EntretienFormation

Kinkengele (Montmorency) : « L’éducateur ne transforme pas un joueur en génie, il l’aide à exprimer son potentiel »

01/03/2018 à 11:26

À 22 ans, Jason Kinkengele est joueur de Futsal à Eaubonne (PH 3), mais surtout éducateur depuis 6 ans, aujourd’hui à la tête des U10 et U13 du FC Montmorency. Pour Actufoot, il revient sur sa vision du poste, ses méthodes et objectifs.

Quel est le projet du club en matière de formation ?

Les objectifs sont de faire du FC Montmorency un club modèle, reconnu pour sa politique bien établie de pré-formation, de formation et de post-formation. Pour cela nous instaurons un cadre bien précis avec des objectifs techniques et pédagogiques.

Quelle est votre méthode d’entraînement ?

Je n’ai pas de méthode particulière… Il s’agit de développer leur technique, leur habileté, leur confiance et leur créativité, quels que soient leur position et leur niveau. Il faut les rendre plus rapides avec et sans ballon, mais aussi leur demander de relever des défis amusants qui les feront progresser.

Quels types d’actions mettez-vous en place sur le plan social ?

J’organise des séjours car quand j’étais petit nos éducateurs n’ont pas pu ou non pas voulut faire de voyages et tournois. Certains, de janvier à décembre, ne partent pas en vacances. Il faut que le football leur fasse découvrir des choses.

Et quels sont les projets de voyage avec vos catégories cette saison ?

En U10, nous allons nous rendre à Marseille grâce au FC Burel qui va nous recevoir tout un week-end dans une triangulaire avec Istres. Les U13 vont quant à eux avoir la chance d’aller du côté de Nice, au RC Grasse.

Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans le rôle d’éducateur ?

Être éducateur c’est prendre des responsabilités. Il faut être patient, investi et ne rien laisser au hasard. Ce n’est pas l’éducateur qui transforme le joueur en génie, il l’est déjà ou pas, nous on l’aide à exprimer son potentiel. Et puis apprendre à un enfant ce que tu aimes c’est génial !

Quelle est votre plus grande fierté ?

Voir les enfants s’épanouir, être à l’écoute et surtout s’investir. Si dans quelques années ces jeunes me disent bonjour lorsque je les croiserais dans la rue, cela me prouvera qu’ils se rappellent de moi et que je leur aurais transmis quelque chose : le respect. Je pourrais alors dire que j’ai accompli mon rôle d’éducateur.

Pour ne rien manquer de l’actualité du foot francilien :