EntretienFormation

N. Yahya (La Courneuve) : « Notre rôle social et éducatif prend une place prépondérante »

15/02/2018 à 14:07

À 34 ans, Nasreddinne Yahya a enfilé de nombreuses casquettes dans le monde du foot. Joueur de football par le passé, aujourd’hui de Futsal, il est aussi éducateur en U12 à La Courneuve. Ce professeur des écoles est par ailleurs le responsable de la commission éducative et référent des volontaires du service civique au sein du club du 93. Pour Actufoot, il revient sur les engagements sociaux de l’AS La Courneuve.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours dans le football ?

J’ai commencé à jouer en Benjamin à la Courneuve. J’ai fait partie de la sélection départementale en moins de 15 ans, puis j’ai joué au Red Star en 17DH et espoirs DH. Puis, j’ai arrêté à cause de pépins physiques et je me suis consacré à mes études. Je suis depuis 2010 professeur des écoles. Je suis revenu dans le foot en passant par La Courneuve notamment en Futsal, puis le Red Star Montreuil. Aujourd’hui, je joue au futsal en DHR à La Courneuve. Je compte pour la saison 2018-2019 m’engager dans la formation du BEF.

Quels sont les grands principes défendus par le club ?

L’AS La Courneuve est pour une très grande majorité de nos adhérents le troisième lieu de socialisation après la famille et l’école. À partir de ce postulat, notre rôle social et éducatif prend une place prépondérante. Le football est un support magnifique, nous permettant de véhiculer les principes de la FFF que nous déclinons à nos réalités sociales : Plaisir , Respect, Engagement , Tolérance et Solidarité, à partir de nos valeurs qui sont Droiture et Tendresse.

« Très touché par le comportement de mes joueurs… »

Par le biais de quels types d’actions le club met-il en place cela ?

L’action de grande ampleur sur laquelle le club souhaite construire son approche sociale et éducative est la mise en place du Programme Éducatif Fédéral. Cela se concrétise par l’organisation d’activités au quotidien lors des séances d’entraînement et de projets plus ponctuels sur des thématiques plus précises telles que la violence, le handicap, l’humanitaire et/ou les discriminations. Cela se passe aussi lors de séjours sportifs et d’ouverture culturelle. Tout cela concerne nos licenciés des U6 aux U19. La création pour la rentrée prochaine de classes à horaires aménagés intervient dans ce cadre là. C’est aussi un moyen d’assurer un accompagnement de nos joueurs vers la réussite de leurs études.

Quelle est votre plus grande fierté ?

C’est la gratitude que nous renvoient les jeunes à travers leurs sourires, leur joie de venir au club au quotidien. Pour l’anecdote, nous avons séjourné durant deux jours à Strasbourg afin de rencontrer les jeunes du Racing. Le match était un alibi pour leur permettre de découvrir une région, une ville, une histoire. Nous nous sommes baladés dans les rues. Nous avons été interpellés par les habitants toutes les 5 minutes. Lors de la visite de la cathédrale, les Strasbourgeois étaient positivement étonnés du comportement et du respect du lieu de la part de nos jeunes. J’étais très touché car ils ont fait preuve de manière naturelle d’une ouverture aux autres humaine et chaleureuse.

Propos recueillis par Julien Guibet.

Pour ne rien manquer de l’actualité du foot francilien :