifs, cette saison.

Vous avez été joueur avant d’être entraîneur, pourquoi ce choix ? Pourquoi les féminines en particulier ?

Avant de finir ma carrière je me demandais déjà ce que j’allais faire après. J’ai décidé d’être entraîneur parce que j’aime transmettre mon expérience aux plus jeunes. L’occasion s’est présentée avec les féminines cette année. Ça fait trois mois et demi que je découvre, ça me plaît. Il y’a des différences de comportements avec les garçons, mais je m’adapte. Je remercie le PSG pour cette belle opportunité. 

Quels sont vos objectifs personnels en tant qu’entraîneur adjoint avec cette équipe ?

De faire le mieux possible pour former cette joueuse pour envisager, pourquoi pas, une arrivée dans le groupe professionnel. Évidemment c’est beaucoup de travail pour arriver au niveau pro, en D1, surtout au PSG. On va essayer de tout faire pour qu’elles y arrivent. Je connais bien le PSG, l’histoire du club, j’essaie de leur apporter sur ce point-là. Même si je ne suis qu’entraîneur adjoint, je pense pouvoir apporter au niveau de l’expérience et les aider à progresser. 

Lorsque vous voyez des jeunes aller chez les pro c’est une fierté, pour vous, de les voir évoluer si vite ?

C’est l’objectif ! Bien-sûr que c’est une fierté. Même si elles ne signent pas au PSG, ça reste une fierté de les former à Paris. Le niveau au PSG est très élevé donc forcément plus compliqué. Mais c’est une fierté de les voir réussir au niveau professionnel.

Quel est l’état d’esprit de l’équipe ?

On a un groupe assez homogène, on a des filles avec de l’expérience, d’autres qui débutent. Elles sont toujours à l’écoute, respectueuses, c’est une bonne chose. On a gardé plusieurs filles de l’année dernière, elles aident beaucoup. Durant l’année on va voir pour faire monter quelques filles en U19. 

Vous travaillez avec l’entraîneur Grégory Bénarib, comment est-ce que vous fonctionnez ? Quelles sont vos méthodes de travail ?

J’ai eu la chance de connaître Grégory Bénarib au PSG, on s’entend très bien. On se focalise beaucoup sur l’équipe. J’apporte mon expérience principalement. Je travaille aussi beaucoup avec les vidéos, les visuels. On fait beaucoup de travail technique et analytique pour qu’elles puissent se développer techniquement. Camille (préparatrice physique) nous aide beaucoup sur l’aspect athlétique. On fait beaucoup d’exercices avec le ballon, qu’elles touchent le maximum la balle. Il y’a aussi un gros travail mental. C’est très important, la confiance en soi, le dépassement de soi. 

 

« Elles doivent être irréprochables et respecter le logo du PSG sur le maillot. »           – Paulo César

Quelles valeurs est-ce que vous essayez de transmettre à ces jeunes joueuses ? 

Tout d’abord on essaie de transmettre le professionnalisme. C’est le plus important. D’être à l’écoute, se donner à 100% tous les jours. Puis être irréprochable, respecter le logo du PSG sur le maillot. Elles doivent se donner des objectifs, tous les jours essayer de s’améliorer et évoluer un peu plus. On les prépare également aux frustrations, aux défaites. C’est pas facile. Elles doivent être conscientes de tous ces obstacles au niveau pro et les passer maintenant pour êtres prêtes individuellement et pour l’équipe.

Même au niveau du jeu, certains matchs sont plus tendus, plus techniques, avec plus de coups. Elles doivent réussir à passer au-dessus de ça et s’adapter au jeu. 

Hier, elles ont gagné 4-1 face au Havre, cela fait donc 6 matchs gagnés sur 6. Les parisiennes prennent bien la tête du classement. Comment expliquez-vous cette bonne dynamique ?

On a un groupe qui vit bien. Lors des entraînements, au quotidien, elles s’entendent très bien et ça se ressent lors des matchs. On les voit solidaires et soudées. On a eu des difficultés durant ces six matchs mais on a su se dépasser. Les filles font de très bonnes performances. On va continuer, ce n’est pas acquis. Ce sont des choses que l’on doit beaucoup travailler, apporter de nouvelles choses chaque jour pour qu’elles améliorent le niveau de l’équipe. 

Certes, les résultats sont importants mais on reste dans la formation. Elles grandissent positivement grâce à ça mais ça reste secondaire. 

Quels sont les objectifs avec cette équipe, cette année ?

L’objectif principal c’est la formation. Faire grandir les filles, améliorer les performances, les qualités techniques et tactiques. Sans oublier les capacités physiques et mentales. Après, on reste des compétiteurs. Grégory et moi avons été joueurs pro, on veut gagner le championnat ! On travaille beaucoup pour ça. Pour nous c’est important d’arriver au bout de ce championnat. 

Est-ce que jouer au PSG demande plus d’exigence qu’un autre club ?

Je ne sais pas trop comment ça se passe ailleurs. Mais quand on joue en pro, l’exigence est toujours très élevée. Peu importe où on joue, il faut toujours se surpasser et se donner à 100%.

Propos recueillis par Emmanuelle Devriese