Régional 3 (A)

Riad Karouni (Paray FC) : « Je pense que j’aurais arrêté le coaching ! »

24/04/2020 à 11:33

Riad Karouni, le coach du Paray FC, nous partage son point de vue sur les décisions prises par la FFF. Son équipe termine 5ème du groupe A de R3.

« Je pense que cette décision est dommageable pour beaucoup d’équipes qui avaient encore des choses à jouer. Personnellement, je peux en parler librement, puisque mon équipe n’était plus concernée par la montée ou le maintien, même si on sait que tout peut aller très vite avec 21 points encore en jeu. Je suis pour quelque chose de juste et là je trouve que ce n’est pas correct vis-à-vis de certaines équipes. Etre 2e ou 4e à 2, 3 points, voire à 7 points du 1er et arrêter maintenant, alors qu’il reste 7 matchs avec certainement des confrontations directes… Si j’étais à la place de ces équipes, je ne serais pas bien ! Beaucoup jubilent pour leur accession, mais j’aurais aimé voir leur réaction s’ils avaient occupé la 2e place au moment de l’arrêt. Franchement, en 3 semaines, il était possible de disputer les 7 journées restantes avec un match le dimanche et un autre le mercredi. Et pour la préparation athlétique, on aurait eu besoin de 3 semaines maximum. Une préparation de 6 à 7 semaines s’effectue uniquement pour repartir sur une saison complète et non pour un dernier mois de compétition ! Chacun a prêché pour sa paroisse et je ne trouve pas cela correct. Je ne dis pas que si j’avais été 1er, j’aurais refusé la monter ou le maintien si j’avais fini avant-dernier, mais j’aurais eu quand même un goût amer d’inachevé et le sentiment d’avoir profité de la malchance des autres. Cela fait deux saisons que je subis l’injustice sur et en dehors du terrain et j’ai encore du mal à l’accepter. Si j’avais été dans la position du 2e ou du dernier à jouer quelque chose, je pense que j’aurais arrêté le coaching ! C’est la goutte qui aurait fait déborder le vase. Tout le monde ne travaille pas de la même façon. Certains ont tout envoyé dès le départ et d’autres attendaient le finish. Maintenant, si les championnats ne vont pas au bout, il faudra tout envoyer dès le départ. Fini les longues préparations pour être en forme au mois de février et pour finir fort, comme le font les gros clubs.
Dans notre groupe, tout était presque joué. Le dernier était loin derrière et les 2 premiers (Sénart-Moissy et Igny) ont fait le boulot sur la durée et ont été les plus réguliers avec une vraie belle saison. Mais dans d’autres groupes, il y a des cœurs qui ont dû lâcher avec cette décision ! Je m’exprime rarement, mais là, je me mets à la place de ces coachs, joueurs, dirigeants qui n’ont pas pu se battre jusqu’au dernier match. Bien évidemment, je suis un technicien et mon avis ne concerne que l’aspect sportif et non le financier ou le politique. »

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟