Coupe de France5ème tour

Ousman Diaby (ES Nanterre) : « Ouvrir l’équipe 1ère aux joueurs issus de notre formation »

12/10/2019 à 11:07

Dimanche, l'ES Nanterre (R2) reçoit le FC Igny (R3) pour le compte du 5ème tour de la Coupe de France. Avant ce beau rendez-vous, le coach Ousman Diaby a livré ses impressions et ambitions à Actufoot.

Vous aviez d’abord laissé les manettes de l’équipe fanion en 2018-2019, avant de faire votre retour en cours de saison pour sauver l’équipe en R2. Qu’est-ce qui vous a motivé à rempiler cette année ?

Par la force des choses, j’ai du reprendre la main. Nanterre, c’est un club très spécial avec une équipe composé à 95% de Nanterriens, des joueurs soudés qui marchent main dans la main. L’entraîneur en place était hyper investi dans sa mission de coach, mais a malheureusement loupé le plus important : fédérer le groupe autour de son projet, de ses idées et de ce qu’il pouvait incarner.

Quel est votre point de vue sur le début de saison de l’équipe, qui compte 7 points après 4 journées de R2 ?

Il est à l’image de notre préparation : on jongle entre le bon et le moins bon pour le moment. Rien de surprenant, c’est une équipe jeune qui se découvre. Une bonne partie de l’équipe évoluait en U19 R2 au club la saison dernière et le reste sont les rescapés du dernier exercice.

Quelles sont vos ambitions pour la saison ?

Nos ambitions vont au-delà de cette seule saison, nous aspirons à continuer notre progression en tant que locomotive du club. La R1 est une division qui est envisagée dans les 3 saisons à venir. Aussi, ouvrir les portes de l’équipe première aux joueurs issus de notre formation est un des axes à mettre en parallèle avec les objectifs principaux du club. Il faut savoir que 10 joueurs U19 montant ont déjà pris part à nos matches.

Quel est votre plus beau souvenir lors d’un match de Coupe de France ?

C’était lors de la saison 2013/2014, un match comptant pour le 5ème tour. Au tirage au sort, notre nom fut tiré « Nanterre ES (PH) », puis celui de notre adversaire : « CSL Aulnay (DSR)». Je me souviens de la réaction du dirigeant du CSL ce jour-là, il c’est permis un grand « Yes » de joie, mais ce qu’il ne savait certainement pas, c’est que ce jour-là ce « Yes » leur a coûté le match. Ma causerie d’avant-match a consisté à tout simplement raconter l’histoire aux joueurs, remontés comme des fauves nous avons remporté le match 3-2 !