TOP 10 Licenciés

FC Maisons-Alfort, un club familial à plus de 1200 licenciés ça existe !

14/02/2020 à 11:00

Fondé en 1992, le FC Maisons-Alfort compte aujourd'hui plus de 1230 licenciés pour 39 équipes. Un nombre important et pourtant, tout est fait pour le bien-être de chacun. Partez à la découverte de ce club familial !

L’organisation et la discipline, c’est ce qu’il faut chaque semaine à la cinquantaine d’éducateurs et la soixantaine de dirigeants de Maisons-Alfort. Né de la fusion en 1992 de trois clubs répartis dans les quartiers de la ville, le FCMA est cette année fort de 1250 licenciés, soit le 9e de France à ce niveau. Il ne dispose que de trois terrains, deux en synthétique et un en stabilisé. « L’entraînement commence à 17h, une autre équipe débute à 18h30. Les roulements s’enchaînent rapidement et toutes les équipes s’entraînent deux ou trois fois par semaine », précise Patrick Grandjean, le directeur technique.

L’attention portée à chaque licencié n’en reste pas moins importante. « Notre priorité est que tous les jeunes puissent jouer dans les meilleures conditions, avec un bon environnement et un bon encadrement. On est un club familial, avec un bon esprit où on ne sacrifie pas tout pour les résultats », assure le membre du comité directeur. Si le club dispose de nombreuses équipes en foot loisir et en district, il possède déjà des équipes en niveau régional et affiche des ambitions réalistes en compétition. « À court terme, on aimerait grimper quelques échelons. L’objectif est de pouvoir avoir toutes nos équipes unes en niveau Ligue, notamment nos U14 et U18 comme ça a pu être le cas par le passé. » Cette année, l’équipe senior A, avec un âge moyen de 23/24 ans, est pour l’instant 11e et relégable de son groupe en R3. Cela s’explique en partie par la volonté du club d’intégrer ses jeunes à ses équipes seniors (R3 et D2 chez les hommes).

Un club de jeunes…

Le FC Maisons-Alfort dispose d’une grande jeunesse. En effet, près de la moitié des licenciés proviennent de l’école de football (6/12 ans), un public auprès duquel le club a choisi de s’investir. Prochainement, il lancera un projet social d’envergure avec notamment la mise en place d’une aide aux devoirs afin de faire vivre le quartier et la ville de Maisons-Alfort qui compte 56 000 habitants. Pour son travail auprès de la jeunesse, le club a reçu de la part de la FFF le Label Jeunes Excellence, la plus haute distinction. D’ailleurs, quelques jeunes du club ont rejoint des clubs professionnels (Girondins de Bordeaux, PSG, AJ Auxerre, Stade Rennais) comme Maxime David qui a signé au Stade Lavallois (N1) en 2019 et évolue aujourd’hui avec la réserve mayennaise en National 3.

…de moins jeunes…

Le FCMA possède également des équipes de vétérans. Le club familial attire tous les publics et permet des échanges intergénérationnels. « La majorité des éducateurs sont des anciens joueurs du club. On veut être une structure familiale avec beaucoup de convivialité », explique Patrick Grandjean.

…et de féminines !

Depuis 4 ans, le FCMA jouit d’une section féminine. Aujourd’hui en plein essor, elle compte près de 120 licenciées, une école de football et 4 équipes engagées en compétition. « On a encore une belle marge de progression avec les féminines », souligne Patrick Grandjean. L’organisation de la Coupe du Monde en France en 2019 n’a toutefois pas eu un impact significatif sur le 2e club du Val-de-Marne selon le directeur technique. En juin 2018, Maisons-Alfort a été récompensé par la FFF par la remise du Label Or Ecole féminine de football. Si le club a fortement grandi en 28 ans, passant de 500 licenciés à 1250 licenciés, il semble avoir atteint sa taille maximum. « Cela ne sert à rien de prendre des licences pour prendre des licences. On a refusé une centaine d’inscriptions pour garder une qualité de travail. » Le FCMA espère également avoir prochainement un troisième terrain synthétique car « certains rechignent à s’entraîner sur le stabilisé ».

Ancien partenaire de Strasbourg et d’Angers

Il y a quelques années, le FC Maisons-Alfort était partenaire avec les clubs professionnels du RC Strasbourg Alsace, mais ce n’est « plus trop en vogue » dans la région parisienne commente Patrick Grandjean. « Ça marchait très bien. Ils nous fournissaient du matériel et on pouvait emmener nos jeunes pour des stages. La région parisienne est un vivier énorme pour le foot français, mais les clubs pros passent désormais directement par Clairefontaine et les centres de préformation. » 

Crédit photo : FCMA